Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 22:12
LE "FLOP" DES ADHESIONS CHEZ LES REPUBLICAINS ET AU PS !

~~Ca manque d’enthousiasme du côté des Républicains pour les adhésions!

Les Républicains = UMP “repinturluré” avec changement de nom, sans changer quoi que ce soit dans le contenu !Leur droit de l’hommisme , leur humanisme politiquement correct, leur manque de courage et de détermination, leurs combines, leurs trop multiples chapelles et tendances concurrentes les empêchent de faire face au problème prioritaire de l’immigration ! Bref, l’armée de Bourbaki... avec à sa tête un illusionniste inculte sans conviction et vendeur de cacahuètes!

Quant au PS, l’effondrement est en cours!

Bon signe pour la Droite Nationale!

http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/baisse-effectifs-adherents-lr-ps-avez-dit-flop,207645?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=

Baisse des effectifs des adhérents LR et PS : vous avez dit « flop » ?

Les partis, selon la Constitution, concourent à la formation et à l’expression du suffrage. Mais cette disposition pieusement reprise depuis 1946 et la fondation de la IVe République est elle-même l’expression d’une réalité que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître. Dominique Jamet Journaliste et écrivain Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Co-fondateur de Boulevard Voltaire, il en est le Directeur de la Publication 200.000 sur le papier, 176.000 en réalité, bien loin des 370.000 revendiqués en 2007 : tel était le nombre des adhérents de feu l’UMP lorsque Nicolas Sarkozy en recueillit l’héritage des mains réticentes de Jean-François Copé. Le nouveau président de « Les Républicains » (puisque tel est le pseudonyme d’usage qu’il fit bientôt plébisciter par ses militants) ne tarda pas à faire savoir qu’il ne saurait s’accommoder d’un chiffre aussi médiocre et si clairement indigne de lui. 300.0000 encartés dès la fin 2015, 500.000 au rendez-vous programmé pour 2017 entre les électeurs et son destin national, tel était l’objectif – un objectif ambitieux – qu’il s’assignait. Un an plus tard, le total officiel des adhérents de « Les Républicains » est de 173.000… Il y a du retard dans l’exécution du plan biennal de M. Sarkozy.

On comprend, dans ce contexte, que les hiérarques du Parti socialiste daubent à qui mieux mieux sur le flop enregistré par leur adversaire préféré. On les comprend, ou plutôt on les comprendrait s’ils n’étaient pas eux-mêmes dans une situation encore moins enviable que celle de l’autre « grand parti de gouvernement ». Mais c’est la charité qui se moque de l’hôpital. Certes, ils venaient de moins haut, mais ils n’en sont tombés que plus bas. Si le parti de M. Hollande, de M. Valls et de M. Cambadélis, le parti actuellement au pouvoir et encore désigné par habitude ou par commodité comme « la majorité » comptait encore 180.000 adhérents lorsque son candidat fut élu par défaut à la présidence de la République, il n’en compte plus aujourd’hui que 130.000 à jour de leurs cotisations. Ils n’étaient que 65.000 à s’être donné la peine de voter lors de la présentation des motions à leur dernier congrès où le texte majoritaire soutenu par M. Cambadélis et la plupart des membres du gouvernement réunit près de 40.000 suffrages. Nous serons, du reste, bientôt fixés à l’occasion de la consultation du « peuple de gauche » organisée par l’actuel premier secrétaire sur l’étendue réelle, sinon de la « base » et de l’audience du PS.

Les partis, selon la Constitution, concourent à la formation et à l’expression du suffrage. Mais cette disposition pieusement reprise depuis 1946 et la fondation de la IVe République est elle-même l’expression d’une réalité que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître. Elle remonte à une époque révolue où les partis (et les syndicats) étaient effectivement des mouvements ou des organisations de masse dont l’existence, le projet et l’action correspondaient à des courants d’idée clairement identifiés et portaient les passions et les espoirs de millions de citoyens. Quel rapport avec ces machines usées, avec ces appareils sclérosés, avec ces écuries présidentielles, avec ces réseaux de notables, d’élus locaux et d’employés municipaux, avec ces étiquettes délavées qui ne correspondent plus qu’à des querelles personnelles et des intérêts particuliers ? Les partis, les vieux partis, les grands partis feignent de l’ignorer, mais ils ne sont plus, depuis belle lurette – pour reprendre la formule en usage dans la Mafia -, que des cadavres qui marchent.

Dominique Jamet

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens