Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 18:45
FAIRE LA GUERRE POUR DE BON AVEC DES TRIBUNAUX D'EXCEPTION ET LA PEINE DE MORT POUR LES TERRORISTES!

~~Rappelez vous quand le bien pensant Francis Huster cherchait sur les plateaux TV des Montaigne parmi les réfugiés!!.. sans se demander s’il pouvait y avoir des terroristes??

10% seulement des réfugiés sont capables de trouver un emploi!

Reste l’emploi de terroriste du désespoir et de la haine ethnique!

http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/face-a-daech-guerre-de-vrai,219793?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f379281d95-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f379281d95-30425677&mc_cid=f379281d95&mc_eid=58ff097ba7

Face à Daech, la guerre pour de vrai

Nos dirigeants, éclaboussés du sang des innocents, se sont soudain avisés que nous étions dans une situation de guerre et, en décrétant l’état d’urgence pour trois mois, ont enfin envisagé d’en tirer les conséquences. Dominique Jamet Journaliste et écrivain Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais. Co-fondateur de Boulevard Voltaire, il en est le Directeur de la Publication LatifaLes loups sont entrés dans PalmyreZéro de croissance : c’est la rentrée des cancres Confrontés, entre autres, à un ennemi polymorphe, tentaculaire, impitoyable, insaisissable, camouflé et particulièrement retors, nos divers services de renseignement sont-ils à la hauteur, font-ils du bon travail ? La réponse est assurément positive. La preuve ? Les djihadistes les plus redoutables de ces dix dernières années avaient été, pratiquement sans exception, repérés, identifiés, signalés et figuraient donc au fameux fichier S. C’était le cas de Khaled Kelkal, de Mohammed Merah, de Mehdi Nemmouche, du tueur malchanceux du Thalys, des frères Kouachi, d’Amedy Coulibaly, de l’homme aujourd’hui le plus recherché d’Europe, Abdeslam Salah, et de quelques autres.

Alors, félicitations sans réserve, un grand bravo à nos experts de la DCRI, à nos as de la surveillance du territoire, à nos champions des Renseignements généraux ? Tout va très bien, Madame la Marquise ? On aimerait pouvoir le dire, et malheureusement on ne le peut pas. Car il y a un petit ennui, un rien, un osselet, une bêtise. C’est sans exception une fois leurs crimes commis et leurs victimes définitivement mortes et enterrées que le nom, le parcours, le casier judiciaire et le profil des assassins ont été communiqués aux enquêteurs et portés à la connaissance du public. Faute de moyens humains disponibles, en raison de l’impossibilité matérielle de suivre, de « loger », de mettre hors d’état de nuire tous les individus potentiellement dangereux qui figurent dans le répertoire ? En partie, mais surtout en raison de l’impossibilité juridique de placer qui que ce soit en détention préventive tant qu’il n’y a pas eu commencement d’exécution. C’est donc en vertu de ce principe, consubstantiel à la justice telle qu’elle est rendue dans une démocratie, qu’une poignée de barbares tueurs ont été à même d’exécuter jusqu’à leur terme leurs projets homicides aux dépens de quelques dizaines et, depuis vendredi dernier, plus d’une centaine d’hommes, de femmes et même d’enfants choisis au hasard de la rencontre et tirés comme des lapins dans les rues de Paris et dans une salle de concert.

Or, nos dirigeants, éclaboussés du sang des innocents, se sont soudain avisés que nous étions dans une situation de guerre et, en décrétant l’état d’urgence pour trois mois, ont enfin envisagé d’en tirer les conséquences. Que signifie cette notion de guerre ? Qu’aussi longtemps que durent les hostilités, donc, dans l’idéal, jusqu’à la victoire, les garanties que la loi accorde en temps de paix même aux suspects, même aux présumés coupables, même à ceux qui prêchent la violence, la haine et le meurtre peuvent être temporairement suspendues et sacrifiées à l’efficacité. C’est un choix toujours douloureux mais c’est un choix souvent indispensable. Il faut savoir ce que l’on dit et ce que l’on veut. Une chose est de recueillir et de collecter des informations, une autre chose est de les exploiter. S’il apparaissait demain que les pratiques anciennes persistent et que par un scrupule honorable dans les circonstances ordinaires et condamnable dans des circonstances exceptionnelles on laisse en liberté des fauves reconnus comme tels, la société ne serait bientôt plus qu’une jungle et le sang des innocents retomberait sur ceux qui les ont abandonnés à leurs meurtriers. Nos forces armées, en particulier aériennes, sont-elles au niveau de leurs missions ? Il semble bien que oui et, bien que l’on soit en droit de soupçonner de partialité certains médias français, il semble également que le Rafale n’est pas indigne de la comparaison avec les Soukhoï ou les F-16.

On ne peut pas dire pour autant que les raids effectués jusqu’ici par notre aviation aient sérieusement affecté et affaibli Daech en Irak et en Syrie. Il en va différemment depuis les attentats de Paris et, pour répondre à l’État islamique qui a résolu de nous punir et de nous terroriser, le chef de l’État a ordonné pour la première fois, en particulier sur la base de renseignements obligeamment fournis par nos alliés américains, des bombardements de représailles, massifs et ciblés, sur des postes de commandement et des centres d’entraînement de l’État islamique, avouant ainsi, implicitement, que les actions précédemment menées l’étaient largement pour la galerie et pour la frime. Face à Daech, il n’est que temps – et ceci ne vaut pas seulement pour la France mais pour toutes les puissances prétendument coalisées contre le monstre qu’elles ont trop longtemps choyé ou toléré – de faire la police pour de bon et de faire la guerre pour de vrai.

Dominique Jamet

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens