Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 13:56
LES CHRETIENS TRAITRES FAVORABLES A L'IMMIGRATION DEFORMENT LA PAROLE DU CHRIST !

~~ Ces chrétiens traitres favorables à l’immigration confondent ennemi privé et ennemi public!

La parole du Christ se situait exclusivement au niveau privé des relations interpersonnelles avec son ennemi!

http://www.bvoltaire.fr/nicolasbonnal/clerge-pro-invasion-se-moque-christ,216232?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f79e0c9c8a-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f79e0c9c8a-30425677&mc_cid=f79e0c9c8a&mc_eid=58ff097ba7

Pourquoi le clergé pro-invasion se moque du Christ

Un chrétien qui collabore avec un islamiste n’est plus un chrétien. Nicolas Bonnal Ecrivain Le clergé actuel, à l’exception du courageux cardinal de Valencia, insiste sur la nécessité d’accueillir les millions de pseudo-réfugiés que la pleurnicherie humanitaire et la stratégie mondialiste nous imposent. Nous semblons nous en moquer éperdument, à l’exception d’une minorité vite fascisée par nos médias préférés. Les pachas humanitaires tous subventionnés pourront ricaner. La Boétie parle de l’indifférence comme source de la tyrannie dans son texte célèbre sur la servitude volontaire. Il ajoute que le bordel et les tavernes font bonne mesure, aussi, pour aider la tyrannie à s’imposer avec ses réseaux d’influence.

Et j’en viens au clergé : il nous fait coup de tendre l’autre joue et de se montrer charitable (en oubliant notre prochain, surtout le pauvre !). Et il nous rabâche son pauvre Jésus et son bel appétit d’amour pour l’ennemi. Sur ce sujet ressassé, voici ce qu’écrit un brillant sociologue suisse (les Suisses, aussi, sont devenus minoritaires chez eux en naissances ; avis aux beaufs qui pensent se mettre à l’abri chez eux), Éric Werner (L’Avant-guerre civile, p. 44) : « Le simple fait d’en venir à opposer l’ami et l’ennemi serait en soi suspect, révélateur de tendances inacceptables (à la limite même justiciables des tribunaux). De telles manières de penser sont fort courantes à notre époque, en particulier parmi les chrétiens, qui croient que lorsque le Christ dit qu’il faut aimer ses ennemis, cela signifie qu’il faut mettre bas les armes et renoncer à se défendre.

Or, comme l’a montré Carl Schmitt, une telle interprétation de la parole biblique repose sur une confusion entre l’ennemi au sens privé (inimicus) et l’ennemi au sens public (hostis). Le Christ ne dit pas : diligite hostes vestros, mais : diligite inimicos vestros. Il ne se réfère donc pas à l’antagonisme politique mais aux seuls conflits de la sphère privée. “C’est dans la sphère de la vie privée seulement que cela a un sens d’aimer son ennemi”, commente Car Schmitt. Et encore : “Dans la lutte millénaire entre le christianisme et l’islam, il ne serait venu à l’idée d’aucun chrétien qu’il fallait, par amour pour les Sarrasins ou pour les Turcs, livrer l’Europe à l’islam au lieu de la défendre.” » On n’a rien ici à ajouter. Un chrétien qui collabore avec un islamiste n’est plus un chrétien. Le christianisme, surtout le christianisme primitif, a bon dos, comme dit Jean de Viguerie : les apôtres étaient communistes, donc redevenons communistes, tout en n’embêtant surtout pas les milliardaires (ils sont tous écolos et humanitaires !), les Bilderberg et le gentil Sénat américain où Bergoglio n’a d’ailleurs pas prononcé une seule fois le nom de Jésus.

Il ne faut pas désespérer Bettencourt (qui a remplacé Billancourt, voyez les coups de main de Yellen ou Draghi à la Bourse aux abois) et les intendants du Nouvel ordre mondial qui nous infligent ce Grand Remplacement.

Nicolas Bonnal

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens