Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 07:41

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/04/03/a-propos-de-macron-le-coup-d-apres-reflexions-sur-cette-pres-5928857.html

 

A propos de Macron : le « coup d’après »... Réflexions sur cette présidentielle à nulle autre pareille

 

Mur-bleu gds.jpgLes joueurs d'échec le savent bien : l'important est d'avoir toujours un coup d'avance sur son adversaire. Un ou, encore mieux, plusieurs... Nous avons déjà dit tout le mal - mal politique, s'entend - que nous pensions de Macron, habilement, car justement, baptisé « Emmanuel Hollande » ou « François Macron » par beaucoup, dont François Fillon.

Et nous avons rappelé que l'on ne votait pas seulement pour élire un président de la République mais aussi pour élire quelqu'un qui, très peu de temps après l'élection, devra former et conduire - donc « tenir » - une majorité pour gouverner. Et donc, gagner les Législatives.

Or, comment Macron peut-il sérieusement prétendre qu'il en sera capable, avec le recyclage politique de fait auquel le conduit cette avalanche de ralliements en cascade : de Madelin et certains illustres inconnus « de droite » à Robert Hue, en passant par Cohn Bendit, Alain Minc ou François Bayrou, et tant d'autres encore ! Même Geneviève de Fontenay est sur la liste ! Si Macron pense, et dit, qu'il pourra y arriver, cela relève, au mieux, d'un aveuglement sidéral, au pire du mensonge pur et simple ; d'une escroquerie ; d'une arnaque.

15446384-macron-les-coulisses-d-une-demission-en-douceur.jpgRaisonnons sur un cas précis. Ont rejoint Macron déjà plus de 200 élus socialistes (et plus de 35 députés, et 15 sénateurs) ; mais aussi Gérard Collomb, Bertrand Delanoë, Bruno Le Roux, Jean-Yves Le Drian, Claude Bartolone...

Voici maintenant Manuel Valls qui annonce qu'il votera Macron ! L'un et l'autre jurant, la main sur le cœur, qu'il n'y a pas et n'aura pas de marchandage entre eux.  

Justement, voyons l'affaire un peu dans le détail.

Trop confiant, trop sûr de lui, et, pour tout dire, trop imbu de sa personne, trop orgueilleux, Valls a commis l'imprudence de s'autodétruire en quittant son confortable poste de Premier ministre, persuadé qu'il allait gagner la primaire socialiste et, dans la foulée, la présidentielle. Le pouvoir rend vraiment fou ! Ou aveugle, comme on voudra... Tel un Icare de série B, à vouloir s'élever trop haut dans le ciel, il s'est lamentablement écrasé au sol. Il a presque tout perdu : il ne lui reste plus, pour exister politiquement, et pour compter encore un tout petit peu, que son siège de député-maire d'Evry et de l'Essonne. Y renoncera-t-i, aux prochaines législatives ? Ce serait signer son arrêt de mort politique, et écrire lui-même le mot « Fin » de sa triste carrière. C'est donc très peu probable. 

Mais, Macron ? Il a dit, promis, juré, qu'il y aurait un candidat d'En Marche dans toutes les circonscriptions de France. Donc dans l'Essonne. Et c'est là que le piège se referme sur lui, et que ce seul siège a valeur de test national sur sa crédibilité, ou son absence de crédibilité. Car Macron n'a que deux solutions :

- soit il investit Valls, et alors son discours apparaît pour ce qu'il est : celui d'un menteur de plus, d'un bonimenteur en tout semblable aux autres, lui qui voulait changer la politique, faire de la politique autrement, renouveler les visages etc.… etc...

- soit il investit quelqu'un d'autre, et alors, gare aux représailles ! Non seulement le siège de l'Essonne risque fort d'être perdu, et pour Valls et pour Macron, mais ce sera dans toute la France que les socialistes - ou ce qu'il en reste, mais tout de même... - feront payer à Macron son « indépendance » vis-à-vis d'eux. Et ce « cher » pourrait se révéler « très » cher, voire « très, très cher ». En clair, une Assemblée « de droite », et donc une cohabitation. Peut-être longue de cinq ans.

Aujourd'hui, Macron nous enfume, nous berce de mots creux, nous joue le jeune premier au sourire fluoré et à l'impeccable dentition, genre « Email diamant », tentant de séduire les midinettes. Mais si l'on prend un peu de recul, si l'on fait de la politique et non de la macronnerie, si l'on regarde « le coup d’après », on est forcé d'alerter l'opinion, de lui demander de bien y réfléchir à deux fois avant de voter Macron.

Car, en politique comme en toute chose, il faut savoir regarder un peu plus loin que le bout de son nez.

Ce n'est pas un jeu, la politique, mais il y faut, là aussi, penser au « coup d’après ». 

Partager cet article

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens