Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 22:04
DE GAULLE VOULAIT UNE EUROPE EUROPEENNE DES PEUPLES NON AMERICAINE !!!

~~ http://www.bvoltaire.fr/nicolasbonnal/de-gaulle-face-a-europe-americaine,197713?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=5b902d5b47-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-5b902d5b47-30425677&mc_cid=5b902d5b47&mc_eid=58ff097ba7

De Gaulle face à leur Europe américaine

La seule politique consiste à ne pas devenir un protectorat ; sur ce point, les néogaullistes auront bien trahi le Général, Chirac ou Sarkozy les premiers. Nicolas Bonnal Ecrivain ! La seule politique consiste à ne pas devenir un protectorat ; sur ce point, les néogaullistes auront bien trahi le Général, Chirac ou Sarkozy les premiers. On rendra hommage à Dominique de Villepin pour son discours à l’ONU. Il en fut persécuté ! Les derniers en date furent Messmer, Guichard peut-être, et Peyrefitte à qui on doit ces confessions admirables qui montrent le caractère prophétique de notre grand homme sans succession (je sais, « il était lâche, vendu aux communistes, à Rothschild, il a bradé l’empire, l’Algérie », etc.). Voici comment de Gaulle prophétisait le devenir technocratique de leur Europe : « Quelle Europe ? Il faut qu’elle soit véritablement européenne. Si elle n’est pas l’Europe des peuples, si elle est confiée à quelques organismes technocratiques plus ou moins intégrés, elle sera une histoire pour professionnels, limitée et sans avenir. Et ce sont les Américains qui en profiteront pour imposer leur hégémonie. » Puis le Général définit l’Europe à l’anglaise que nous avons héritée, et contre laquelle il aura tant lutté ; c’est l’Europe du TTIP et des corporations : « Ce que veulent les Anglo-Saxons, c’est une Europe sans rivages, une Europe qui n’aurait plus l’ambition d’être elle-même. L’Europe sans frontières. L’Europe à l’anglaise. C’est en réalité l’Europe des Américains. L’Europe des multinationales. Une Europe où chaque pays européen, à commencer par le nôtre, perdrait son âme. »

Le nihilisme libéral anglo-saxon lui fait peur ; il est hégémonique et la dimension tératologique de la puissance américaine (et de sa dette) n’est pas sans l’effrayer : « L’Amérique essaie de dominer en Europe, comme elle cherche à dominer en Amérique latine, en Asie du Sud-Est. L’Amérique, qu’elle le veuille ou pas, est devenue aujourd’hui une entreprise d’hégémonie mondiale… La puissance américaine est tellement écrasante, ils ont tellement d’avance dans les technologies de pointe, ils sont tellement riches, ils empruntent tellement – puisqu’on ne prête qu’aux riches – que leur expansion a quelque chose d’élémentaire. » Il veut dire « facile », car le monde s’américanise comme par enchantement. La Deuxième Guerre mondiale fut vite remplacée par la guerre froide, formulée par Churchill dans son célèbre (un plagiat, d’ailleurs) discours sur le rideau de fer. L’Empire et le Pentagone comprennent qu’il ne faut jamais être à court d’ennemi. Comme la lutte contre le mal suppose un chef yankee autoritaire, le général de Gaulle tient encore à Peyrefitte ces propos qu’approuveraient aujourd’hui un Vladimir Poutine et les leaders des BRICS : « Les Américains font croire que ne pas être d’accord avec eux, c’est vouloir rompre l’alliance atlantique et mettre en danger la liberté de l’Occident. Cuba leur est montée à la cervelle. En Amérique du Sud, en Europe, en Asie, tout le monde en colonne par deux derrière l’Oncle Sam, sinon gare à vous. »

On comprend pourquoi de Gaulle essuya la première révolution orange en mai 68.

Nicolas Bonnal

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens