Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 23:30
QUAND L'EUROPE SE SUICIDE :  NOS CIVILISATIONS SOUS L'ASSAUT DES GRANDES MIGRATIONS !

~~ http://www.bvoltaire.fr/stephanbrunel/leurope-se-suicide-nos-civilisations-lassaut-grandes-migrations,205763?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7e9223fa71-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7e9223fa71-30425677&mc_cid=7e9223fa71&mc_eid=58ff097ba7

Quand l’Europe se suicide : nos civilisations sous l’assaut des grandes migrations

La résistance à notre envahissement et l'espoir semblent venir de l'est de notre continent, Russie et Groupe de Visegrád en tête. Stephan A. Brunel Administrateur civil, écrivain L’ère des grandes migrations et les criminels qui ont ouvert nos frontièresL’oligarchie des ectoplasmes et des crétins : la fin de la culture généraleIls prendront nos églises car nous ne savons pas les défendre « Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. » Quand Paul Valéry écrit son fameux texte, en 1919, il n’a connu que les horreurs de la Première Guerre mondiale et pas encore les atrocités de la Deuxième et des deux idéologies, communiste et national-socialiste, qui en formèrent le soubassement. Mort en 1945, il n’a pas vécu le sursaut des « Trente Glorieuses » et n’aura pas prévu que les Européens payeraient du suicide de leur continent leur honte, leur repentance, leur haine de soi, dans cela même qu’ils nomment la construction européenne, et l’idéologie sansfrontiériste, humanitariste, multiculturaliste et marchande qui la fonde.

En définitive, les civilisations ne sont vraiment mortelles que sous l’assaut des grandes migrations, parce qu’elles changent les caractères ethniques, culturels et religieux des peuples. Encore qu’il n’y eût que les civilisations romaine 1 et amérindienne pour avoir accueilli leurs conquérants les bras ouverts, comme nous le faisons à présent. L’épisode migratoire de l’été 2015 éclaire de manière crue la « sortie de l’Histoire » du continent européen. La notion de Grand Remplacement en paraît d’autant étriquée faute d’une conceptualisation rigoureuse. Un épisode, et non une crise, dès lors que les trois causes qui l’alimentent, tel le flot incessant de migrants, seront longtemps récurrentes : L’africanisation : du sud, le flot de migrants traduit l’explosion démographique et l’enrichissement économique de l’Afrique noire, comme jadis le trop-plein de populations rurales se déversant vers les villes et l’Amérique. Elle implique un remplacement ethnico-culturel quasi définitif : changement des valeurs, coutumes et structures sociales, sauf remigration improbable, d’autant que l’assimilation est rendue difficile par le manque de moyens et que la culture importée est éloignée de la nôtre. L’islamisation : du Maghreb et de l’Orient, les migrants fuient le chaos chez eux, en l’amenant chez nous

. Chaos que je nomme l’archaïsme exterminateur du monde arabo-musulman, qui ne tient pas qu’au Coran et à sa lecture anachronique, mais à la nature encore féodale des sociétés arabes, à la loi térébrante du sang ou du clan, à la faiblesse des États-nations. En un mot : la barbarie. L’islamisme idéologique ressort d’un remplacement idéologico-religieux aux allures de conquête incluant prosélytisme et violence. La déculturation : l’Histoire est écrite par les vainqueurs et seuls les crimes des vaincus sont punis. Ce faisant, les États-Unis ont imposé mercantilisme, individualisme et multiculturalisme à l’Europe défaite. L’école et la famille qui ne transmettent plus, la société de marché qui nous réduit à la dimension de producteur-consommateur, l’État et la nation qui ne protègent ni ne structurent, les industries d’abrutissement qui rendent serviles, voilà le terreau du remplacement identitaire de « l’Hamlet européen » de 2015, piloté par l’Amérique, sur lequel prospèrent africanisation et islamisation. Les États-Uniens applaudissent des deux mains à la submersion de l’Europe par les migrants. Nous leur ressemblerons ainsi davantage.

La résistance à notre envahissement et l’espoir semblent venir de l’est de notre continent, Russie et Groupe de Visegrád en tête. Notes: Lire, à ce propos, le remarquable ouvrage de Michel de Jaeghere, Les derniers jours : La fin de l’empire romain d’Occident. ↩

Stephan A. Brunel

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens