Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 11:55
GUERRE TOTALE ET BATAILLE D'ALGER CONTRE LES BARBARES TERRORISTES ENNEMIS ! NON A L'ETAT DE DROIT SOCIALISTE DU GENTIL DELINQUANT !

Clemenceau disait :”Je fais la guerre”!

Hollande et les socialistes sont des pitres de la paix, des assassins irresponsables , des fossoyeurs économiques !

Les Maires socialistes “Charlie “, style Martine Aubry, partisans du” vivre ensemble “qui soi-disant n’avaient pas peur et voulaient consommer, capitulent, crèvent en fait de “trouille”, sont incapables de combattre l’ennemi qui souhaite “ vivre séparément” , annulent les spectacles et fêtes en cascade, n’ont jamais paru aussi “charlots” , aussi cons!

http://www.bvoltaire.fr/georgesmichel/la-france-fait-elle-tout-pour-lutter-contre-le-terrorisme,276455?mc_cid=2963ef9c06&mc_eid=58ff097ba7

La France fait-elle tout pour lutter contre le terrorisme ?

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/07/hollande-valls-cazeneuve.jpg

François Hollande et Manuel Valls sont définitivement disqualifiés vis-à-vis des Français pour prétendre plus longtemps à gouverner ce pays.

image: http://2.gravatar.com/avatar/865f954cd878d7db6568a7a2f493cb71?s=320&d=mm&r=g

Georges Michel

Colonel à la retraite

Qui oserait, en effet, prétendre que le gouvernement ne fait pas tout pour lutter contre le terrorisme, alors même que le président Hollande vient de faire la démonstration magistrale, à Rio où il n’a même pas eu le temps de monter là-haut, devant les caméras du monde entier, que la France est rodée, plus que tout autre pays, pour organiser des compétitions sportives internationales en ambiance terroriste ? Qui oserait une telle incongruité alors qu’on apprenait, samedi, par un communiqué du ministère de l’Intérieur, vite, très vite relayé par la presse, qu’il « a été procédé à l’expulsion de M. Moussa Keita, ressortissant malien, vers ce pays, portant à 81 le nombre d’expulsion prises depuis 2012 »?

Ce communiqué poursuit : « Élargi ce matin du centre de détention après avoir purgé une lourde peine d’emprisonnement pour des faits de délinquance de droit commun, il a fait l’objet d’un arrêté ministériel d’expulsion prononcé le 1er août 2016 en raison de son appartenance à la mouvance islamiste pro-jihadiste. Compte tenu de la menace grave que faisait peser sur l’ordre public le maintien de cet individu sur le sol français, a été engagé (sic) à son encontre une procédure d’expulsion, selon la procédure de l’urgence absolue. » Un communiqué qui tombe en ce mois d’août assoupi de façon tout aussi fracassante que l’annonce à Paris d’une victoire de l’Empereur sur l’Europe coalisée ! Les communiqués de M. Cazeneuze sont, en quelque sorte, les bulletins de la Grande Armée, version « État de droit », de M. Hollande…

Deux remarques, tout de même, sur cette expulsion. La première : si l’on avait des éléments sur le risque que faisait courir cet individu, que n’a-t-il été présenté à un juge pour être mis en examen ? La seconde : comment ne pas être admiratif devant un tel optimisme gouvernemental ? 81 expulsions depuis 2012 (on notera comment est assumé le bilan), une vingtaine par an, 1,62 par mois, pour être tout à fait précis. Et l’on voudrait nous faire croire que l’on ne peut pas vider la mer avec une petite cuillère !

Alors, je répète ma question : qui oserait dire que le gouvernement ne fait pas tout pour lutter contre le terrorisme ? Eh bien, les Français. Un sondage – encore un sondage, me direz-vous -, réalisé par ELABE pour Atlantico, nous apprend que 65 % des Français estiment que François Hollande et Manuel Valls ne « mettent pas en œuvre tous les moyens nécessaires à la lutte contre la menace terroriste ». Ils n’étaient que 46 % en janvier. Il y aurait donc comme l’ombre d’un doute, une ombre portée par les événements. 77 % des personnes interrogées estiment que la lutte menée contre le terrorisme n’est pas efficace. Un point rassurant, tout de même, pour François Hollande et Manuel Valls : 55 % des sympathisants socialistes jugent que la politique conduite par le gouvernement est efficace. On imagine aisément que 100 % des membres du gouvernement, M. Macron exclu (de la statistique, pas du gouvernement), jugent leur politique efficace. Le contraire serait inquiétant.

François Hollande et Manuel Valls ont dit et répété qu’ils ne changeraient rien à leur politique pour éliminer le terrorisme islamiste. Rien à l’extérieur, rien à l’intérieur. Circulez, y a rien à voir, rien à revoir, disait en substance Manuel Valls à la tribune de l’Assemblée, le 19 juillet dernier, en demandant la prolongation de l’état d’urgence qui a, depuis longtemps, cessé d’être un état de grâce aux yeux des Français.

Rien à revoir ? C’est tout vu, semble-t-il, car ce nouveau sondage, s’il en était encore besoin, confirme que François Hollande et Manuel Valls sont définitivement disqualifiés vis-à-vis des Français pour prétendre plus longtemps à gouverner ce pays.

http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/un-soupcon-de-mauvaise-foi-a-lelysee,272698?mc_cid=2963ef9c06&mc_eid=58ff097ba7

Un soupçon de mauvaise foi à l’Élysée ?

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/07/893855-prodlibe-hollande.jpg

Le pouvoir est enfermé dans des schémas anciens qu’il se sent incapable d’ajuster aux configurations atroces d’aujourd’hui.

image: http://0.gravatar.com/avatar/6830bcccdd66568bec1c72c800487f2b?s=320&d=mm&r=g

Philippe Bilger


Magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole

Cela fait longtemps que je récuse, à mon niveau modeste, ce débat dilatoire entre « le besoin de sécurité et le respect des libertés individuelles ». Il est clair que les Français l’ont évacué et pris parti, pour sauvegarder la sécurité de tous contre l’islamisme meurtrier, en faveur, s’il le faut, d’une diminution de la liberté de chacun. C’est une adhésion massive à la fois au bon sens et à l’efficacité pénale et sociale.

Le pouvoir, sauf à mépriser cette conviction majoritaire, ne peut plus se réfugier derrière des arguties qui accordent la réalité d’un combat à l’obligation de limites prétendues. Il ne s’agit en aucun cas de soutenir qu’une éradication totale de la malfaisance terroriste est possible mais de placer les gouvernants d’aujourd’hui face à leurs responsabilités : laisser croire qu’on fait tout quand on se complaît à n’évoquer que les freins ou qu’on en invente !

À ce titre, on ne peut que dénoncer le caractère démobilisateur d’un propos présidentiel qui est trop ressassé pour ne pas constituer une conviction forte de François Hollande. Celui qui se rapporte à l’union nationale et à son souci de la cohésion sociale.

Il n’y aurait pas forcément de la mauvaise foi dans une telle approche, seulement une illusion pour se donner bonne conscience, si un conseiller de l’Élysée, bien sûr anonyme, ne révélait pas la stratégie purement électoraliste d’un affrontement prétendu idéologique entre, pour aller vite, les humanistes du pouvoir et la multitude des citoyens.

Que déclare cet éclaireur du président de la République ?

L’opposition non seulement n’aurait « pas respecté la dignité qu’on doit aux victimes » – ce qui est déjà un reproche scandaleux – mais, pire, elle serait porteuse d’un programme antirépublicain.

« … Leur solution n’est pas de mettre plus de forces sur le terrain, c’est au fond d’en terminer avec la présence des immigrés et des musulmans. Ils veulent en finir avec le droit… Ils diront : « On ne veut plus de voile, plus d’imams, plus d’étrangers. » Et nous, nous défendrons les lois de la République… Leur ligne, c’est mieux vaut perdre l’État de droit que perdre la vie… Nous, c’est pour la vie en commun, pour la vie tout court, vive l’État de droit ».

Une telle caricature est une honte.

Elle brosse à gros traits délibérés un contraste éclatant entre le bien d’un côté et le mal de l’autre en imputant aux adversaires du pouvoir des dénonciations sommaires, globales et des envies d’exclusions radicales. Tout cela est proféré en pleine conscience de l’absurdité du procès qui, lui, franchement, à cause de son outrance inepte, n’a rien de républicain.

Cette charge grossière est cependant symptomatique de la conception que l’Élysée se fait de l’État de droit. L’alternative ne serait qu’entre lui, sa pureté mais sa faiblesse et une répression sauvage et imbécile. Cette représentation manifeste à quel point le pouvoir est enfermé dans des schémas anciens qu’il se sent incapable d’ajuster aux configurations atroces d’aujourd’hui. Ainsi, nous n’aurions pas droit à une démocratie à la fois respectable et vigoureuse, sans complaisance aucune pour le terrorisme et la délinquance ordinaire. Liés l’un à l’autre.

Extrait de : L’Elysée contre les Français


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/un-soupcon-de-mauvaise-foi-a-lelysee,272698#CT2tsyQ4s9ArsDPw.99

http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/annulations-en-cascade-les-maires-crevent-de-trouille,276194?mc_cid=2963ef9c06&mc_eid=58ff097ba7

Annulations en cascade : les maires crèvent de trouille

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/08/o-WORKPLACE-FEAR-facebook-1550x660.jpg

Cette année, Français ou touristes seront privés de feux d’artifice, de démonstrations aériennes ou de festivals de cinéma au grand air.

image: http://1.gravatar.com/avatar/af9c064233c2dbca86cb0daf12deb4e4?s=320&d=mm&r=g

Caroline Artus

Ancien chef d'entreprise

Des annulations de festivités comme s’il en pleuvait ! Du nord au sud, d’est en ouest en passant par le centre et Paris, cette année, Français ou touristes seront privés de feux d’artifice, de démonstrations aériennes ou de festivals de cinéma au grand air. Et Lille, la ville de Martine Aubry, « suspend » sa grande braderie commerciale.

« Une décision extrêmement douloureuse pour moi à prendre, je dirai même effrayante, dure », dit-elle, l’air mal à l’aise. Et de mettre en avant sa « responsabilité morale » pour éviter qu’« il puisse y avoir des blessés, voire des morts dans cette braderie ». Autrement dit : dans notre ville ou venus d’ailleurs existent de dangereux individus en liberté prêts à tuer et, étant incapable d’assurer votre sécurité, à vous honnêtes citoyens, je vous prie de rester chez vous. Martine Aubry, qui n’a jamais caché sa grande sympathie pour son électorat musulman, se couche ainsi devant la partie extrémiste de celui-ci. Elle avoue, d’ailleurs, clairement et sans honte ne pas « réussir à réduire les risques »… alors que l’État n’utilise même pas les 90 % de l’arsenal juridique à sa disposition, comme le soulignait récemment Marion Maréchal-Le Pen.

Ah, ils ont l’air fin, à présent, tous ces maires Charlie ! Après avoir dit aux Français de ne pas avoir peur, de continuer de s’amuser, de consommer, ils crèvent de trouille à l’idée que le prochain attentat se produise dans leur ville ! Mais ce n’est pas seulement cela, l’annulation des festivités. Par exemple, la suppression de la braderie, en plus d’être traditionnelle, s’avère aussi un cruel manque à gagner pour les commerçants. 40.000 euros pour un petit restaurant comme le mien, disait un propriétaire, sur BFM TV, effondré. Et que dire des touristes qui, cette année comme pour les autres qui s’annoncent aussi sombres, renonceront à venir dans notre pays ?

Ah, comme ils sont beaux, ces maires qui n’ont eu de cesse de courtiser l’électorat musulman, maintenant que plusieurs dizaines de milliers d’individus potentiellement terroristes s’apprêtent à passer à l’attaque aux cris d’Allah Akbar ! C’est la même Martine Aubry qui, dans une bouffée délirante, s’exclamait, il n’y a pas si longtemps, devant un parterre de voilées, de burqas et de djellabas, qu’elle s’emmerdait « quand on est tous pareils ». Force est de constater que, depuis, les différences tuent beaucoup.

C’est donc cela, liberté et « vivre ensemble », de rester gentiment cloîtrés chez nous parce que, dehors, tout près, l’État se révèle impuissant à assurer notre sécurité ? Aujourd’hui, on annule les manifestations estivales, demain, on impose chaque soir un couvre-feu ? « Daech ne nous impose rien », vient de dire le résident de l’Élysée en goguette, à Rio. En fait, après avoir pactisé, donné, accordé à l’islam de plus en plus conquérant, l’État a capitulé.

Ah, elle peut être fière, Martine Aubry ! Avec son militantisme quasi pathologique des immigrés, des clandestins, sa culture de l’excuse à l’égard des petits voyous des banlieues, avec sa vision communautariste de la société et ses liaisons dangereuses avec le sulfureux Amar Lasfar, cela a bel et bien abouti à ce qui lui tenait à cœur : une « nouvelle civilisation ». Qui ne peut plus rien fêter ou célébrer. Ce ne sont pas les socialistes qui nous serinent le progressisme ?


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/annulations-en-cascade-les-maires-crevent-de-trouille,276194#IfYuWwqEzp8Q8sgH.99

http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/du-vivre-ensemble-au-vivre-separement-un-phenomene-irreversible,276048?mc_cid=2963ef9c06&mc_eid=58ff097ba7

Du vivre ensemble au vivre séparément : un phénomène irréversible ?

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/08/big.113324736.jpg

Ils ne se sentent français que pour vivoter grâce aux aides sociales qu’ils cumulent souvent aux profits générés par de menus larcins.

image: http://0.gravatar.com/avatar/cdc9be8916225c6864b6c7e7cfd715c7?s=320&d=mm&r=g

Gabriel Robin

Juriste


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

Tous les étés, la même rengaine : commissariats et gendarmeries sont attaqués dans les zones de non-France. Souvent au moment de la fête nationale, date choisie par certains individus pour exprimer leur haine de la France. Pas plus les attentats que l’état d’urgence n’ont pu y changer quelque chose. Au contraire, peut-être, l’islamisme prospérant là où se trouve la racaille.

Un article de Paris Match témoigne de l’état de délabrement de certains quartiers administrativement français, rongés par l’islamisme, la délinquance de droit commun et l’assistanat. Les « jeunes » interrogés pour les besoins du reportage sont un peu confus, souvent portés sur les théories du complot, mais ils ont quelques certitudes. Ils vivent à Toulouse, dans le Grand Mirail. De leur point de vue, la loi d’Allah est supérieure aux lois de la République. D’ailleurs, ils ne se sentent français que pour vivoter grâce aux aides sociales qu’ils cumulent souvent aux profits générés par de menus larcins. Samir déclare ainsi : « Pour moi, l’islam est incompatible avec la République, […] C’est à la laïcité, à vous, de vous adapter à notre culte, pas l’inverse. […] La communauté musulmane pourrait se rebeller. Vous êtes loin de la réalité. Pour moi, la guerre civile est inévitable. » Un message reçu cinq sur cinq par les politiciens arrangeants, clientélistes et lâches qui nous gouvernent.

J’aimerais adresser deux réflexions au charmant Samir : si ce pays lui déplaît, il est tout à fait libre de le quitter, nous ne lui en voudrions pas, car la France n’a pas à s’adapter à lui ; en outre, pour qu’il y ait une guerre civile, il faudrait considérer que Samir est un Français, ce qui me paraît discutable puisque son assimilation à la communauté nationale a manifestement échoué dans les grandes largeurs. Samir n’est pas le seul dans ce cas. L’échec de l’intégration des populations immigrées est patent. Pensez donc qu’en 2016, des islamistes louent un centre aquatique pour des femmes qui s’y baigneront en « burkini » (néologisme formé par la contraction de « burka » et « bikini »). Français de papiers, ils entendent vivre selon leurs propres lois, éloignées de nos mœurs nationales. Il leur faut donc songer à plier bagages.

Nous ne devrions pas prendre à la légère ces exemples. Ils s’ajoutent à un contexte catastrophique : la démographie du Sud explose, le monde musulman subit des changements politiques majeurs, l’islam de combat s’est durablement réveillé, l’Occident est en pleine crise identitaire (ce qui entraîne une crise institutionnelle, les institutions politiques occidentales étant consubstantiellement liées à son identité historique). En sus de ces problématiques majeures, les apprentis sorciers du marxisme culturel tentent de créer une lame de fond insurrectionnelle, nourrie par la haine des forces de l’ordre et un racisme anti-blancs latent chez les personnes d’ascendance extra-européenne. L’affaire Adama Traoré est symptomatique de cet état de fait, de même que les marches organisées pour la mort du pitbull AK-47 lors d’une intervention de la gendarmerie dans le quartier de La Courneuve.

Contrairement à ce qu’avancent quelques penseurs, sortir de l’impasse présente passera par la réconciliation entre la France historique et son incarnation temporelle : l’État. Fermeté, ordre, souveraineté totale, c’est-à-dire souveraineté enracinée. La souveraineté, c’est d’abord être à soi-même sa propre norme. Ceux qui vivent en France doivent vivre avec la France éternelle, ou s’effacer. Autrement, il n’y aura plus de « nous », mais des « ils » séparés par des grillages et des fils barbelés. Faute d’avoir fermé nos frontières naturelles, nous en recréerons à l’intérieur du pays. Cela a déjà commencé. Vous ne le voyez pas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens