Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 07:56

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/03/27/macron-a-la-une-5926227.html

 

MACRON À LA UNE..

  

 

ENQUÊTE. Des accords avec quelques magnats de la presse, le soutien de l'Élysée et des communicants ambitieux : c'est le secret de la campagne médiatique d'intensité rare en faveur d'Emmanuel Macron. Décryptage.

 

PAR LOUIS ANDERS 

« On ne communique pas sur la com'... ». Au téléphone, la réaction du mouvement « En Marche » est nette : le service de presse ne souhaite pas divulguer d'informations sur sa force de frappe. Et pour cause : il est le coeur nucléaire du réacteur, celui grâce auquel un homme inconnu du grand public il y a encore trois ans peut désormais nourrir des espoirs d'accéder au second tour de la présidentielle. La communication d'Emmanuel Macron est en partie assurée par de jeunes loups aux vives ambitions. Son poisson-pilote, Ismaël Emelien, 29 ans, a été formé chez le géant de la publicité Euro RSCG, l'entreprise qui contrôle (avec Publicis) la majeure partie des annonces payantes passées dans les médias. Autour de lui figurent d'autres membres du cabinet de Macron quand il était ministre de l'Économie. Des garçons aux pratiques contestables : à Bercy, ces derniers n'hésitaient pas à bloquer pendant des mois les notes du secrétaire d'État au numérique, Axelle Lemaire, dans le but de réserver à leur employeur l'image de la modernité. En tout, le service de communication d'En Marche emploie à lui seul un quinzaine de personnes, soit le tiers des salariés du mouvement. Une véritable machine de guerre.

DES UNES À LA PELLE

Le résultat ? Des unes à la pelle dans Paris Match, des articles laudateurs dans Le Figaro ou L'Obs, des reportages sur la femme d'Emmanuel Macron dans la presse féminine, des passages positifs sur les grandes chaînes de radio et de télé alors que l'homme ne dispose pas encore de programme. Dernière opération réussie : les cinq pages consacrées au candidat à la présidentielle le 12 février dans le Journal du dimanche. Une opération de com destinée à déminer les interrogations qui commencent à poindre concernant les financements dont il bénéficie. Le dossier, réalisé « avec le concours du candidat d'En Marche » précise l'hebdomadaire, consiste en un déroulé d'informations lisses fournies par son propre porte-parole... S'y ajoutent des articles intitulés « En Marche visé par les hackers », « Pourquoi il les ensorcelle », ou « Macron, confidences sacrées » dans lequel l'homme « ne renie pas la dimension christique » du chemin qu'il suit... Vous avez dit propagande ?

LES MAGNATS QUI LE SOUTIENNENT

Les relais médiatiques, le candidat les a trouvés directement chez les propriétaires de la presse. Actionnaire important du groupe Le Monde SA (Le Monde, L'Obs, Challenges, Télérama, Huffington Post), Pierre Bergé a affirmé publiquement être au service d'Emmanuel Macron. Plus discrètement, l'homme d'affaires israélien Patrick Drahi soutiendrait également l'ex-secrétaire général adjoint de l'Élysée : c'est grâce à son intervention qu'il avait pu acheter le groupe SFR en dépit des blocages montés à l'époque par le ministre Arnaud Montebourg. Depuis, les titres du groupe SFR Presse (BFM, RMC, L'Express, Libération, etc.) apportent un soutien monolithique à Emmanuel Macron et relayent abondamment les attaques contre les autres candidats. Pour sa campagne, En Marche s'est directement attaché les services du président de SFR Presse, Bernard Mourad ; cet ancien banquier de Morgan Stanley a naguère travaillé pour le compte de la filiale médias d'Arnaud Lagardère (dont le groupe détient notammentParis Match, Europe 1 et le JDD).

N'en jetez plus ? En voilà encore. Le candidat de 39 ans serait également secondé par l'Élysée, si l'on en croit la très informée lettre Faits & Documents. Dans L'Obs du 19 janvier, Manuel Valls en personne n'affirmait-il pas : « J'en ai marre de voir que le secrétaire général de l'Élysée aide à lever des fonds pour celui qui veut tuer notre parti » ? Un coup de gueule qui fait écho au voyage récent du candidat Macron au Liban, lequel aurait été organisé en sous-main par l'exécutif ; et à la phrase prononcée par le président Hollande en personne devant deux journalistes : « Il faut liquider le PS pour créer un Parti du Progrès » (Un président ne devrait pas dire ça, éd. Stock, 2016). Une grille d'analyse qui pourrait expliquer la relative bienveillance dont bénéficie le candidat Macron dans les médias publics (AFP, Radio France et France Télévision). 

Politique magazine mars 2017 -  Consulter ... S'abonner ...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens