Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:30

http://www.bvoltaire.fr/fillonistes-doivent-voter-marine-pen-second-tour-de-presidentielle/?mc_cid=18d633a958&mc_eid=58ff097ba7

 

 

 

Pourquoi les fillonistes

 

 

 

doivent voter Marine Le

 

 

 

Pen au second tour de la

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

présidentielle

Aujourd'hui

 

L’urgence, le problème absolu, c’est l’immigration !

 

Marc Rousset

Économiste

 

 

Pourquoi les fillonistes doivent-ils voter Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, même s’ils ne sont pas d’accord sur son programme économique ?

Parce que le Système nous demande de jouer honorablement le jeu de la pensée unique, du pseudo-front républicain, pendant que lui utilise les pires magouilles et moyens répugnants pour lancer, en quelques mois, un produit de lessive mondialiste et immigrationniste, et faire tomber Fillon avec des manœuvres médiatiques et judiciaires…

Parce que 72 % des Français sont favorables à l’euro et que, le voudrait-elle, Marine Le Pen ne pourrait pas faire sortir la France de l’euro. Quant à son programme socialiste économique catastrophique, comme Mitterrand après 1981, la candidate du Front national serait très vite obligée de mettre de l’eau dans son vin.

Mais surtout parce que l’invasion migratoire ne peut pas encore attendre cinq ans avant de cesser ! Entre deux maux, il faut choisir le moindre.

Selon Michèle Tribalat, le nombre d’admis au séjour a augmenté de près d’un tiers ! Avec le quinquennat Hollande, l’immigration s’est accélérée ; l’invasion migratoire continue et continuera de plus belle avec la catastrophe Macron. On avait 172.000 entrées légales en 2007, on en a eu 193.000 en 2012 et 228.000 en 2016.

Compte tenu des clandestins que nous renvoie actuellement l’Allemagne, la France subit tous les ans un flux migratoire de 300.000 personnes par an, qui vont ensuite se multiplier grâce à un taux moyen de fécondité de 3,4 enfants par femme contre 1,6 enfant par femme d’origine française ou européenne…

C’est très bien, de vouloir l’Europe et garder l’euro, mais l’urgence, le problème absolu, c’est l’immigration ! Mourir en ayant raison pour l’euro et notre destin européen n’est pas la solution face aux gangsters socialistes du style Hollande et Macron. Christine Boutin et Robert Ménard, qui recommandent de voter Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle malgré leurs désaccords, ont 100 % raison

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 19:51

http://www.bvoltaire.fr/france-soumise-france-libre-reponse-7-mai/?mc_cid=558a7ffe9e&mc_eid=58ff097ba7

 

 

 

 

France soumise ou France

 

 

 

libre ? Réponse le 7 mai…

 

Hier

 

Un peuple qui, en 50 ans, passerait du général de Gaulle à Emmanuel Macron mériterait l’esclavage qu’on lui prépare.

 

François Falcon

Satiriste polémiste

 

On avait beau nous l’annoncer depuis des mois, la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle et sa quasi-certitude de devenir le 7e successeur du général de Gaulle a quelque chose d’aussi ahurissant et humiliant que « l’étrange défaite » de 1940.

En 1940, les Français qui se targuaient d’avoir la meilleure armée du monde ont été écrasés en quelques semaines par les panzers de la Wehrmacht et ont subi quatre ans d’occupation et de régime de collaboration. En 2017, les Français qui se prétendent toujours les champions de l’indépendance d’esprit, de la révolution et de la liberté, cette France qu’on nous vantait insoumise, s’est écrasée devant les puissances de l’argent en quelques mois à peine. S’il n’avait pas été soutenu par la totalité des pouvoirs en place, Emmanuel Macron aurait connu le sort de tous les candidats sans expérience ni notoriété, avec une petite prime pour sa belle gueule, ce qui l’aurait amené à 3 % des voix. Les 20 % restants sont le résultat du pilonnage médiatique incessant subi par les Français depuis que François Fillon a gagné la primaire et que la caste dirigeante a souhaité se trouver un Président plus en phase avec elle.

Cette défaite de la France, cette soumission invraisemblable à ceux qui veulent l’écraser sous le poids de la bureaucratie bruxelloise et de l’immigration dérégulée, est encore plus humiliante que celle de 1940 dans la mesure où les partisans du maréchal Pétain avaient l’excuse d’avoir perdu la guerre alors que les partisans d’Emmanuel Macron n’ont subi aucune violence, en dehors des quelques exactions des milices d’extrême gauche dont le système se sert pour effrayer le bourgeois. Cette fois, pour soumettre ces esprits qui se croient si forts, il aura suffi d’une intense propagande.

Et voilà la collaboration en marche : alors que la menace islamiste atteint son paroxysme, la France s’apprête à élire une personnalité faible qui compte des islamistes parmi ses soutiens ; alors que le chaos migratoire s’installe, la France s’apprête à élire un Président qui veut « bâtir une autoroute migratoire entre l’Afrique et la France » ; alors que le chômage reste l’une des préoccupations majeures des Français, la France se prépare à élire un Président hostile à toute mesure de protection de notre économie ; alors que bien des Français s’inquiètent de la fragilisation de leur pouvoir d’achat, ils s’apprêtent à élire un Président qui veut taxer les petits propriétaires et exonérer le grand capital !

Déjà sous Jacques Chirac, beaucoup avaient été humiliés d’être représenté par un homme plus doué pour la communication que pour l’action ; puis il y eut Nicolas Sarkozy, dont le côté bling-bling heurta le pays profond et fit regretter Jacques Chirac ; et puis Hollande, que personne ne prit jamais au sérieux quoiqu’il sût faire voter les lois anti-France que lui commandèrent ses maîtres mondialistes ; on en vint à regretter Nicolas Sarkozy. Il était réellement impensable de tomber plus bas ! Et pourtant, l’impensable est sur le point de se réaliser : Emmanuel Macron et Brigitte Trogneux à l’Elysée, entourés de toute la clique hollandiste !

Si, dans les cinq ans à venir, les Français boivent la coupe jusqu’à la lie, si la France poursuit sa marche vers le sous-développement avec son cortège de pauvreté, de violence, d’inégalité et d’injustice, il faudra au moins avoir la lucidité de reconnaître que tout cela est mérité. Emmanuel Macron, l’homme sans âme et sans caractère, l’adulescent égocentrique idôlatre de l’argent et de la gloire factice, incarne à merveille la France et les Français d’aujourd’hui. Il paraît qu’on a les chefs que l’on mérite : un peuple qui, en 50 ans, passerait du général de Gaulle à Emmanuel Macron mériterait l’esclavage qu’on lui prépare.

Certes, au cœur de ce marasme se lèvent déjà des hommes et des femmes libres, à droite comme à gauche. Ces hommes debout ont-ils une chance d’être assez nombreux pour nous éviter la catastrophe annoncée pour le 7 mai ? Espérons que cette veille de la commémoration de la capitulation allemande de 1945 est un signe prémonitoire.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 19:17

http://www.bvoltaire.fr/8-657-326-francais-ont-choisi-perte-de-france/?mc_cid=558a7ffe9e&mc_eid=58ff097ba7

 

8.657.326 Français ont

 

choisi la

 

perte de la

 

France

Hier

 

#CroisonsLes @GuillaumeTC

Après avoir interdit au Président sortant de se représenter, voilà que les Français sont prêts à élire son clone…

 

Floris de Bonneville

Journaliste


Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

 

Après avoir interdit au Président sortant de se représenter, voilà que les Français sont prêts à élire son clone… Ils sont près de 9 millions à avoir été convaincus que le meilleur candidat était ce jeune homme sémillant, pendu au bras de celle qui pourrait être sa mère.

Ce qui frappe en premier lieu, c’est la platitude de son programme. Ces presque 9 millions de Français n’ont pas pris la peine de lire sa profession de foi, d’un vide abyssal ! Autant sa challenger a su détailler ce qu’elle voulait faire, autant Emmanuel Macron n’a imaginé que des idées générales. Il est vrai qu’il ne veut pas s’occuper de tout. Il aura Cohn-Bendit, Robert Hue, Gérard Collomb, Richard Ferrand pour les basses tâches. « Un plan inédit pour le chômage », sans dire lequel. « La cohésion nationale par la transmission des savoirs fondamentaux », oui, mais lesquels ? Ou encore « l’émergence d’un nouveau modèle de croissance comme l’agriculture de demain ».

À l’international, il veut assurer « la paix et l’esprit d’entreprise en Afrique ». Je vous fais grâce du reste de ces « six chantiers pour la France ».

 Il ne reste plus que quelques jours à Marine Le Pen pour briser cet élan en nous disant qui est réellement ce personnage et quelles sont ses idées pour gouverner. Car, enfin, comment 25 ou 30 millions d’électeurs pourront-ils mettre un bulletin Macron dans l’urne, en sachant pertinemment qu’ils se condamnent à cinq années de difficultés majeures ? Je ne donne pas un an avant que la majorité de ses électeurs déclare avoir été trompée par un sourire à la Colgate et exprime sa mauvaise humeur dans la rue.

Macron, cest la discrimination positive pour séduire l’électorat des banlieues, le dispositif des emplois francs qui a été un échec total sous Hollande, sa préférence notoire pour les banlieues face au mépris de la France rurale, sa confusion entre nation et société, sa proposition sous-entendue de déstructurer et de décomposer la France.Bérénice Levet, dans Le Figaro, s’en explique : « L’ex-ministre de l’Économie envisage la France comme une start-up dont il serait le dirigeant dynamique, souriant, sympa. Notre nation n’est plus à ses yeux qu’une collectivité qu’il entend dynamiser, mettre en mouvement, sans mémoire, sans passé, sans histoire. »

Macron veut convertir la France au multiculturalisme et, pour ce faire, il va laisser un flot de migrants nous envahir, projetant même de lancer un pont entre l’Algérie et la France, sans doute pour s’excuser du crime contre l’humanité que, selon lui, la France y a commis.

Dans le domaine économique, il est pour la dérégulation, la fin du salariat, l’ubérisation de la société, la suppression des nations et des frontières. Sur le plan moral, il est pour la libération des mœurs et on peut comprendre pourquoi, pour la fin de la famille traditionnelle, le droit des minorités. Il est Pierre Bergé.

Je ne comprends pas que François Fillon puisse appeler à voter pour celui qu’il a accusé d’avoir manipulé cette élection tant auprès de la justice que des médias. A-t-il si vite oublié le cabinet noir ?

Nous, le peuple de France, devons tout faire pour que Macron ne soit pas notre Président. Tout sauf Macron, telle est la devise que devraient adopter ceux qui se disent encore de droite. Ce premier tour a montré combien la gouvernance de Hollande avait coupé la France en deux, voire en quatre. On a vu des guerres civiles pour b

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 12:51

http://www.bvoltaire.fr/resister-vive-france/?mc_cid=558a7ffe9e&mc_eid=58ff097ba7

 

Résister pour que vive la France

Aujourd'hui

Le paysage politique qu’offre la France ce matin est pitoyable. 24 % des électeurs ont donc été fascinés par un joueur de flûte.

Christian Vanneste

Homme politique


Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

 

Le paysage politique qu’offre la France ce matin est pitoyable. 24 % des électeurs ont donc été fascinés par un joueur de flûte porté par l’oligarchie arrogante et inefficace qu’un très grand nombre de Français ne supportent plus.

Le ralliement de François Fillon et du parti qui prétend parfois être, entre autres, l’héritier du gaullisme est lamentable. Ils prétendent que l’ennemi est le Front national, en raison de son histoire. C’est évidemment faux puisque le mouvement de Mme Le Pen a rompu avec son passé de façon claire. L’argument suivant lequel ses propositions économiques et sociales sont dangereuses est plus solide. Mais c’est lors des législatives que l’orientation sur ces sujets sera donnée. En revanche, l’opposition frontale sur les questions de sécurité et d’identité nationale n’est pas avec les patriotes mais avec la gauche, devenue de plus en plus le parti de l’étranger, du déclin et de la décadence.

En soutenant l’héritier de François Hollande, Les Républicains donnent évidemment raison au slogan accusateur LRPS. Leur choix est comme d’habitude tactique, dénué d’idées et de valeurs. C’est celui de la boutique, de l’officine de placement électoral, qui veut sauver ses meubles, comme elle l’avait fait dans les « Hauts-de-France » et « Provence-Alpes-Côte d’Azur ». Aujourd’hui dans la situation inverse, à ceci près que son candidat ne pouvait se maintenir, LR embrasse Macron en espérant pouvoir l’étouffer : on partage peut-être le pouvoir entre la présidentielle et les législatives, et on tente de s’assurer le maximum de sièges lors de ce scrutin. Que penser de ces misérables carriéristes prêts à tout renier pour préserver leur « métier » et ses prébendes ?

La séduction exercée de façon absurde par un produit médiatique, qui n’a jamais été élu à aucun niveau et n’a donc aucun bilan qui lui soit propre, n’est pas seule à soulever l’inquiétude quant à l’intelligence collective des Français.

Comment expliquer que près de 20 % d’entre eux aient pu choisir Mélenchon le bateleur d’estrade, le chantre de la révolution bolivarienne, dont le programme était dément ? Beaucoup de voix se sont dispersées sur des candidats qui n’avaient aucune chance d’être élus. Avec celles de Dupont-Aignan, Fillon virait en tête.

La démocratie telle que la concevait le général de Gaulle reposait sur l’expression claire de la volonté du peuple. Mais pour cela, il faut qu’il y ait un peuple, avec la conscience d’un destin collectif. C’est sans doute ce mirage nostalgique qui a suscité la ténacité de Fillon. En fait, cette triste campagne aura mis en lumière un des travers français. Contrairement aux Américains, par exemple, beaucoup de Français s’intéressent infiniment plus à l’argent ou au privilège du voisin qu’à l’avenir du pays. Ceux-là, en prenant pour vraies et importantes les accusations dérisoires portées contre Fillon, ont cru devoir punir le mensonge et la malhonnêteté. Ils ont surtout sanctionné les avantages dévoilés, par ailleurs assez répandus, mais détenus par un homme que la gauche avait, selon son habitude cynique, choisi d’abattre en détruisant son image plutôt que de combattre son programme. Le fait que cet homme incarnait le meilleur projet pour le redressement du pays est devenu secondaire. Giscard avait subi cela en 1981, et la France continue d’en payer les conséquences !

Le choix décisif, dans les semaines et les mois qui viennent, est clair. Macron représente toutes les idées qui contribuent davantage encore à la dissolution du peuple français, privé de souveraineté au sein de l’Europe, colonisé économiquement par le mondialisme, remplacé par l’immigration, éclaté par le communautarisme, miné par le terrorisme et la délinquance des banlieues. La résistance est donc à l’ordre du jour pour que vive la France.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 11:02

 

 

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-journee-de-merde-.aspx?article=10803152632H11690&redirect=false&contributor=Charles+Sannat

 

CLiquez sur le lien ci-dessus pour voir les  4 videos de la journée Whirlpool  d'Amiens!

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 08:25

http://www.bvoltaire.fr/whirlpool-de-campagne-majeur/?mc_cid=558a7ffe9e&mc_eid=58ff097ba

 

Whirlpool : un fait de

 

campagne majeur

Aujourd'hui

Marine Le Pen a montré une grande empathie à l’égard de ces ouvriers français, sacrifiés sur l’autel des profits.

Gabriel Robin

Juriste


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

Avons-nous assisté à un événement historique ? Quoi qu’il puisse se passer par la suite, les images resteront longtemps gravées dans les mémoires. Alors qu’Emmanuel Macron était en discussion avec les représentants syndicaux du site Whirlpool d’Amiens, à la chambre de commerce de la Somme, Marine Le Pen se rendait concomitamment devant l’usine à la rencontre des salariés, déclarant : « Je suis ici à ma place, exactement là où je dois être, au milieu des salariés de Whirlpool qui résistent à cette mondialisation sauvage, à ce modèle économique honteux. Je ne suis pas en train de manger des petits fours avec quelques représentants qui, en réalité, ne représentent qu’eux-mêmes ».

Marine Le Pen a montré une grande empathie à l’égard de ces ouvriers français, sacrifiés sur l’autel des profits. En effet, le cas Whirlpool est emblématique d’un phénomène plus visible que jamais : la disparition du tissu industriel français. Pourquoi les propriétaires du site Whirlpool d’Amiens souhaitent-ils délocaliser en Pologne alors même que l’usine réalise d’importants bénéfices ? Pour deux raisons bêtes comme chou. D’abord parce que les règles du commerce mondial les y autorisent et que la France ne fait rien pour s’en protéger. Ensuite, parce que les économies réalisées sur les coûts du personnel leur permettront de dégager toujours plus de dividendes pour leurs actionnaires. On le constate depuis des décennies sans que personne n’y trouve rien à redire.

Pour le mentor d’Emmanuel Macron, l’inénarrable Jacques Attali, le sort de ces salariés relève de « l’anecdote ». C’est du moins ce qu’il a déclaré lors d’un entretien accordé à la chaîne LCI. Que sont ces 300 individus, ayant le plus souvent des familles à charge, pour ce monstre froid d’arrogance technocratique ? Très précisément des variables d’ajustement. Il ne connaîtra pas la misère du déclassement, pour lui ou pour sa famille. Peu lui chaut, donc, qu’une usine soit fermée et qu’avec elle, un territoire – en l’occurrence la Somme – continue de péricliter.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 15:42

http://www.bvoltaire.fr/saluons-se-reelection-de-francois-hollande/?mc_cid=c153bb2c37&mc_eid=58ff097ba7

 

Saluons, comme il se doit,

 

 

la réélection de François

 

 

Hollande !

Hier

 

Je me suis trompé. J’ai surestimé la capacité de résistance des Français. J’ai sous-estimé le poids des médias.

 

Thibaut Ronet

Romancier, écrivain, blogueur

 

 

 

Je me suis trompé. J’ai surestimé la capacité de résistance des Français. J’ai sous-estimé le poids des médias. L’annonce des résultats de ce premier tour est implacable : saluons la réélection de François Hollande !

Je suis en colère. En colère contre une partie de mes concitoyens. En colère devant tant d’égoïsme. Pour satisfaire leur petite situation personnelle, certains ont considéré que le projet de société d’Emmanuel Macron était acceptable. Certains ont considéré que trois jobs mal rémunérés, c’était mieux que pas de job du tout. Certains ont considéré qu’on pouvait déléguer les pouvoirs d’un « super ministre des Finances » à l’Europe. Certains ont considéré que la France n’avait pas de culture et pouvait donc finir de se dissoudre totalement dans une mondialisation qui tue chaque jour. Certains ont considéré que les classes moyennes pouvaient continuer à financer toutes ces gabegies. Certains ont considéré que la gauche et la droite, c’était pareil. Certains ont considéré qu’il n’y avait rien à considérer.

Le choix des urnes s’impose donc.

En revanche, je suis consterné par le choix des représentants de tout bord de la droite. Dix minutes à peine après l’annonce des résultats, les voilà en train de moissonner les plateaux de télévision pour nous dire, la bouche en cœur, qu’il faut voter pour Emmanuel Macron. Ah bon ? Ils ont fait campagne pendant des mois mais sont capables, en une fraction de seconde, de se retrouver dans un programme qu’ils ont combattu…

Ils se sentent à l’aise avec Robert Hue, Daniel Cohn-Bendit, Jean-Yves Le Drian et toute la galaxie des sortants socialistes prêts à remettre le couvert pour cinq nouvelles années de destruction méticuleuse de la France. Ils pensent sincèrement que le programme Macron est plus proche de leurs idées que le programme Le Pen ? Fumisterie ! Je pourrais, ici, mettre côte à côte les déclarations sur l’Europe, l’immigration, l’islam, la sécurité et bien d’autres et démontrer sans ambiguïté que Les Républicains sont bien plus proches du FN que d’En Marche !

Non, la soupe est bonne. Tous ces esprits étriqués sauvent leurs places, leurs circonscriptions et leur image de « camp du bien ». Honte à ces dirigeants qui trahissent leurs idéaux et leur pays. Honte à ces hommes et femmes qui ne pensent une nouvelle fois qu’à eux, faisant éclater au grand jour la réalité d’un « LRPS », enfin matérialisé. Ils ont tous joué avec le feu et se retranchent à présent derrière un pseudo « front républicain » en réalité bien antirépublicain. Seul Nicolas Dupont-Aignan – et je lui en fais crédit – restera cohérent et n’appellera pas à voter ce qu’il a combattu toute sa carrière. Les autres méritent leur étiquette de « tous pourris ».

Au diable les consignes, les électeurs font ce qu’ils veulent, on l’a vu dimanche. Pour ma part, ce sera, sans l’ombre d’une hésitation, un barrage franc et massif à Emmanuel Macron. Parce qu’il faut penser au-delà de ses intérêts du moment. Parce que la France nous survivra, que c’est celle de nos enfants, de nos aînés, parce que c’est notre culture. Dans quinze jours, la seule alternance possible est celle proposée par Marine Le Pen.

 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 15:26

http://www.bvoltaire.fr/sils-etaient-sinceres-musulmans-moderes-voteraient-marine/?mc_cid=c153bb2c37&mc_eid=58ff097ba7

 

S’ils étaient sincères, les

 

musulmans modérés

 

voteraient

 

Marine…

Hier

 

Or, depuis lundi matin, c’est un déferlement d’appels à voter pour Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen !

 

Pierre Cassen

Militant associatif et auteur


Fondateur de Riposte Laïque

 

 

Le discours officiel qui nous est servi, en France, serait que la majorité des musulmans de notre pays seraient des modérés et qu’ils seraient les premières victimes des exactions de leurs radicaux. Après chaque attentat, nous avons droit, sur les plateaux de télévision, aux indignations des Boubakeur, Ramadan, Lasfar, Oubrou, Chalghoumi, qui viennent défendre la religion de paix, de tolérance et d’amour qui, bien évidemment, n’a rien à voir avec Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice, le prêtre égorgé, les policiers de Magnanville assassinés et le dernier meurtre des Champs-Élysées.

J’étais donc convaincu que les musulmans modérés de France, dont certains me disent qu’ils représenteraient 99 % de la communauté, allaient massivement voter pour la seule candidate qui, dans son programme, proposait l’éradication de l’islam radical, la dissolution de l’UOIF et la fermeture des mosquées salafistes. Car en interdisant ces mouvements, Marine Le Pen allait dans leur sens, et les libérerait des extrémistes qui ternissent tant l’image de l’islam. Comme, d’autre part, la candidate du Front national était la seule à demander l’abrogation de la loi Taubira sur le mariage homo, je ne doutais pas d’un déferlement de voix musulmanes en faveur de Marine Le Pen, le soir du 23 avril.

Aussi, ma surprise fut grande, en consultant le vote des musulmans, selon une étude menée par l’hebdomadaire Le Pèlerin. Mélenchon arrive grand gagnant (avec 37 %) devant Macron (24 %) et Hamon (17 %).

Fillon atteint péniblement les 10 %, et pas de traces de Marine ! 78 % des musulmans ont donc voté pour des candidats de gauche qui soutiennent le mariage homosexuel… mais surtout une immigration massive et leurs revendications communautaristes.

Éternel candide, je pensais que les porte-parole des musulmans en France allaient rappeler les brebis égarées à l’ordre, pour le deuxième tour. Je ne doutais pas qu’ils prendraient leurs distances avec Emmanuel Macron, vu que ce dernier, sur un plateau de télévision, croyant le micro fermé, avait avoué qu’il travaillait avec l’islamiste « un peu radical » Mohamed Saou, qui était par ailleurs « un bon gars ». Comme, par ailleurs, les musulmans modérés se disent patriotes et laïques, j’étais certain que leurs imams allaient les mettre en garde contre un candidat qui affirme qu’il n’y a pas de culture française et qui défend le voile islamique dans l’entreprise.

Or, depuis lundi matin, c’est un déferlement d’appels à voter pour Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen ! Cela a commencé dès lundi matin par la Grande Mosquée de Paris de Dalil Boubakeur. Puis Hani Ramadan a appelé à combattre le nazisme – rien de moins. Et même celui qu’on nous présente comme le meilleur de tous les imams modérés, Hassen Chalghoumi, qui se dit ami d’Israël, se met de la partie et appelle, lui aussi, tous les musulmans de France à voter Macron, contre Marine Le Pen. Sans oublier l’UOIF qui, par son président Amar Lasfar, avait appelé, à son rassemblement, à faire barrage à la candidate « d’extrême droite ».

Je suis donc obligé d’en conclure que les musulmans dits modérés préfèrent Macron, qui travaille avec un « radical » et souhaite l’accélération de l’islamisation de la France, permise par une immigration massive, à Marine Le Pen, qui veut défendre son pays menacé par l’invasion migratoire et les attentats des islamistes.

De là à en conclure que la majorité des disciples d’Allah dits modérés rêvent d’une France musulmane appliquant la charia, et qu’ils pensent que Macron accélérera ce souhait, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 13:06

http://actu.orange.fr/france/visite-surprise-de-le-pen-a-l-usine-whirlpool-d-amiens-CNT000000HiqXE.html

 

Visite surprise de Le Pen à l'usine Whirlpool d'Amiens

Visite surprise de Le Pen à l'usine Whirlpool d'Amiens

Emmanuel Macron s'entretient avec les délégués syndicaux de Whirlpool à la CCI d'Amiens (Somme), le 26 avril 2017

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 26 avril 2017 à 13h56

Présidentielle: Le Pen est arrivée devant l'usine Whirlpool à Amiens, au moment même où Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux

Marine Le Pen est arrivée mercredi à l'heure du déjeuner devant l'usine Whirlpool à Amiens, au moment même où son adversaire à la présidentielle Emmanuel Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux de l'entreprise, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

"Je suis là au côté de salariés, sur le parking, pas dans des restaurants amiénois", a déclaré à la presse la candidate, qui s'est fait photographier au côté de salariés faisant des selfies.

"Evidemment que c'est un message", a-t-elle ajouté. "Quand j'ai appris qu'Emmanuel Macron venait ici et qu'il n'entendait pas rencontrer les salariés, qu'il entendait pas venir sur ce piquet de grève, mais qu'il allait à l'abri dans je ne sais quelle salle de la chambre de commerce pour rencontre 2-3 personnes triées sur le volet, j'ai trouvé que c'était une preuve tellement de mépris à l'égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool que j'ai décidé de sortir de mon comité stratégique et de venir vous voir", a dit Marine Le Pen.

Mme Le Pen s'est présentée comme la candidate "des ouvriers" et des "travailleurs". 

"Je suis la candidate surtout des Français qui ne veulent pas être dépossédés de leur emploi, de leur pouvoir d'achat, qui ne veulent pas être mis en concurrence déloyale avec les pays à bas coût. (...) c'est à l'Etat de venir dire ça, c'est un abus, ça c'est une dérive, et je ne laisserai pas faire ça. Ce sont des millions de chômeurs aujourd'hui, ce seront des millions de chômeurs supplémentaires demain avec le modèle économique que veut imposer M. Macron", a-t-elle assuré.

Repost 1
Published by marcrousset
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:06

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/04/24/immigration-de-2007-a-2016-le-nombre-d-admis-au-sejour-a-aug-5936504.html

 

Immigration : « De 2007 à 2016, le nombre d'admis au séjour a augmenté de près d'un tiers »

 

Une analyse de Michèle Tribalat   - comme toujours pertinente et documentée. 

Michèle Tribalat revient ici sur le chiffre de 200.000 entrées d'étrangers par an, brandi systématiquement dans le débat public. Derrière cette apparente stabilité se cache une envolée de l'immigration sous le quinquennat Hollande [Figarovox, 18.04].  Croit-on qu'un éventuel quinquennat Macron freinera la tendance ? Alors que la France n'a pas seulement besoin que l'expansion de l'immigration soit ralentie. Elle a besoin qu'elle soit stoppée et que soit organisé un mouvement inverse de retour de l'immigration vers ses terres d'origine.   LFAR  

 

AVT_Michele-Tribalat_3638.jpgLe chiffre de 200 000 entrées d'étrangers en provenance des pays tiers est devenu une référence dans les discours politiques et parfois aussi dans les discours académiques. On invoque une stabilité de ce chiffre depuis le début des années 2000, l'immigration aurait ainsi tourné, dit-on, autour de 200 000 depuis. L'alternance politique n'y aurait rien changé. Bref, ce chiffre rond a du succès.

Si l'on prend les statistiques du ministère de l'Intérieur qui produit tous les ans des tableaux sur les admissions au séjour des étrangers en provenance des pays tiers, on ne constate pas cette stabilité invoquée autour de 200 000 entrées par an. Ces statistiques portent sur les premiers titres de séjour délivrés. Force est de constater que le nombre d'entrées jusqu'en 2016 ne peut être qualifié de « stable ».

 

De 2007 à 2016, le nombre d'admissions au séjour a augmenté de près d'un tiers. Si l'indicateur conjoncturel de fécondité passait de 2 enfants par femme à 2,64 enfants en neuf ans, parlerait-on de stabilité de la fécondité en France?

Comme le graphique ci-dessous l'indique, le flux a augmenté fortement jusqu'en 2010 et a été nettement freiné ensuite. Tel est le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Avec le quinquennat de François Hollande le flux a repris de plus belle. On avait 172 000 entrées en 2007, on en a eu 193 000 en 2012, puis 228 000 en 2016 (chiffre estimé).

Évolution des admissions au séjour des étrangers en provenance de pays tiers de 2007 à 2016 (base 1=2007) Source: Ministère de l'Intérieur
Évolution des admissions au séjour des étrangers en provenance de pays tiers de 2007 à 2016 (base 1=2007) Source: Ministère de l'Intérieur

 

Ceux qui tiennent à se fonder sur ces chiffres pour qualifier l'effet des politiques migratoires des deux quinquennats doivent avoir l'honnêteté minimale de présenter leur évolution réelle au fil de ces deux quinquennats.

D'ailleurs, si l'on regarde comment a évolué la proportion d'immigrés en France métropolitaine au fil des enquêtes annuelles de recensement, on retrouve un résultat similaire, même si l'année 2016 manque encore. La proportion de population immigrée s'est accrue en moyenne annuelle de 1,15 % de 2007 à 2012, mais de 1,85 % de 2012 à 2015. Elle était de 8,35 % en 2007, de 8,84 en 2012, mais de 9,34 % en 2015.

Au lieu d'aller répétant les mêmes bêtises à longueur d'antenne (et parfois de livres), revenons aux chiffres provenant de sources on ne peut plus officielles : Ministère de l'Intérieur et Insee. 

Michèle Tribalat

Michèle Tribalat a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France, entendue au sens large, et aux problèmes liés à l'intégration et à l'assimilation des immigrés et de leurs enfants. Son dernier Statistiques ethniques une querelle bien française est paru aux éditions du Toucan

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens