Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 22:10

http://actu.orange.fr/politique/christine-boutin-appelle-la-droite-a-voter-le-pen-magic-CNT000000HcSGZ.html

 

Faire cocus les socialistes intrigants pris à leur propre piège! 

 

 

Christine Boutin appelle la droite à voter Le Pen

Christine Boutin appelle la droite à voter Le Pen
A lire aussi

6Medias, publié le lundi 24 avril 2017 à 20h55

Alors que de Benoit Hamon à François Fillon en passant par François Hollande, presque tous les ténors de la droite et de la gauche appellent à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, Christine Boutin annonce ce lundi qu'elle glissera un bulletin " Marine Le Pen " dans l'urne le 7 mai prochain. L'ancienne ministre en appelle aux " Français de droite " sur Twitter et indique que " le vote révolutionnaire peut-être la réponse ". " Un vote paradoxal " puisque pour elle " voter Le Pen ce n'est pas adhérer aux idées du FN mais affaiblir Emmanuel Macron ! " La fondatrice du Parti chrétien démocrate revient sur sa décision dans les colonnes du Figaro. Elle s'avoue scandalisée par la droite qui a " trahi ses électeurs en annonçant un quart d'heure après la défaite un vote en faveur du candidat d'En Marche ! "

Aujourd'hui, Christine Boutin souhaite "lever l'inquiétude chez les électeurs de droite tentés par le Pen ". Le président de son parti et candidat malheureux aux primaires Frédéric Poisson refuse lui pour l'instant de voter pour Emmanuel Macron.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 17:46

http://www.bvoltaire.fr/temps-de-mener-guerre-a-ete-declaree/?mc_cid=666de10c7c&mc_eid=58ff097ba7

 

Il est temps de mener la

 

guerre qui nous a été

 

déclarée

 

 

Les islamistes doivent être combattus avec la plus grande fermeté et la plus grande détermination.

 

Sébastien Jallamion

Policier


Ancien Policier, Président de l’Association Nationale de Défense Egalitaire de la Liberté d’Expression (ANDELE), membre du SIEL

 

L’attentat islamo-terroriste perpétré jeudi soir sur les Champs-Élysées par le nommé Karim Cheurfi, déjà condamné en 2001 à vingt ans de réclusion criminelle pour avoir fait feu sur trois policiers – peine ramenée à cinq ans par la cour d’assises du Val-de-Marne en 2007 -, intervient comme une violente piqûre de rappel à destination de ceux qui prétendent diriger la France.

Au-delà de la douleur et de la colère légitimes suscitées par ce drame, au cours duquel un policier a perdu la vie et deux autres ont été grièvement blessés, se pose en effet une fois de plus le problème de la réalité et de l’importance de la menace terroriste et des réponses qui lui sont apportées.

Sujet tabou chez certains candidats tout au long de la campagne, nul ne peut ignorer désormais qu’une guerre nous a bel et bien été déclarée, qu’elle est menée par un ennemi que l’on n’ose nommer, et que si l’un de ses soldats a été abattu jeudi après avoir fait (hélas) de nouvelles victimes, son armée est bien présente, prête à nous frapper, encore et encore.

Karim Cheurfi n’est, en effet, pas un cas isolé. Comme la plupart de ceux qui ont commis des attentats sur notre territoire, son passé judiciaire est symptomatique du profil de ceux qui ont décidé de nous livrer bataille, et ne saurait se justifier par aucune autre raison que le choix délibéré qu’il a fait de passer à l’acte.

Il a été interpellé en février 2017 et placé sous le régime de la garde à vue au motif qu’il préparait un attentat contre des policiers et tentait de se procurer des armes.

 

Libéré à l’issue, c’est donc le plus tranquillement du monde qu’il a pu mener à bien son projet morbide.

J’espère que ceux qui sont responsables de cette situation auront l’occasion d’expliquer aux familles des victimes que c’est au nom de l’État de droit, ou des « valeurs de la République », que des bombes à retardement dont la dangerosité est avérée circulent librement dans notre pays, prêtes à exploser à tout moment.

Je leur souhaite de trouver les mots, à défaut du courage et de la détermination qui eussent permis d’éviter le sort des victimes, car il était évitable.

Le laxisme, voire le clientélisme (ce qui est plus grave encore), a permis à une idéologie mortifère de prospérer dans notre pays au point même que nos services chargés de lutter contre le terrorisme n’ont plus les moyens d’y faire face efficacement.

L’ennemi est connu. Il est temps de le désigner clairement, de faire cesser cet avantage inacceptable qu’il a sur nous tous, les victimes potentielles, et de traiter le mal à la racine en poursuivant jusqu’à l’ensemble de ses ramifications.

Les islamistes doivent être combattus avec la plus grande fermeté et la plus grande détermination. Aucun d’entre eux ne doit plus se sentir en sécurité dans notre pays. Il est temps que la peur change de camp, que la sécurité des Français soit assurée par tous les moyens possibles, et que nous mettions à la tête de l’État la seule candidate ayant promis de mener cette guerre qui nous a été déclarée.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 13:25

http://www.bvoltaire.fr/cazeneuve-lassassin-etait-liberte-a-cause-de-gouvernement/?mc_cid=666de10c7c&mc_eid=58ff097ba7

 

Cazeneuve : l’assassin

 

 

était en liberté à cause

 

 

de SON

 

gouverne

 

ment

Aujourd'hui

C’est à cause de l’incompétence du gouvernement contre le terrorisme islamiste que cet homme était en liberté sur les Champs, une arme dans les mains !

Jacques Martinez

Journaliste


Ancien chef d’édition à RTL (1967-2001)

 

Bernard Cazeneuve, Premier ministre, n’a pas fait preuve d’intelligence vendredi, dernier jour de campagne électorale, en s’en prenant aux candidats de droite François Fillon et Marine Le Pen. En les attaquant, il leur a « apporté » de nombreuses voix d’indécis. Surtout en leur reprochant ce que la gauche appelle une « récupération » du dramatique attentat sur les Champs-Élysées… Car seuls les candidats de droite, bien sûr, « récupèrent » les infos qui peuvent leur faire gagner des voix, jamais les candidats de gauche.

Sauf que M. Cazeneuve — que pourtant j’appréciais lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, pour ses compétences — se garde bien de rappeler que l’assassin du policier avait déjà été condamné à 15 ans de réclusion criminelle en 2005 (donc, sans remise de peine, il n’aurait dû sortir qu’en… 2020 !) et qu’en février dernier, il avait été interpellé, de nouveau, pour menaces contre des policiers mais aussitôt remis en liberté par la justice si « indépendante ».

C’est à cause de l’incompétence du gouvernement Cazeneuve en matière de lutte contre le terrorisme islamiste que cet homme était, jeudi soir, en liberté sur les Champs, une arme dans les mains ! La gauche privilégie la défense (avec forces de l’ordre en protection de la population) au détriment de l’offensive, comprenant, entre autres, les contrôles aléatoires par l’armée ou par la police. Des contrôles permettant de relever les identités et de fouiller les véhicules, comme du temps du terrorisme FLN ou contre… l’OAS ! Dispositif qui aurait — peut-être — dissuadé ou permis d’arrêter cet assassin avant qu’il ne passe à l’acte. Tout comme les tireurs du Bataclan circulant en voiture avec un arsenal impressionnant en toute impunité.

Et notre sacro-sainte liberté, rétorqueront les bien-pensants ? Comme l’a expliqué un commentateur, au lendemain de l’assassinat du policier : « Le risque de mourir lors d’un attentat est faible, plus faible que lors d’un accident de voiture… » Donc, pourquoi vouloir lutter contre le terrorisme, surtout islamiste ? Pour certains — à gauche —, la mort d’un policier est statistiquement négligeable…

Si la droite (que ce soit avec François Fillon ou avec Marine Le Pen) avait été au pouvoir, il est à peu près certain que cet assassin (pardon « présumé » assassin, puisqu’il n’a pas eu « la chance » d’être jugé) aurait été toujours sous les verrous en ce tragique soir du 20 avril 2017 ! Et ce policier aurait retrouvé sa famille sain et sauf… La droite n’aurait alors rien eu à « récupérer »… Et cela aurait été « tant mieux », et bienheureux pour ce policier.

En outre, et accessoirement, cela aurait évité à M. Hollande de terminer son quinquennat si « hautement sécuritaire » par des funérailles nationales.

 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 09:57

La Russie dit pouvoir désactiver les systèmes de l’US Navy

 

Mac Slavo

enter

 

   
 

 

Comme le dit le vieil adage, « aucun plan de bataille ne survit au-delà du contact avec l’ennemi ». Alors que la Chine, la Russie et les Etats-Unis battent sur leurs tambours de guerre et se vantent des capacités de leur armée respective, ils devraient prendre ce dicton très au sérieux.

Pour ce qui concerne les Etats-Unis, le gouvernement place une confiance aveugle en son armée haute-technologie. En revanche, des décennies durant, la Chine et la Russie ont développé des contremesures à moindre coût pour répondre aux meilleures machines de guerre américaines, qui pourraient s’avérer plus efficaces que les politiciens et généraux américains n’oseraient l’admettre.

C’est du moins ce que nous pouvons tirer d’une récente vidéo de propagande russe publiée par Vesti, une agence médiatique porte-parole du Kremlin. A en croire cette vidéo, l’armée russe disposerait de systèmes électroniques capables de sévèrement compromettre les dispositifs de l’US Navy, dont ses navires, ses avions et ses missiles.

Le rapport stipule que la Russie a connu une percée technologique spectaculaire, démontrée à l’occasion d’un incident qui s’est produit en Mer Noire en 2014. Après que la Russie a annexé la Crimée, les Etats-Unis ont déployé d’USS Donald Cook dans la région, et le 12 avril suivant, un avion de chasse russe Su-24 désarmé a effectué des vols de basse altitude au-dessus du navire. Cet avion aurait été équipé d’un dispositif de brouillage de signaux électroniques qui aurait désactivé le système de défense antimissile AEGIS du navire. Bien qu’il soit vrai qu’un avion russe ait survolé le navire au moins douze fois dans la journée, le gouvernement américain n’a jamais confirmé que l’USS Donald Cook a souffert d’une attaque électronique.

Le rapport cite une déclaration faite sur les médias sociaux par un marin anonyme qui aurait été à bord du navire, déclaration qui, pour être honnête, me semble tirée par les cheveux. Elle n’a pour ainsi dire rien de convainquant.

« Nous avons regardé le Russe sur notre localisateur jusqu’à ce qu’il atteigne la zone de destruction, pour ensuite l’abattre. Mais quand il est entré dans la zone, le mysticisme a commencé. Nos localisateurs ont été les premiers à faillir, puis tout le système AEGIS. La fierté de notre flotte est devenue sa honte ! »

Le rapport stipule également que la Russie possède des dispositifs de brouillage électronique capables de rendre ses bases indétectables par les radars ennemis, ainsi que des dispositifs destinés à brouiller les signaux envoyés à des mines radioguidées.

Une fois encore, c’est là une vidéo de propagande, qui ne devrait pas être acceptée sans analyse critique. En revanche, il nous est impossible de savoir où s’arrête la fiction. Nous ne savons pas ce dont est capable l’armée russe. Espérons ne jamais le découvrir.

 
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 16:11

http://www.bvoltaire.fr/a-cet-ami-de-droite-veut-voter-macron/?mc_cid=bb176a401b&mc_eid=58ff097ba7

 

À cet ami de droite qui veut

 

voter

 

Macron…

Aujourd'hui

 

Si tu n’apprécies pas l’homme en François Fillon, vote au moins pour les valeurs qui sont celles des gens qui le portent.

 

Hector Allain

Chef d'entreprise

 

 

Nous nous sommes connus il y trente ans dans une classe préparatoire de province. Nous avions dix-huit ans, Madonna était à son apogée. Mais peut-on connaître jamais tout à fait ses amis ? Hier, tu t’es dit prêt à voter Macron ! Ton cœur est à droite mais Fillon t’a profondément déçu, me dis-tu.

Veux-tu vraiment repartir pour cinq ans avec la gauche ?

L’OPA de Macron sur la droite est une tromperie. Tu as des doutes ? C’est compréhensible : son programme est un attrape-tout. Macron est une lanterne magique qui projette sur le mur du spectateur ce qu’il lui plaît de voir. Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es. Macron est soutenu par Hollande et par une bonne partie de son gouvernement. Sa garde rapprochée est composée de personnalités bien à gauche comme Ismaël Emelien, le communicant de DSK, ou Arnaud Leroy, député PS. Macron est le loup déguisé en grand-mère du conte de Perrault. N’ayons pas la naïveté du Petit Chaperon rouge.

Veux-tu vraiment payer encore plus d’impôts ?

Sous Hollande, l’État t’a prélevé 4.500 euros de plus par an. Avec Macron, ça ne va pas s’améliorer.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 14:57

http://www.bvoltaire.fr/macron-favori-on-prenait-paris/?mc_cid=bb176a401b&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Macron favori ? Et si on

 

prenait les

 

paris !

Aujourd'hui

 

Au dernier moment, dans l’isoloir, les Français, même s’ils doivent se boucher le nez, choisiront par leur vote de ne pas se faire voler cette élection.

 

Thibaut Ronet

Romancier, écrivain, blogueur

 

 

Alors que la dernière ligne droite de cette élection complètement folle se jouera dès dimanche, il m’apparaît de plus en plus clairement que le grand favori des élites ne se qualifiera pas pour cette grande finale.

Se hasarder aux pronostics est toujours risqué et le retour de bâton peut être violent, mais au diable les précautions d’usage : je ne suis pas sondeur, je ne suis pas journaliste et encore moins voyant. Tout au plus puis-je me targuer d’avoir vu Trump, le Brexit et Fillon.

Emmanuel Macron est un produit, une créature. Le « système », comme il est convenu de l’appeler, a sauté sur l’occasion, trop belle. Imaginez : trentenaire, financier, malléable, beau gosse, libéral sur le plan fiscal et sociétal, inexpérimenté. Une marionnette façonnable, le nouveau Kennedy, le nouveau Trudeau. Une occasion qui ne se présente qu’une fois par siècle, et encore.

Un candidat qui achèverait l’entreprise funeste des mondialistes cosmopolites de tout bord : abolir les frontières, abolir les cultures, abolir les ultimes barrières entravant la finance. Macron n’a d’avis sur rien et est donc perméable aux forces qui se sont accaparées son personnage. Pierre Bergé, Patrick Drahi, George Soros, Mohamed Saou et tant d’autres.

Tous y trouvent leur compte : libéralisation de la marchandisation des objets et des corps, libéralisation de l’islam politique et paupérisation de la société par la précarité. Car notre bellâtre ne le sait que trop bien : un peuple qui a juste assez pour subvenir à ses besoins et qui est lié par ses crédits est un peuple qui ne gueule pas au risque de perdre le peu qu’il possède. Les possédants actuels, quant à eux, se trouvent renforcés.

Emmanuel Macron permet aux jeunes bobos de se donner bonne conscience : mon voisin aura un emploi, voire deux, voire trois, même si ceux-ci ne lui rapportent à peine que de quoi manger. De l’humanisme low cost. Il rassure des gens comme BHL, qui pourront en faire leur chose. Il rassure Bayrou, qui pourra enfin se trouver une utilité politique. Il rassure les journalistes, qui pourront continuer à faire du storytelling sur la formidable ascension de notre play-boy tricolore.

Ce que Macron n’a pas compris, c’est que le peuple de France, dans sa globalité, ressent la nécessité de crever l’abcès. Il ne sait pas encore comment, mais ce valeureux peuple sent que les choses ne peuvent plus rester figées. Or, Macron, c’est la certitude de cinq nouvelles années d’immobilisme, cinq années de paraître, cinq années de nouvelles tensions communautaristes, cinq nouvelles années de paupérisation, cinq nouvelles années d’accommodements déraisonnables.

C’est exactement pour cela qu’au dernier moment, dans l’isoloir, les Français, même s’ils doivent se boucher le nez, choisiront par leur vote de ne pas se faire voler cette élection. Ils choisiront de renvoyer cette créature dans les tréfonds de l’Histoire dont elle n’aurait jamais pu sortir sans la complaisance médiatique devenue vraiment trop visible

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 14:07
Bonjour à tous,
 
le 23 avril, nous allons élire le/la prochain(e) président(e) de la République Française.
 
A cette occasion, j'ai réalisé 4 vidéos contre Macron, qui représente un danger mortel pour la France :
 
Avec Macron, les musulmans vont envahir la France par millions !
 
Macron : Le pire bilan économique de toute l'histoire de France !
 
Officiel : Al-Qaïda soutient Macron !
 
Pourquoi Macron est infiniment pire que Fillon !
 
Chacune de ces vidéos dure environ 4 minutes.
 
N'hésitez pas à diffuser, si vous le jugez bon.
 
Amicalement,
 
Maxime Lépante
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 12:56

https://www.polemia.com/filteris-17-avril-j-6/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=408ba6e7c2-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-408ba6e7c2-55412265

 

Filteris 17 avril (J-6)

17 avril 2017 | Polémia

 

 

Filteris est une société canadienne d’études d’opinion.

♦ Elle ne propose pas des sondages classiques (avec échantillons et quotas), mais des études de popularité au travers du web et des réseaux sociaux. Une mesure du buzz – positif ou négatif – en quelque sorte qui a remporté quelques succès.
Filteris a, en effet, annoncé la victoire du Brexit et celle de Donald Trump et le succès de Fillon à la primaire des Républicains. A six jours du scrutin présidentiel du 23 avril 2017, Filteris prédit l’élimination de la bulle médiatique Macron (et l’échec des autres candidats de gauche) et un deuxième tour Fillon/Le Pen, la candidate du Front National se situant plutôt à 20/22% qu’au-delà.

Si les mesures de Filteris sont différentes de celles des sondages, les tendances observées depuis deux semaines sont les mêmes : montée de Mélenchon, tassement de Macron et de Le Pen, redressement de Fillon. Nous publions telle quelle l’étude de Filteris en date du 17 avril 2017. A nos lecteurs d’apprécier
Polémia.


La publication de cette mesure est probablement l’une des deux ou trois dernières avant l’élection. En 2012, Filteris avait arrêté ses mesures 4 jours avant le scrutin.

Pour la première fois, médias et sondeurs traditionnels commencent à évoquer un résultat très incertain, ce qui équivaut à l’expression d’un gros doute quant à la présence de leur favori au 2e tour, à 6 jours de l’arrivée. C’est une attitude nouvelle pour ces commentateurs, bardés de suffisance et de certitudes, qui croyaient pouvoir faire l’élection à eux seuls.

Médias et sondeurs en sont donc déjà à préparer la justification de cette «surprenante absence» en finale d’un «candidat qu’ils avaient fabriqué» et qu’ils plaçaient encore à 26% dans des sondages récents avec 9 points d’avance sur François Fillon, alors que son score pourrait bien ne pas dépasser les 16-18% le 23 avril. Les Renseignements généraux supprimés en 2008, mais recréés en 2014 sous le nom de SCRT (Service central de renseignement territorial) le placeraient encore plus bas dans leurs évaluations actuelles de l’opinion pour le ministère de l’Intérieur. Si les prévisions du SCRT et des instituts Big Data se réalisent, cela constituerait une gifle sans précédent dans l’histoire pour les médias français et les instituts de sondages traditionnels… Ils l’auraient, soit dit en passant, bien mérité.

Si tel était le cas, cela annoncerait aussi une débâcle totale des partis de gauche, trop divisés, aux législatives qui suivront en juin. Dans certaines régions (PACA, Nord-Pas-de-Calais entre autres), la gauche pourrait ne pas être représentée au deuxième tour dans de nombreuses circonscriptions.

En effet, rappelons qu’il faut 12,5% des électeurs inscrits pour se maintenir au 2e tour d’une législative, et que, avec un taux moyen de suffrages exprimés de 56% des inscrits aux législatives (taux de 2012), il faudrait donc aux candidats plus de 22% des suffrages exprimés pour être présents au 2e tour : difficile, très difficile pour une gauche coupée en cinq : LO, NPA, Front de gauche, PS+ELV, En Marche… d’autant que des candidats «divers» plus nombreux (type UPR ou «régionalistes») viendront grignoter des «parts de marché» non négligeables.

Qu’il gagne ou qu’il soit éliminé, Macron aura précipité, en le divisant, le déclin des restes d’une gauche moribonde au Parlement. Ce faisant, il aura ouvert des occasions nouvelles au FN pour améliorer considérablement sa représentation à l’Assemblée nationale.

Venons-en aux commentaires sur la mesure Filteris du 17 avril (J-6)

Comme prévu, la bulle Macron continue de se dégonfler, lentement mais sûrement.

Avec une nouvelle baisse de 0,61, Macron passe en 4e position, derrière Mélenchon. Cette baisse devrait se poursuivre dans les jours qui viennent. Un score compris entre 15% et 18% est probable. Il restera malgré tout la démonstration que l’alliance politico-médiatico-sondagiaire est capable de fabriquer un produit en 6 mois, à partir de zéro, et de le porter à un score significatif. Il restera aussi la démonstration que la proportion des Français naïfs est beaucoup moins importante que ne l’ont cru les promoteurs de la candidature Macron.

Avec une nouvelle hausse de 0,21, Mélenchon approche la barre des 20% qu’il aura beaucoup de mal à franchir le 23 avril.

En tête de course, MLP baisse de 1,03, ce qui n’est pas surprenant. Il faut s’attendre à un score de 20 à 22% le 23 avril prochain. Un tel score serait déjà historique en nombre de voix : 7 à 8 millions de suffrages.

Fillon (-0,12) réduit l’écart à 0,06 avec MLP ; avec un socle extrêmement stable depuis des mois à plus de 22%, il devrait l’emporter le 23 avril. François Fillon est le seul, en effet, à pouvoir espérer dépasser les 8 millions d’électeurs dans cette élection.

Hamon (+0,77) reprend du poil de la bête et repasse la barre des 8%.

Du côté des 6 «petits» candidats, le cumulé est en hausse (+ 0,76). Il atteint les 7,38%. Cette hausse était attendue, annoncée, et devrait se poursuivre. Un cumulé de 9 à 11% est très probable. Cette hausse se fera au détriment des 4 grands. Macron, encore sur-coté à 19,59, devrait payer l’essentiel de la «facture».

Poutou à 2,51 est certainement légèrement sur-coté. Asselineau à 0,68 est certainement largement sous-coté.

A demain.

Filteris
17/04/2017

Correspondance Polémia – 17/04/2017

Image : François Fillon et Marine Le Pen seraient qualifiés au second tour selon Filteris et un chercheur au CNRS

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 12:29

https://www.polemia.com/deconstruire-les-deconstructeurs/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=408ba6e7c2-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-408ba6e7c2-55412265

 

Articles

 
Bousquet A TVlibertes

Déconstruire les déconstructeurs

 
 
 

François Bousquet, écrivain, éditeur et journaliste

♦ Auteur d’un très remarqué La Droite buissonnière, (*) aux éditions du Rocher, François Bousquet revient sur la présidentielle 2017 vue sous le prisme de Patrick Buisson dans Polémia Info.

Ce spécialiste de Foucault revient aussi sur son intervention au colloque « Européens, transmettre ou disparaître » organisé par l’Institut Iliade et consacré aux déconstructeurs du savoir dans l’éducation nationale.


Une définition de la ligne buissonnière ?

F. Bousquet : Buisson soutient que la présidentielle se gagne avec le peuple et à droite et non au centre. La ligne buissonnière, c’est le conservatisme plus le populisme. Sur le plan culturel, Buisson met en valeur les mythes politiques et la mémoire nationale : clochers, nation, ancêtres gaulois, identité… des thèmes qui vont porter Sarkozy au pouvoir. Leur abandon signera l’échec de sa présidence et ses défaites en 2012 et 2017.

Y a-t-il une « dérive » populiste de Fillon depuis la manif’ du Trocadéro ?

Francois-BousquetF.B : Non, le Trocadéro ciblait la droite de la Manif Pour Tous. Comme Sarkozy en 2012, il veut être un rempart contre le FN. Son rival, c’est Macron ; son ennemi, c’est Le Pen. Il veut gagner le 1er tour au centre, cet « homme ivre installé sur un âne, qui penche tantôt à droite, tantôt à gauche » (Luther)… Pensez aux atermoiements de l’UDI ! Pire : il espère gagner sans la France périphérique, soit 60% des électeurs. C’est l’angle mort de son programme, avec par exemple l’abandon de la réforme du droit du sol.

Cette culture française et européenne est la cible des déconstructeurs que vous avez épinglés au colloque de l’Iliade…

F.B : En effet. La déconstruction est une arme de destruction massive de l’éducation nationale. Bourdieu, qui a inspiré les pédagocrates avec un modèle théorique d’essence terroriste, c’est le Tchernobyl de l’Education nationale. Dans Les Héritiers, le petit livre rouge du pédagogisme, il postule que la culture générale est la culture de la classe dominante, qu’elle est oppressive et doit donc être détruite.

Pour les pédagocrates, il y a trop d’école à l’école. Ils cassent les humanités au nom de l’égalité, les savoirs au nom de l’éveil, noient les disciplines dans la bouillie de la transdisciplinarité. Ils ont augmenté les inégalités au nom de l’égalitarisme : les pédagocrates voudraient donner le statut de citoyen aux enfants, sans leur en donner les moyens, par l’instruction.

Des solutions pour lutter ?

F.B : Si « La gauche n’est plus en situation d’hégémonie culturelle », comme l’avouait Cambadélis, elle dispose encore d’un monopole structurel dans les médias, l’éducation nationale et la culture et n’entend pas l’abandonner. La lutte sera encore longue et, en attendant, il faut continuer à déconstruire les déconstructeurs, ce que nous faisons à l’Iliade et à Polémia. Les victoires culturelles précèdent toujours les victoires politiques.

François Bousquet
17/04/2017

Note : (*) «La Droite buissonnière» de François Bousquet, une réflexion sur la droite en dormition (Breizh Info)

Correspondance Polémia – 18/04/2017

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 12:09

https://www.polemia.com/derniere-frappe-us-en-afghanistan-rappel-des-faits-et-conclusion/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=408ba6e7c2-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-408ba6e7c2-55412265

 

Dernière frappe US en Afghanistan. Rappel des faits et

 

conclusion

18 avril 2017 | Polémia

 

 

Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique» à l’État-major interarmées de planification opérationnelle

♦ Une semaine après sa frappe spectaculaire et illégale en Syrie, Trump continue sa démonstration de force en Afghanistan en utilisant pour la première fois la bombe «non nucléaire» la plus puissante de son arsenal surnommée MOAB (Mother of all bombs).

Par cette nouvelle initiative, il offre à chacun l’occasion de se poser quelques questions sur les frappes US en général, sur celle-ci en particulier, et d’en tirer des conclusions.


I – Cadre général

L’analyse des sources officielles US énumérées dans l’article suivant et facilement consultables :
http://blogs.cfr.org/zenko/2017/01/05/bombs-dropped-in-2016/
ou http://www.afcent.af.mil/Portals/82/December%20Airpower%20Summary.pdf?ver=2017-01-04-094321-250
fait apparaître que, en stricte application du droit du plus fort, sans accord de l’ONU et le plus souvent sans accord de l’Etat concerné, les forces aériennes US auront bombardé 7 pays en 2016 et délivré un total de 26.172 bombes (au minimum).

U.S. Bombs Dropped in 2016 (All weapons Platforms)

Syria 12.192

Irak 12.095

Afghanistan 1.337

Libya 496

Yemen 35

Somalia 14

Pakistan 3

Total 26.172

(Council on Foreign Relations)

Ce total impressionnant est en augmentation de plus de 3.000 bombes (12%) par rapport à 2015. A noter que l’US Air Force a effectué 67% des frappes de la coalition occidentale en Irak, avec l’accord du gouvernement et 96% des frappes de la coalition en Syrie sans accord du gouvernement légal. Cet écart de pourcentage semble montrer une réticence d’une majorité des pays de la coalition à intervenir en Syrie, sans feu vert de l’ONU et sans l’accord du gouvernement légal.

II- La frappe en Afghanistan

Le jeudi 13 avril à 19h32, heure locale, 17h02 heure française, l’US Air Force a largué, d’un C130, le premier des 15 à 20 exemplaires en service de sa «Méga bombe non nucléaire à effet de souffle» (GBU-43/B Massive Ordnance Air Blast Bomb: MOAB) sur un réseau de tunnels fortifiés qui servirait de base à Daesh. La frappe s’est faite avec accord du président afghan Ashraf Ghani.

Testée avant mise en service en 2003, cette bombe est la plus puissante bombe non nucléaire de l’arsenal militaire US. Pour cette raison elle est surnommée Mother of all bombs (MOAB). D’un poids de 10,3 tonnes, elle développe un pouvoir explosif équivalent 11 tonnes de TNT et coûte 16 millions de dollars l’unité (soit le prix de 16 à 25 missiles Tomahawks selon le modèle de ces derniers). Son rayon d’efficacité totale n’est que de 150 mètres.

Pour l’anecdote, selon le New York Times, le réseau de tunnels visé aurait été financé, dans les années 1980, pour quelques dizaines de millions de dollars, par la CIA pour soutenir les moudjahidines dans leur lutte contre l’ex-URSS (gaspillage évident d’argent public… le contribuable US paie la construction, puis la destruction…).

Pour l’anecdote encore, la fameuse MOAB est largement dépassée en puissance et en efficacité par l’ «Aviation Thermobaric Bomb of Increased Power». Cette bombe non nucléaire russe, testée en 2007 avant mise en service, a été, par dérision pour la MOAB, surnommée FOAB (Father of all bombs). Elle est 30% plus légère que la MOAB (7,1 tonnes) mais développe une puissance explosive équivalant à 44 tonnes de TNT (4 fois supérieure à celle de la MOAB US). Son rayon d’efficacité totale est de 300 mètres (2 fois celui de la MOAB).

S’agissant de l’efficacité de la frappe, deux versions s’affrontent dont aucune ne peut être considérée comme plus valable que l’autre : le communiqué «US-Gouvernement afghan» évoque aujourd’hui 96 combattants de Daesh tués ; le communiqué de Daesh indique que cette frappe n’a fait aucune victime. On est entré dans la guerre de l’information et des communiqués (relire: La Guerre de l’information : https://www.polemia.com/la-guerre-de-linformation/ )

***

En conclusion, harcelé quotidiennement par les médias et les néocons depuis son entrée en fonction, Trump semble se lancer dans une rhétorique guerrière pour trois raisons :

1 – désarmer les néocons et donner du grain à moudre aux médias pour qu’ «ils le lâchent un peu». Cette technique a été utilisée avec succès par Bill Clinton le 16 décembre 1998 à la veille de l’examen de sa destitution par la Chambre des représentants pour ses mensonges dans l’affaire Lewinski. Il a déclenché des frappes sur l’Irak (Opération Desert Fox). 415 missiles Tomahawks ont été tirés faisant de 600 à 2000 tués en 3 jours. L’attention des médias a été détournée de l’affaire Lewinski… qui a donc été oubliée. Bien sûr, les Irakiens en ont payé le prix… ;

2 – donner aux Américains lambda l’image d’un commandant en chef solide, déterminé, qui ne recule pas et tente de rebâtir un minimum de cohésion et d’unité dans la population US : rien de tel qu’une bonne guerre pour refaire l’unité d’un pays ;

3 – envoyer quelques messages subliminaux à ses adversaires potentiels (Syrie, Iran, Corée du Nord, Russie, Chine…) : «Les USA sont forts, très forts. Ils peuvent agir de manière unilatérale, brutale et imprévisible, sans feu vert de l’ONU. Leur commandant en chef n’hésitera pas…»

Ces frappes relèvent donc moins de la recherche d’une efficacité militaire que du «cinéma» et de la «communication». La simple mathématique montre que les 26.172 bombes larguées en 2016 par l’US Air force représentent, sans faire autant de bruit, l’équivalent de 3 MOAB par jour.

Dominique Delawarde
16 avril 2017

Correspondance Polémia – 18/04/2017

Image : La MOAB (Mother of all bombs)

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens