Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 10:39

Vous supprimerez leurs subventions ?

Il y a en tout cas un débat à avoir sur la répartition qui est en faite aujourd’hui, une répartition clairement militante dans des proportions absolument considérables pour des journaux qui ne vendent plus, que les Français n’achètent plus, et qui survivent exclusivement grâce à un certain nombre de contrats dans les mairies communistes ou via la SNCF et Air France.

Parlons d’actualité, l’affaire Théo pour vous ce sont les prémices d’un soulèvement possible des banlieues ? Vous pensez que cela aurait pu être facilement jugulé dès le départ ? Quel est votre sentiment là-dessus ?

Il y a plusieurs choses : déjà il faut savoir – et c’est le syndicat Alliance lui-même qui l’a révélé – il y a eu des consignes données, une fois de plus, aux forces de l’ordre de ne pas intervenir, de ne pas répondre aux provocations, de faire le minimum d’interpellations possibles, pour que cela ne s’embrase pas en cette période électorale. Parce que l’on sait pertinemment que cela pourrait ouvrir les yeux d’un certain nombre de Français, et les amener, peut-être, à cherche une réponse forte au Front National.

Il est évident qu’on a laissé la situation telle quelle pendant un certain nombre de jours.

Par ailleurs, ces casseurs ont été à moitié encouragés par une partie de la classe politique, notamment à gauche puisqu’ils ont passé leur temps, certes, à condamner les « incidents » comme ils disent – une façon sémantique de minimiser la chose -, mais d’autre part, à justifier ces agissements puisqu’on a encouragé, soutenu les manifestations contre les prétendues violences policières.

Il y a eu tellement de violences policières en France qu’on est obligé d’encore se référer à Malik Oussekine il y a trente ans… c’est vous dire ! On a justifié cela, une fois de plus, avec le même discours, les mêmes poncifs en disant « oui, mais c’est le chômage, c’est la mise à l’écart des banlieues, c’est le racisme », donc finalement, c’est pas bien, ils cassent mais d’une certaine manière, ils ont raison de casser puisque c’est la société qui est responsable de cet état de fait.

Au Front National nous avons dès le départ fermement condamné cette approche, repris aussi par une partie de la droite, en disant que non, la société n’a pas de responsabilités, ces gens sont des délinquants voire même des criminels qui se servent du prétexte de l’affaire Théo, sans rentrer dans le détail, pour mettre à feu et à sang des banlieues. Parce que je ne vois pas ce qui peut justifier dans l’affaire Théo le pillage de magasins, le fait de caillasser des bus ou de brûler la voiture du voisin. Il faut changer radicalement de raisonnement et accepter l’idée que c’est une réponse judiciaire et policière ferme face à ces casseurs qui sera la solution, et non pas arroser encore d’argent public comme nous le faisons avec les politiques de la ville depuis longtemps, avec les résultats que l’on connaît.

Au cœur de l’actualité aussi, liée au reste, ce blogueur, Mehdi Mektat, du Bondy blog, vous avez été vous-même la cible de ce blogueur, un scandale qui a émergé grâce aux médias alternatifs !

Exactement ! Une fois de plus, c’est parfaitement révélateur d l’indignation à géométrie variable dont font preuve une partie des journalistes bobos de gauche si prompts à dénoncer la haine et qui ont en leur sein – et protègent, et promeuvent – un certain nombre de personnes comme ce Mehdi qui s’est illustré pendant des mois, voire même des années, par des propos ignobles sur Facebook – jamais d’ailleurs à l’égard de l’islam, il faut bien le préciser – profondément misogynes, antisémites, racistes – toujours à l’égard des mêmes. Et manifestement, il continuait d’avoir les plateaux de télé ouverts puisqu’il a même eu le grand plaisir de pouvoir interviewer Mme Taubira, émerveillée d’ailleurs par l’œuvre de ce jeune homme… qui même dans ses livres, pourtant, tient des propos particulièrement outranciers.

La constatation c’est qu’aujourd’hui, quand on est journaliste d’origine immigrée en France et puis manifestement plutôt musulman, on a le droit de dire tout ce qu’on veut et on a le droit d’insulter l’intégralité des homosexuels, des juifs, ou même des blancs, alors que d’un blanc au Front National, on n’aurait jamais accepté le dixième – et fort heureusement d’ailleurs – de ce qu’a pu dire ce jeune-homme.

On a beaucoup parlé de la visite au Liban de Marine Le Pen et du fait qu’elle ait refusé de porter le voile lors d’une visite dans une mosquée sunnite. Vous qui avez fait un discours féministe bien senti il y a quelques semaines, comment réagissez-vous ?

C’est un symbole important. Les féministes ou en tout cas celles qui s’affichent comme telles à gauche sont les premières à défendre la marchandisation de la femme avec la gestation pour autrui et sa soumission à travers le voile. On voit bien que le voile aujourd’hui ce n’est pas simplement un apanage culturel que l’on retrouve dans certains pays, c’est véritablement en France une offensive de colonisation de l’espace public voulu et incité par l’islam politique et l’islam radical. C’est si vrai d’ailleurs qu’il y a des années de cela, les Français de confession musulmane et pratiquants en France n’avaient aucune difficulté à s’habiller à l’occidentale alors qu’aujourd’hui, dans certaines parties du territoire, dès douze ans, les jeunes filles sont invitées, pour ne pas dire contraintes à porter ce voile, voire le voile intégral. Ce refus de Marine Le Pen est important par les temps qui courent alors même que le flou de la pensée conduit certaines féministes à défendre le voile aujourd’hui comme une liberté de la femme, finalement de pouvoir, se soumettre… librement !

Néanmoins vous connaissez l’adage « À Rome, vis comme les Romains »… ne peut-on pas lui reprocher de demander aux jeunes femmes musulmanes de ne pas porter le voile chez nous et de ne pas se plier à leurs propres mœurs chez elles ?

Vous admettrez que le « fais comme les romains » en France, est assez peu respecté par un grand nombre de musulmans. Donc qu’ils n’exigent pas de nous ce qu’ils refusent de faire en France.

Et puis, le Liban est connu plutôt pour être un pays vraiment multiculturel à cet égard, il y a un respect des religions et notamment de la religion chrétienne, un pays où il n’y a pas, comme en Iran, par exemple, d’obligation pour toute la population de se voiler. Et puis statut diplomatique de Marine Le Pen, ce qu’elle peut représenter – ce qu’elle représentera, je l’espère, demain c’est-à-dire la France – peut justifier qu’elle bénéficie de cette dispense.

Sa volonté de supprimer la double nationalité émeut les chrétiens du Liban. L’un d’entre eux me disait hier : « Nous, les chrétiens libanais, sommes plus français que les Belges. »

C’est un choix doctrinal. Moi, je suis même pour aller encore plus loin que ne le fait actuellement le Front National, puisqu’il autorise la bi-nationalité européenne : Je considère qu’on ne peut pas avoir de double allégeance et qu’à ce titre on ne peut pas être Français et invité à faire son service militaire dans un pays étranger quel qu’il soit, européen ou non même si le lien civilisationnel que nous avons avec l’Europe, des liens extrêmement poussés dans tous les domaines puissent justifier cette exception.

La nationalité française a été trop bradée et il est important qu’elle retrouve un peu de son prestige, qu’elle devienne de nouveau un véritable privilège et qu’elle soit un choix fait en âme et conscience, un choix de cœur et pas seulement une sortie de secours, comme elle est trop souvent aujourd’hui utilisée par un certain nombre de binationaux.

Marine Le Pen a dit qu’elle prendrait peut-être un Premier ministre qui ne serait pas du Front National, coupez-moi si je me trompe !

C’est possible !

Elle pensait à quelqu’un en particulier ? Quel est l’objectif ?

C’est à elle qui faudra le demander mais en tout cas, ce qu’il faut retenir c’est que Marine Le Pen n’est pas enfermée dans l’idée d’un gouvernement fronto-frontiste et qu’elle anticipe déjà la nécessité de l’élargir.

Ça veut dire à une personnalité de la vie civile… ou à des politiques « extérieurs » ?

Ça veut dire les deux, une personnalité de la vie civile ou politique. Cela s’adresserait en l’occurrence à des personnalités de la vie civile mais aussi à des personnalités actives sou non-actives du monde politique, qui ne viennent pas exclusivement du Front National. Elle a cité, déjà en leur tendant la main, Nicolas Dupont-Aignan, Henri Guaino, Philippe de Villiers. Un gouvernement de Marine Le Pen ce sera quelque-chose qui ressemblera au Front National et à l’ouverture à la droite nationale conservatrice en partie.

On entend beaucoup que le Front National ne dispose pas d’un vivier de gens compétents. Vous avez été diabolisés donc les gens susceptibles de faire carrière craignaient ou peut-être craignent toujours de vous rejoindre, de peur d’être stigmatisés et de ne plus pouvoir se recaser ensuite. Vous souffrez en effet d’un déficit de cadres, de compétences ?

Si nous étions à ce point isolés et nuls, je ne pense pas que nous pourrions porter avec autant d’efficacité les diagnostics qui sont les nôtres et qui s’avèrent systématiquement justes ! Nous ne pourrions pas constater que l’intégralité de la droite ou presque reprend à son compte les propositions que nous faisions déjà par anticipation depuis il y a années.

Nous ne nous amuserions pas à vouloir arriver aux affaires si nous n’avions pas de quoi assurer ce pouvoir car nous imaginons bien l’adversité à laquelle nous devrons faire face et nous ressentons bien l’espoir que nous suscitons aujourd’hui auprès d’une grande partie des Français. Nous avons beaucoup de gens avec nous, déjà dans nos élus actuels, peu connus parce que peu invités sur les médias mainstream, mais qui sont des gens très compétents, et nous avons beaucoup de groupes, dont les Horace pour le Front National, qui sont des profils de très haut niveau et qui sont d’ores et déjà prêts à s’investir dans des responsabilités lorsque nous arriverons aux affaires.

On dit souvent que vous être l’héritière de votre grand-père, vous l’acceptez ? Vous le réfutez ?

Je suis sa petite-fille donc forcément ça joue un petit peu dans cette analyse ! Le réfuter serait complètement absurde même si j’ai pu avoir des désaccords politiques forts avec mon grand-père et je ne m’en suis jamais cachée, je l’ai dit publiquement et je le lui ai dit aussi. Mais je refuse de jeter le bébé avec l’eau du bain. Jean-Marie Le Pen ça n’est pas que les polémiques, c’est quarante ans de vie politique, c’est un homme qui arrive du fin fond de la Bretagne, qui parlait breton chez lui dans une maison en terre battue sans eau ni électricité et qui arrive à porter le courant national à bout de bras abandonné et même honni par tous… certes avec les défauts qui sont les siens, mais comme tous les grands hommes il a de grandes qualités et de grands défauts.

Evidemment, le Front National tel qu’il existe aujourd’hui est l’héritier direct du Front National de Jean-Marie Le Pen mais avec toutes les évolutions naturelles : bien sûr, le Front National des années 70 n’est pas le Front National des années 2016 simplement parce que le contexte mondial, national n’est pas le même, les adversaires ne sont pas les mêmes.

Aujourd’hui le Front National est un parti qui se construit face à l’hégémonie de la supranationalité, face à la disparition de nos souveraineté nationales et face au défi qu’est devenu l’islam mondialisé politique et radical donc évidemment les réponses sont autres. Mais le socle reste le même c’est-à-dire la défense de l’identité et de la souveraineté française.


Propos recueillis par Gabrielle Cluzel et Charlotte d’Ornellas

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens