Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 15:57
SECURITE, CE QUE LE GOUVERNEMENT SOCIALISTE DEVRAIT FAIRE DE PLUS : LISTE DES MESURES REFUSEES PAR LE POUVOIR FELON !

A cette liste technique, rapide, des mesures simples énoncées par le député Hervé Nicolin à l’assemblée Nationale et refusées

par ces salopards de socialistes qui ne veulent pas se priver de 90% du vote ethnique musulman,

il faut ajouter: immigration zéro et arrêt de l’invasion migratoire!

cliquez ci-dessous

http://www.bvoltaire.fr/videos/manuel-valls-accuse-de-collaboration-lennemi,272851?mc_cid=8c66215e13&mc_eid=58ff097ba7

http://www.bvoltaire.fr/georgesmichel/etat-durgence-donc-on-continue-comme-avant,272768?mc_cid=8c66215e13&mc_eid=58ff097ba7

État d’urgence : donc, on continue comme avant…

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2015/05/valls-cazeneuve.jpg

Encore des mots, toujours des mots. Encore et toujours la même chose. On ne change pas une politique qui perd.

image: http://2.gravatar.com/avatar/865f954cd878d7db6568a7a2f493cb71?s=320&d=mm&r=g

Georges Michel

Colonel à la retraite

=

FacebookTwitter

Certes, le discours fut – en apparence, tout du moins – plus musclé que les déclarations de François Hollande au lendemain du massacre de Nice, ce qui en soi n’est pas une performance, convenons-en.

Certes, dans ce discours furent évoqués ces milliers et milliers de jeunes radicalisés à travers le pays. Certes, le chaos moyen-oriental fut bien mis sur le compte des Américains et la sagesse de Jacques Chirac de ne pas se lancer dans l’aventure irakienne en 2003 y fut saluée. Certes, les mots tabous dans la bouche de François Hollande furent employés sans contorsions excessives : islamisme radical, djihadisme, salafisme. Certes…

Certes, mais encore ? Encore des mots, toujours des mots. Encore et toujours la même chose. On ne change pas une politique qui perd. C’est ce que l’on retiendra du discours de Manuel Valls, hier soir à l’Assemblée nationale, à l’occasion du vote sur la prolongation de l’état d’urgence pour six mois. On va continuer comme avant… avant le 14 Juillet. Ce 14 Juillet où, dans l’euphorie d’un pouvoir de parade à qui il ne manquerait pas un bouton de guêtre pour ne pas faire la guerre, François Hollande pérorait et annonçait la fin de l’état d’urgence.

On va donc continuer comme avant. C’est en substance ce qu’a dit Manuel Valls. En effet, aux propositions plutôt musclées de Christian Jacob – mais bien loin de celles faites le matin même par Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, lors d’une conférence de presse -, Manuel Valls a clairement opposé une fin de non-recevoir. Pas de mesures d’exception, s’est exclamé le Premier ministre. Et pourtant, ce que proposaient Christian Jacob et les LR n’allait pas bien loin, avouons-le ! Pas de mesures d’exception : c’est vrai qu’être en guerre n’a rien d’exceptionnel…

Dissolution de l’UOIF, fermeture des mosquées radicales, enquête sur les financements étrangers de ces lieux de culte, suspension de l’espace Schengen, expulsion des étrangers condamnés pour crimes et délits graves, réforme du droit d’asile, suppression du droit du sol, arrêt du regroupement familial, élargissement des cas de déchéance de nationalité aux radicalisés binationaux ainsi qu’aux naturalisés condamnés pour crimes et délits graves… Toutes ces mesures – que les LR n’ont, du reste, pas proposées – qui permettraient d’initier une véritable politique préventive de longue haleine sont évidemment aux antipodes de l’idéologie qui continue de dominer la gauche, avec en sans les coups de menton de Valls. Il n’en sera donc pas question. On va continuer à bricoler.

On retiendra aussi, dans ce discours, la grande capacité de Manuel Valls à se défausser : nous ne laisserons pas remettre en cause le travail des forces de police, s’insurge-t-il, lorsque la moindre ombre de demande d’explications sur ce qui s’est passé à Nice est évoquée. Mais ce n’est pas aux forces de police que l’on demande des comptes. C’est à toi, Coco ! De même que ce n’était pas les victimes qui étaient huées à Nice lundi, mais toi, toi seul et ton gouvernement ! D’ailleurs, le sondage paru lundi est révélateur. Trois chiffres cinglants à retenir : 99, 84, 33. 99 % des Français sont convaincus de la menace terroriste. 84 % font confiance aux forces de sécurité et de renseignement, mais seulement 33 % au gouvernement, pour faire face à cette menace…

Donc, on continue comme avant. Et l’on comprend mieux alors pourquoi le Premier ministre nous dit que la guerre sera longue. Non, à ce rythme et avec ce train de non-mesures, elle ne sera pas longue, elle sera interminable. Manuel Valls nous invite à serrer les rangs. Je n’ai vu qu’un Premier ministre qui serrait les dents… et les fesses.


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/georgesmichel/etat-durgence-donc-on-continue-comme-avant,272768#og32RELRolUQTGHT.99

http://www.bvoltaire.fr/philippe-bonnet/etat-de-siege-ou-chaos,272702?mc_cid=8c66215e13&mc_eid=58ff097ba7

État de siège ou chaos

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/07/XVMcd647ada-baf4-11e5-8998-90a267b0dfd0.jpg

L’explosion de l’unite nationale affichée aprés la compassion pour les victimes innocentes peut amener l’implosion du pays.

image: http://2.gravatar.com/avatar/5d5859eed8570f473308c1d02bbff442?s=320&d=mm&r=g

Philippe Bonnet

Officier en retraite

FacebookTwitter

Un attentat en Province, comme à Nice, déclenche le processus de balkanisation. L’explosion de l’unité nationale affichée après la compassion pour les victimes innocentes peut amener l’implosion du pays.

La France n’est plus en état d’urgence, son pronostic vital est engagé.

Le plan d’urgence est un échec total, il nécessite la démission de tous ceux qui l’ont décidé, voté et appliqué. L’Assemblée nationale devrait voter l’état de siège. Le terrorisme islamiste est une affaire trop sérieuse pour être gérée par des politiques qui ne pensent qu’à leur avenir, quitte à laisser supprimer celui de 250 personnes en 18 mois. Seule cette mesure est capable d’éviter une guerre civile, une révolution sanglante ou le génocide de notre nation.

Il faut impérativement reconquérir une à une les zones de non-droit, supprimer toutes les ressources d’économie parallèle, interdire toute réunion qui ne se déroulerait pas dans notre langue. Renvoyer tous les résidents non européens dans leur pays pour raison de sécurité nationale, et pour la leur… car les moyens d’assurer la sécurité des citoyens sont insuffisants et ne permettent plus d’assurer l’accueil et la protection de personnes qui pourraient devenir victimes de la colère d’une population victime autant de l’incompétence de ses dirigeants que des attentats de ses ennemis.

À défaut vont se créer très rapidement de petites communautés qui vont vouloir se protéger, défendre leurs familles en raison de l’incapacité du système politique. C’est ainsi que commencera la guerre civile…

L’image francilienne d’une France de 16 siècles risque de disparaître très vite dans les régions qui ne sont françaises que depuis moins de 300 ans, ou qui n’ont été rattachées à la France que par les mariages de familles qui voulaient rester au pouvoir. Nice a été touchée par les problèmes qu’un État francilien n’a pas su régler ou gérer, par une menace qu’il n’a pas su prévenir. L’écho dans le sud de la France est immense parce que la Provence n’a été débarrassée des Maures et de leurs exactions qu’en 1830. Et 200 ans après, cela recommencerait ? Difficile à imaginer. En revanche, il est à craindre des représailles qui risquent d’être aussi lâches que les actions terroristes, qui seront le détonateur d’explosions en chaîne.

Messieurs les politiques, prenez la seule décision de bon sens car à l’émotion succède la colère, la suspicion puis la haine. Vous en serez l’exutoire. J’aime trop mon pays pour accepter ce scénario, mais je n’ai plus confiance en vous et ne la retrouverai que si vous AGISSEZ dans mon intérêt immédiat et non en fonctions de principes idéalistes et/ou doctrinaires : il y a urgence à proclamer l’état de siège. Ne siégez plus dans l’état d’urgence.

Alors je pourrai rejoindre le pèlerinage « Maranatha-Conversion » à Sarajevo où catholiques, orthodoxes, juifs et musulmans vont se regrouper pour faire de cette ville meurtrie une capitale de paix. C’est mieux qu’astiquer un fusil.


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/philippe-bonnet/etat-de-siege-ou-chaos,272702#2j6YOQ85QCutCq86.99

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens