Dans une interview à « Valeurs Actuelles », le candidat à la présidence LR explique comment il souhaite reconstruire la droite avec sa candidature. 

Dans une interview  donnée à Valeurs Actuelles, Laurent Wauquiez tient d'abord à se distinguer du président de la République, qu'il considère comme n'étant « en rien de droite ». « Son univers, ce sont les élites connectées de la mondialisation », estime le  candidat à la présidence du parti Les Républicains. Si Emmanuel Macron peut, reconnaît-il, « porter ponctuellement des réformes qui avancent dans une direction que l'on peut soutenir », il n'empêche que « sa philosophie politique n'a rien de droite », poursuit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

« Il nous a parlé de la nation start-up, puis de la nation européenne, mais jamais de la nation française. Il porte une vision foncièrement multiculturelle, il est un apôtre de la mondialisation, n'a pas un mot sur les questions de sécurité, a montré tout le mépris dans lequel il tient l'armée par la manière dont il a traité le général Pierre de Villiers », accuse encore Laurent Wauquiez.

« Des réformettes techniques »

Selon lui, la ligne décidée par François Baroin lors de la campagne LR des législatives a été « une erreur ». Car elle a donné « le sentiment de mettre de l'eau dans notre vin », déplore l'élu incarnant pour ses pairs l'aile droite du parti, flirtant même parfois avec l'extrême-droite. 

Le candidat favori à la présidence des Républicains accuse d'ailleurs la droite de ne plus mener, depuis les « années 90 », que des « réformettes techniques » et « une politique au petit pied ». 

« A partir de ce moment, la droite n'a combattu la gauche que sur des histoires de curseurs. Fait-on 2,8 ou 2,9% de déficit ? Quelle petite réformette technique propose-t-on ? (...) Plus de projet de société, plus de souffle, plus de vision », estime l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

« Voilà mon diagnostic, mon inventaire. Et la reconstruction de la droite passera par le fait de s'émanciper une bonne fois pour toutes de cela », ajoute le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui s'assigne comme « premier chantier » à la tête de LR de « faire se connecter les deux hémisphères » : « les intellectuels de droite » comme « Finkielkraut, Houellebecq, Le Goff, Bellamy », dont il salue « la vitalité du débat », et les « politiques de droite », dont il constate « le vide sidéral de [leurs] nouvelles idées ».

Revenir sur l'élargissement de la PMA

Réagissant sur l'actualité sur  la PMA, que le gouvernement veut autoriser à l'horizon 2018, Laurent Wauquiez revendique une position très conservatrice. Il veut par exemple modifier la loi Taubira en revenant sur les questions liées à la filiation mais pas sur le mariage entre homosexuels, explique-t-il. 

À lire aussi
  •  

« On voit bien que la loi Taubira a ouvert une mécanique sur laquelle il est évident qu'il faut revenir. Il ne s'agit pas de démarier les couples de même sexe et le sujet n'est pas la notion de mariage, comme l'a exprimé François Fillon pendant la campagne présidentielle, mais bien de fixer des lignes rouges pour empêcher toute marchandisation et toute remise en cause de la filiation », indique celui qui apparaissait moins nuancé en janvier quand il appelait à « avoir le courage de revenir sur les lois des socialistes », notamment celle sur le mariage homosexuel.

Source AFP