Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 21:05
BREXIT : NOS ELITES DEVIENNENT DES POULETS SANS TETE !

http://www.bvoltaire.fr/olgaleroux/comme-des-poulets-sans-tete,266199?mc_cid=1d63b90c77&mc_eid=58ff097ba7

Comme des poulets sans tête

Quelle meilleure image quand on voit gesticuler tous les affolés du Brexit ?

@media (max-width: 1026px) { #noauthorcol { display: none; } }

Olga Le Roux

Professeur

Quelle meilleure image quand on voit gesticuler tous les affolés du Brexit ? Ici, sur Boulevard Voltaire, beaucoup de réactions ont été citées, mais si on les juxtapose, c’est effarant : salauds de vieux, salauds de racistes, salauds de rancis, salauds de pauvres, salauds de xénophobes ; salaud de peuple, finalement. Même les extraterrestres ont fait part de leurs angoisses à M. Juncker.

Ils n’en croient pas leurs yeux et leurs oreilles. Qui ça, « ils » ? Eh bien, ceux qui pensent et qui « bien-pensent » – car les autres, quand ils ne « mal-pensent » pas, ne pensent pas tout court. On pourrait parodier le fameux jugement de Sartre « Tout anticommuniste est un chien » (1965) en « Tout anti-européen est un salaud… et un idiot ». Ainsi, selon M. Bonnet, de Mediapart, « Nigel Farage est répugnant », variante du trop banal « nauséabond ».

Alors, revenant à Lénine, ils se demandent que faire. Quelques propositions :

– On ne consulte plus les peuples. C’est M. Juncker qui le dit. Par exemple, pour le traité de libre-échange avec le Canada, il recommande de laisser de côté les Parlements nationaux.
– On supprime les référendums – d’ailleurs, Hitler en faisait – et puis Alain Juppé, la sagesse et le sens politique incarnés, trouve que c’est mal : d’abord, ça favoriserait Marine Le Pen, ensuite, il ne faut en faire que quand on a bien travaillé le peuple, comme de Gaulle. Bon, c’est vrai, de Gaulle a perdu le dernier, mais M. Juppé a oublié.
– On donne double voix aux jeunes. Là, c’est une politicienne suisse qui s’exprime, et les Suisses s’y connaissent, en votations. Elle devrait, d’ailleurs, s’entendre avec M. Attali, qui prônait l’euthanasie pour les vieux (1981) car « dès qu’il dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. […] L’euthanasie sera un instrument essentiel de nos sociétés futures. » Il y a bien un hic. Les jeunes se sont largement abstenus en Grande-Bretagne, c’est même Libération qui le dit : 36 % de participation des jeunes (18-24 ans) et 58 % pour les 25-34 ans alors qu’on trouve 81 % pour les 55-64 et 83 % pour les 65 ans et plus. Donc, il vaudrait mieux faire comme Mme Vallaud-Belkacem : donner une prime aux « jeunes » qui reviendront aux urnes et une double prime à ceux qui voteront bien.

Car surgit un nouveau problème : il paraît qu’en France, aux dernières régionales, les jeunes étaient plutôt du côté du FN. On peut le croire, c’est Le Monde qui le dit avec ce joli titre : « Le Front national, premier parti chez les jeunes… qui votent. » Conseillons donc plus d’audace à notre helvétique politicienne : selon les pays et les sujets, il faudra changer la valeur des votes, comme la valeur des monnaies.

Le mieux serait quand même de changer le peuple, vieille tentation du beau temps du communisme, souvent rappelée, désormais en passe de se réaliser. La preuve : Londres a voté Europe, cette superbe ville cosmopolite, avec son maire musulman pakistano-britannique. Donc, quand partout les immigrés seront majoritaires, l’Europe vivra pleinement son nouveau destin. On prend la Turquie, qui ramène avec elle les républiques sœurs d’Asie centrale, on ouvre toutes les frontières, on naturalise à tour de bras, on encourage (avec doubles allocations familiales) le métissage cher à Sarkozy, on met la diversité partout (en excluant les mâles blancs de plus de 50 ans et, au nom de l’égalité, on exclut aussi les femelles blanches – double bénéfice) et la catastrophe est conjurée.

En effet, si catastrophe veut dire renversement, il suffit de renverser le renversement pour que tout aille mieux. Ils veulent quitter l’Europe, « énorme catastrophe » selon le pléonasme d’un journaliste, soit, sortons-les de l’Europe. Mieux : sortons l’Europe d’elle-même, comme on a commencé à le faire en refusant de mentionner ses racines chrétiennes. Et disparaîtront du continent tous les hallucinés de l’enracinement, de l’Histoire, de l’identité, tels les lemmings

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens