Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 22:53
NECESSITE DE RECENTRAGE DE L'ETAT PROVIDENCE SUR L'ETAT REGALIEN !

http://www.bvoltaire.fr/georgesmichel/besoin-de-defense-envie-de-securite,276293?mc_cid=bea083c7e9&mc_eid=58ff097ba7

Besoin de défense, envie de sécurité

Aujourd'hui

image: http://cdn.bvoltaire.fr/media/2016/03/armee-e1457293362338.jpg

Au fond, les Français veulent que l’État se recentre sur son cœur de métier.

image: http://2.gravatar.com/avatar/865f954cd878d7db6568a7a2f493cb71?s=320&d=mm&r=g

Georges Michel

Colonel à la retraite

Le 20 novembre 2015, une semaine après le massacre du Bataclan et à l’occasion de la sortie très opportune de son livre La Dernière Bataille de France, le général (2s) Vincent Desportes déclarait au micro de Boulevard Voltaire : « Il fallait une prise de conscience citoyenne du besoin de défense et de la dégradation des moyens de la défense et de la sécurité des Français. » Aujourd’hui, il semblerait que cette prise de conscience soit effective et massive.

En effet, un sondage ELABE, réalisé pour Les Échos, Radio Classique et l’Institut Montaigne, révèle que 70 % des Français sont désormais favorables à une hausse des dépenses de défense et de sécurité. Sans vouloir être irrespectueux envers le général Desportes qui, reconnaissons-le, se bat depuis des années, souvent bien seul, avec obstination et brio, pour ouvrir les yeux de nos concitoyens, cette prise de conscience massive n’est probablement pas due à la lecture de ses livres mais, malheureusement, à la série d’attentats que l’État n’a pu éviter depuis un an et demi.

Un constat concernant la défense. Depuis 25 ans, elle a perdu 20 % de son budget. En 1988, elle constituait le premier poste budgétaire (16 % des dépenses de l’État), devant celui de l’Éducation. Aujourd’hui, cette part est de moins de 13 %, derrière le service de la dette (18 %) et l’Éducation (21,4 %). Toujours en 1988, la France consacrait 3 % de son PIB à la défense contre 1,5 % aujourd’hui. Cette part est de 4 % pour les États-Unis, 4,5 % pour la Russie… Cette longue et lente saignée s’est accentuée dans les dix dernières années. 54.000 ! C’est le nombre de postes que Nicolas Sarkozy, en 2008, décida de supprimer allègrement dans les armées.

Parallèlement, durant la même époque, et comme pour illustrer ce recul, le ministre de la Défense n’a cessé de dégringoler dans l’ordre protocolaire du gouvernement : numéro 3 en 1986, onzième en 2007 sous Fillon I, douzième en 2012 sous Ayrault I (derrière les Affaires sociales et le Logement). Il n’y a pas de hasard.

Conséquence de cette dérive : « Aujourd’hui, tout simplement, nous avons une défense qui n’est plus à la hauteur des ambitions, certes, de la France mais également des menaces », comme le déclarait en novembre dernier le général Desportes. Et ce ne sont pas les mesures prises à la marge par François Hollande, depuis lors, qui changent fondamentalement les données du constat.

Depuis, donc, selon le sondage mentionné plus haut, les Français auraient compris – un attentat étant malheureusement plus explicite qu’un gros bouquin. Mais dans le même temps, ces mêmes Français ne sont pas disposés à payer plus d’impôts pour cela. C’est ce qu’indique ce sondage. Les Français ne sauraient donc pas ce qu’ils veulent ?

Si, au contraire ! Parmi ceux qui sont favorables à cette hausse des crédits de la défense et de la sécurité, 54 % pensent qu’il faut réduire les dépenses de l’État par ailleurs. Ce chiffre est même de 57 % chez les ouvriers et les employés. Le bon sens populaire, peut-être.

Et si, finalement, les Français, sans avoir lu le général Desportes, avaient bien compris le problème : depuis des décennies, « l’État-providence a mangé l’État régalien », selon les propres mots du général Desportes. Le welfare au détriment du warfare ! Et ce, aux dépens de ce qui est la première des libertés : la sécurité.

Au fond, les Français veulent que l’État se recentre sur son cœur de métier, pour reprendre l’expression « managériale » de ces temps – dit-on – d’efficience. Faut-il encore avoir des hommes et des femmes d’État. Le gouvernement à la godille de ces dernières décennies peut légitimement nous faire douter…


En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/georgesmichel/besoin-de-defense-envie-de-securite,276293#L4b8wUuqbCIcydv5.99

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens