Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 15:52

http://www.bvoltaire.fr/linteret-enfants-musulmans-remigration-humanitaire/?mc_cid=e7aae65496&mc_eid=58ff097ba7

 

Dans l’intérêt des

 

enfants

 

musulmans : pour

 

une remigration

 

humanitaire !

 Hier

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/02/islamiste.jpg

 

 

L’intérêt supérieur de l’enfant musulman est défini comme devant pouvoir vivre dans un environnement de rites, de pratiques, de règles musulmanes.

 

Jean-Yves Le Gallou

Ancien député européen, essayiste.


Président de Polémia.

 

 

Le tribunal administratif de Dijon a pris une décision de principe d’une grande importance. Il entend imposer à la mairie de Chalon-sur-Saône l’offre de repas alternatifs aux menus traditionnels avec du porc.

Par conformisme politiquement correct et soumission à l’islam et aux règles alimentaires de l’Arabie chamelière du VIIe siècle, les magistrats administratifs ont balayé d’un trait de plume le principe constitutionnel de laïcité.

S’appuyant sur la Convention internationale des droits de l’enfant, ils ont estimé que « l’intérêt supérieur de l’enfant » exigeait qu’ils puissent accéder à des menus conformes à la religion et à la culture musulmanes. On saluera l’audace jurisprudentielle : ce n’est pas l’homme abstrait des droits de l’homme qu’on défend ainsi, c’est l’enfant situé dans sa communauté d’origine. Dans son hérédité, dans son héritage.

 

L’intérêt supérieur de l’enfant musulman est ainsi défini comme devant pouvoir vivre dans un environnement de rites, de pratiques, de règles musulmanes. Acceptons cette logique et tirons-en toutes les conclusions.

Les  » accommodements raisonnables » (ou… déraisonnables, c’est affaire de point de vue) des pays européens ne seront jamais suffisants pour répondre pleinement à « l’intérêt supérieur de l’enfant musulman ».

En Europe, celui-ci reste exposé à des pratiques haram (illicites) : tenue des femmes, manque de « respect » (soumission) des non-musulmans à l’égard des musulmans, mixité dans les écoles, programmes scolaires, publicités pour des produits haram, sonneries des cloches d’église, croix, crucifix et saintes vierges, représentations de la figure humaine et de la figure divine. Tout ceci est incompatible avec « l’intérêt supérieur de l’enfant musulman ».

Une conclusion s’impose : « l’intérêt supérieur de l’enfant musulman » implique qu’il puisse vivre dans un pays musulman. Et, pour cela, il faut bâtir le socle d’une remigration humanitaire. Merci aux magistrats de Dijon d’avoir, par leur créativité idéologique, permis de poser le problème.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 13:07

http://www.bvoltaire.fr/journaliste-anti-islamisation-condamne-publie-images-historiques/?mc_cid=e7aae65496&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Un journaliste

 

anti-

 

islamisation

 

 

 

condamné pour

 

 

avoir publié des

 

 

images historiques

 Hier

 

Michael Stürzenberger avait publié une photo montrant les connections ayant existé autrefois entre une partie de l’islam et le national-socialisme.

 

Écrivain et journaliste belge francophone

Son blog

 

Michael Stürzenberger est un journaliste patriote qui réside à Munich, dans le sud de l’Allemagne, et qui conduit depuis plusieurs années un combat contre l’islamisation de son pays et de l’Europe. Il a organisé, durant de nombreux mois, une récolte de signatures afin d’obtenir la mise sur pied d’un référendum à propos de la construction d’un centre islamique à Munich. Son combat lui a valu de nombreuses persécutions de la part des autorités sociales-démocrates qui dirigent la ville et il a dû subir des attaques de la justice locale.

Il a également été le dirigeant du parti politique anti-islamisation Die Freiheit (« La Liberté ») et est un des fondateurs, en juillet 2012, de La Nouvelle Rose blanche, s’inspirant de l’organisation de résistance estudiantine au national-socialisme La Rose blanche. Cette dernière appellation avait été donnée après-guerre à un groupe d’étudiants patriotes ayant distribué, durant la Seconde Guerre mondiale, des pamphlets pacifiques à Munich et dans le sud de l’Allemagne. Parmi les membres de cette organisation figuraient Sophie Scholl, Hans Scholl et Christoph Probst, exécutés à la prison de Munich-Stadelheim le 22 février 1943. Susanne Zeller (décédée en décembre 2012), née Hirzel, ancienne membre de La Rose blanche et amie de Sophie Scholl, comptait parmi les fondateurs de La Nouvelle Rose blanche.

Le vendredi 18 août 2017, Michael Stürzenberger était convoqué devant la justice à Munich pour avoir publié, sur Facebook, une photo montrant les connections ayant existé autrefois entre une partie de l’islam et le national-socialisme. La méthode utilisée afin de le persécuter judiciairement étaitparticulièrement perverse : il lui était reproché le fait que, sur ce document historique, un dignitaire national-socialiste portait un brassard à croix gammée et il était, par conséquent, accusé de diffuser un signe interdit, cela alors que la loi prévoit une exception pour des photos historiques et que la presse du système publie ce genre de document.

Le procès s’est déroulé sous haute surveillance. Les personnes désirant y assister ont vu leur carte d’identité être photocopiée et elles ont dû laisser leurs clés, portefeuille et autres objets dans un vestiaire tenu par la police.

 

 

 

Le policier qui avait introduit la plainte contre Michael Stürzenberger était entendu comme témoin. Il s’est exprimé de manière inaudible pour les personnes assistant au procès. Certaines de celles-ci sont intervenues et la juge les a rabrouées. Stürzenberger s’est vu refuser le droit d’utiliser comme moyen de défense la citation de sourates violentes du Coran et de l’ouvrage Le Fascisme islamique d’Hamed Abdel-Samad, alors que ce livre avait été cité dans le texte sur Facebook accompagnant la photo.

Curieusement, la juge a lu longuement et en détail une condamnation reçue par Michael Stürzenberger, pour délit d’opinion, à l’étranger, à Graz en Autriche.

Le verdict est ensuite tombé : une condamnation à six mois de prison avec sursis et à cent heures de travail social, la juge ajoutant qu’en publiant cette photo, Michael Stürzenberger a diffamé les musulmans.

Le député, au Parlement polonais, du parti gouvernemental Droit et Justice (Prawo i Sprawiedliwość) Arkadiusz Mularczyk désire, désormais, amener cette affaire devant le Conseil de l’Europe car elle concerne la liberté d’expression sur le continent. La télévision publique polonaise a évoqué cette affaire alors que les médias du système, en Allemagne, ne l’ont quasi pas abordée.

Ayant assisté au procès de Michael Stürzenberger, que je connais depuis plusieurs années, je dois avouer que la manière dont celui-ci s’est déroulé montre que l’État de droit n’existe plus en Allemagne.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 10:18

http://www.bvoltaire.fr/merkel-macron-plombiers-de-limmigration/?mc_cid=e7aae65496&mc_eid=58ff097ba7

 

Merkel et Macron

 

« plombiers » de

 

l’immigration ?

 Aujourd'hui

 

Le règlement de Dublin, qui laisse au premier pays membre de l’UE où arrivent les migrants le soin de déclencher la procédure d’asile, est inepte.

 

Christian Vanneste

Homme politique


Ancien député UMP, Président du Rassemblement pour la France, Président de La Droite Libre

http://www.assoc-amazon.fr/e/ir?t=boulevard-voltaire-21&l=as2&o=8&a=208067949X

 

Les sommets diplomatiques nous ont habitués à confondre l’agitation avec l’action. Ainsi en est-il et en sera-t-il du mini-sommet du 28 août à Paris consacré à l’immigration africaine en Europe par la Libye. Emmanuel Macron y a invité Angela Merkel pour souligner, une fois de plus, sa volonté de restaurer le couple franco-allemand dans son rôle de moteur de l’Europe.

À cette réunion ont été associés les pays du Sud qui servent de transit aux migrants, l’Italie qui a déjà reçu 100.000 Africains sur ses côtes cette année, et 600.000 depuis 2014 à partir de la Libye, et l’Espagne qui connaît un nouvel afflux par le Maroc. Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy étaient donc présents. L’inutile Federica Mogherini représentait l’Union européenne dont on mesure constamment l’inefficacité. Les pays qui, de l’autre côté de la Méditerranée, servent de passage au flux migratoire, et voient prospérer sur leur sol ce nouveau trafic humain, étaient également conviés avec les présidents Idriss Déby du Tchad et Mahamadou Issoufou pour le Niger. Enfin, Fayez el-Sarraj représentait la Libye. Son titre est trompeur : il est le chef du gouvernement d’union nationale de Tripoli, reconnu par la « communauté internationale », mais ne contrôle qu’une faible portion du territoire, et encore, avec les Frères musulmans de Misrata. L’homme fort du pays est le maréchal Khalifa Haftar. Le Président français avait récemment réuni les deux rivaux. Mais le chaos libyen a rendu le projet de « hotspots » en Libye lancé par Macron irréalisable. C’est pourquoi il tente aujourd’hui de le reculer au Tchad et au Niger.

Il s’agit d’organiser sur place l’accueil et le contrôle des migrants afin de séparer les réfugiés qui y recevront le statut de demandeurs d’asile des migrants économiques. Les ONG qui soutiennent l’immigration n’y sont pas favorables, puisque cela crée une sélection et, donc, une discrimination à leurs yeux inacceptable. Les responsables politiques africains préféreraient qu’on leur donne les moyens du développement et du contrôle de leurs frontières. Ils dénoncent la mauvaise solution qui va transformer le tri en appel d’air.

Cette critique est justifiée. Elle pointe du doigt l’ambiguïté, pour ne pas dire l’hypocrisie, qui enveloppe la manière dont l’occupant actuel de l’Élysée traite le sujet. Chaque solution consiste à cacher ou à déplacer le problème tout en donnant un signal pour l’accentuer. C’est pourquoi, s’il faut remonter à la source du problème, c’est d’une tout autre manière, non pour faciliter le flux mais pour le tarir. La restauration d’un État contrôlant l’ensemble du territoire libyen est, dans ce but, décisive. Celle-ci ne peut se faire, semble-t-il, que par le biais de Haftar, de même que la fin de la guerre en Syrie passe par la reconquête de la totalité du pays par l’armée syrienne.

Le règlement de Dublin, qui laisse au premier pays membre de l’Union européenne où arrivent les migrants le soin de déclencher la procédure d’asile, est inepte. L’Italie les accueille mais ne les garde pas. Ils se précipitent donc en France, puisque les autres frontières – autrichienne, slovène et suisse – sont plus fermées. La solution des quotas proposée par Mme Merkel se heurte au refus des pays du groupe de Visegrád. On semble ne pas voir que la procédure d’asile, conforme aux droits de l’homme, ne peut concerner que des personnes effectivement menacées dans certains pays en raison de leurs croyances ou de leurs positions politiques.

Il est nécessaire de revoir totalement les fondements juridiques de l’immigration et de l’asile, qui répondent à des exigences morales dépassées par les évolutions de notre temps, tant sur le plan démographique que sur celui de la communication.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 12:53

http://www.bvoltaire.fr/retour-aux-valeurs-traditionnelles-chine-russie-europe/?mc_cid=88c0e247e1&mc_eid=58ff097ba7

 

 

 

Retour aux valeurs

 

traditionnelles en

 

Chine et en Russie !

 

A Quand en Europe ?

 

 Hier

 

Confucius

Le système de valeurs confucéen consacre l’importance accordée à l’autorité, à la famille, au travail et à la discipline.

 

Marc Rousset

Économiste

 

 

Le journaliste Cyrille Pluyette nous apprend, dans Le Figaro du 19 août dernier, que la promotion des valeurs traditionnelles, tant condamnées sous Mao Tsé-toung, est orchestrée par les autorités et fait son grand retour en Chine. On peut lire, aujourd’hui à Pékin, des affiches du style : « On est béni quand on fait preuve de piété filiale, quand on est honnête, quand on est patriote. » Ailleurs, des panneaux relatent la vie des disciples de Confucius, expliquent que l’on doit être « soumis et respectueux face aux parents, fidèle à la mère patrie » et qu’il faut être indifférent à la célébrité et à la richesse. Quant aux amoureux, ils ne doivent pas être trop démonstratifs et « respecter la morale sociale ».

La pornographie, l’homosexualité, l’adultère, l’hédonisme matérialiste stupide, les scoops ou les ragots sur la vie privée des stars chinoises sont également censurés sur Internet afin de ne pas flatter les « bas instincts du public ». Xi Jinping, dans une société largement bâtie sur l’argent, veut donc combler le vide idéologique par de nouvelles valeurs compatibles avec son gouvernement autoritaire. Le parti unique cherche à se réapproprier le confucianisme qui implique que le peuple obéisse à une élite d’hommes intègres et dignes de confiance.

Samuel Huntington, dans Le Choc des civilisations, avait déjà remarqué que la réussite de l’Asie était le résultat de l’importance culturelle accordée à la collectivité plutôt qu’à l’individu. Dans le monde démocratique occidental règne la culture de l’individualisme ; la tradition chinoise enseigne que la société est une communauté complexe. Le système de valeurs confucéen consacre l’importance accordée à l’autorité, à la famille, au travail et à la discipline, le rejet de l’individualisme, la primauté de l’autoritarisme « doux » et des formes très limitées de la démocratie.

Le triomphalisme asiatique face au déclin de l’Occident s’est exprimé dans ce que certains avaient appelé « l’offensive culturelle de Singapour ». Lee Kuan Yew, souvent qualifié de despote éclairé, a opposé les vertus de la culture asiatique confucéenne (l’ordre, la discipline, la responsabilité familiale, le goût du travail, le souci de l’intérêt collectif, la sobriété) à la complaisance, la paresse, l’individualisme, la violence, la sous-éducation, le manque de respect pour l’autorité et l « ossification mentale » qui seraient responsables du déclin de l’Occident.

On retrouve, en fait, dans les valeurs confucéennes, l’opposition bien connue en Europe entre le holisme s’appuyant sur des valeurs traditionnelles et l’individualisme des « Lumières » qui nous mène à la société décadente actuelle dont l’argent est la seule valeur. Dans ses déclarations, Lee Kuan Yew n’avait d’ailleurs jamais caché que la politique qu’il suivit à Singapour, et qui fut une source d’inspiration d’idées nouvelles pour les dirigeants chinois, consistait en fait à appliquer des vertus que les Européens avaient possédées et pratiquées en d’autres temps. Pour leur plus grande disgrâce, ils les avaient oubliées ou leurs nouveaux maîtres les leur avaient fait détester.

La perte des valeurs traditionnelles tient à la destruction volontaire ou induite de toutes les structures et contraintes, doctrines, lois, rites, codes de conduite et devoirs au bénéfice des « Lumières » progressistes destructrices. Comme le remarquait Gilles Lipovetsky dès les années 80 dans L’Ère du vide, les valeurs qui structuraient encore le monde de la première moitié du XXe siècle (épargne, conscience professionnelle, sacrifice, ponctualité, autorité) n’inspirent plus de respect et invitent davantage au sourire qu’à la vénération.

Et qu’a fait Poutine, en Russie, si ce n’est procéder, dès sa prise du pouvoir en 2001, à un retour aux valeurs traditionnelles russes comme la famille, la patrie et la religion orthodoxe. Une religion orthodoxe beaucoup plus réaliste et moins naïve que le catholicisme romain, en faisant construire des églises et reconstruire des cathédrales dans toute la Russie !

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 11:39

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-journaliste-licenciee-pour-avoir-revele-une-filiere-qui-alimente-daesh-.aspx?article=11409964586H11690&redirect=false&contributor=PIECES+OR

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSUS 

 

 
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 10:12

http://www.bvoltaire.fr/laxisme-de-justice-allemande-face-aux-viols-commis-migrants/?mc_cid=88c0e247e1&mc_eid=58ff097ba7

 

 

 

 

Laxisme de la

 

justice allemande

 

face aux viols

 

commis par les

 

migrants

 

 

La justice accorde des circonstances atténuantes aux agresseurs qui se voient frappés de peines très légères.

 

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone

Son blog

 

Alors que les agressions sexuelles perpétrées par les migrants sur les Allemandes se poursuivent, la justice accorde des circonstances atténuantes aux agresseurs, qui se voient frappés de peines très légères.

Un individu de nationalité gambienne, entré illégalement en Allemagne en 2014 et vivant, depuis lors, en tant que réfugié à Fribourg-en-Brisgau, au Bade-Wurtemberg, avait été condamné en première instance à huit mois d’emprisonnement pour avoir tenté, durant une demi-heure, de violer une Allemande de 17 ans, l’acte ayant été évité au dernier moment suite à l’intervention de colocataires de la victime alertés par les cris de celle-ci. Le Gambien est allé en appel et la justice a réduit fortement la peine : il est seulement frappé, ce 23 août 2017, de cinquante heures de prestations sociales (et contraint à trois entretiens au sein de l’association de conseils pour le planning familial, la pédagogie sexuelle et les conseils sexuels Pro Familia), son avocat, payé aux frais du contribuable, ayant plaidé le fait que son client présente de bonnes possibilités d’intégration. L’agresseur a décidé, devant le tribunal, de ne pas s’excuser auprès de sa victime.

Un Irakien de 23 ans ayant violé, le 6 août 2017, une Munichoise de 22 ans a, par contre, ce même jour, accepté devant un tribunal de lui présenter des excuses. La victime avait dansé toute la nuit lors d’une soirée organisée au bord du lac de Starnberg, dans les environs de Munich. Elle s’était ensuite rendue à la station de train local où l’Irakien, ayant lui aussi pris part à cette soirée, l’avait abordée en lui faisant croire qu’il connaissait un chemin plus court, l’avait entraînée vers une prairie, l’avait jetée à terre, lui avait tenu la bouche fermée et l’avait violée.

Le 23 août 2017, à 2 h du matin, au sein de l’ancien jardin botanique à Munich, des passants ont été alertés par des cris. Ils ont vu une étudiante allemande de 17 ans en train d’être violée par un Afghan de 18 ans. La police, prévenue, a été contrainte de tirer un coup de feu en l’air afin de pouvoir capturer l’individu alors en fuite.

Ce 20 août 2017, à Dortmund, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une Allemande a été violée dans les toilettes de la discothèque Maquina par un Africain demandeur d’asile.

Les hôpitaux ne sont pas épargnés. Mojtaba H., un Afghan demandeur d’asile de 30 ans, est jugé à Hambourg pour avoir pénétré par une fenêtre au sein d’une clinique durant la nuit afin de commettre une agression sexuelle, le viol étant évité suite à l’intervention d’une infirmière, malgré le fait que l’agresseur ait eu le culot de lui prétendre être le petit ami de la victime.

Pendant ce temps, le journaliste anti-islamisation Michael Stürzenberger a été condamné, ce 18 août 2017, à Munich, à six mois de prison avec sursis et à cent heures de travail social pour avoir publié sur Facebook une photo historique montrant les collusions ayant existé entre un pan de l’islam et le national-socialisme, la juge estimant, entre autres, qu’il a ainsi stigmatisé les musulmans.

La justice allemande est devenue une institution de république bananière où les peines les plus légères frappent les migrants coupables des pires délits pendant que certains patriotes se voient condamnés pour délit d’opinion.

 

 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 14:51

http://www.bvoltaire.fr/impopularite-macron-entre-livre-records-nest-fini/?mc_cid=072114424b&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Impopularité :

 

Macron entre dans

 

le Livre des

 

records, et ce n’est

 

pas fini

 Hier

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2017/01/sondage-satisaction-710x270.jpg

Le baromètre mensuel Ifop-JDD est formel : ce n’est plus un tassement ou une chute, c’est un effondrement.

http://2.gravatar.com/avatar/b6418a2f59b17fc88d2d6733bc0e913f?s=320&d=mm&r=g

 

Pascal Célérier

Le baromètre mensuel IFOP-JDD est formel : ce n’est plus un tassement ou une chute, c’est un effondrement qu’accuse la courbe de popularité du président de la République au mois d’août. Après une baisse de 10 points en juillet, il perd 14 points en août, totalisant désormais une majorité de 57 % de mécontents, dont 20 % de « très mécontents ». Du jamais-vu pour un Président au bout de quatre mois. Imaginez : Nicolas Sarkozy bénéficiait encore de 69 % d’opinions favorables à la même date, François Hollande de 54 %, et même Chirac n’avait perdu « que » 20 points, et non 24… Voilà pour le record.

Les raisons ? Évidentes. Les causes conjoncturelles ? Tous les petits rabotages budgétaires. Baisse de l’APL ? Macron perd 14 points chez les 18-24 ans. Hausse de la CSG et cafouillage sur la taxe d’habitation ? -16 chez les retraités. S’il est donc logique que Macron dévisse davantage encore chez les ouvriers pour qui la question du portefeuille est légitimement centrale (-18), il est assez étonnant qu’il fasse un –15 chez les « cadres et les professions intellectuelles supérieures » et un –22 chez les écologistes. Visiblement, M. Villani et M. Hulot ont du mal à assurer le service après-vente de leur produit.

Et c’est toucher ici la grande fragilité de notre Jupiter : entre lui et nous, aucun intermédiaire, et donc aucun fusible. Sa majorité parlementaire a montré son amateurisme. Son gouvernement est muet, en dehors des numéros comiques de M. Castaner. Quant à M. Philippe, qui brille surtout par une inconsistance qu’il a lui-même théorisée (« Je ne suis pas un super héros »), le Président l’entraîne dans sa chute.

Mais cet effondrement généralisé, qui touche toutes les tranches d’âge, toutes les catégories sociales et toutes les préférences partisanes (-14 au PS, -15 chez LR) est aussi structurel. C’est la rançon du « et de droite et de gauche ». M. Macron perd sur les deux tableaux, et doublement. Ses mesures d’économie libérales lui aliènent la gauche. Sans pour autant lui rallier la droite, car timides et violemment dirigées contre les ministères régaliens (Armées, Intérieur). Et l’on pourrait faire la même analyse avec la politique migratoire.

Pour toutes ces raisons (fragilité originelle de l’électorat disparate qui l’a élu et nouvelles mesures de rigueur budgétaire encore à venir), l’effondrement du Président va se poursuivre. Car n’oublions pas qu’il dispose encore de 40 % de satisfaits, lui qui n’avait obtenu que 24 % au premier tour. Quand on se souvient que M. Hollande fit un 28 % et finit cinq ans plus tard à un 10 % d’opinions favorables qui l’empêcha de se représenter, on se dit que M. Macron a encore une bonne marge de régression.

Et pourtant, ce Président, malgré cette impopularité aussi rapide qui l’a propulsé dans le Livre des records, pourrait un jour y entrer aussi par sa réélection.

Comment ? Par la même recette qui lui a si bien réussi en 2017 : susciter l’ascension d’un opposant « extrémiste » qui lui assurerait une seconde élection par défaut. De ce point de vue, les débuts de M. Macron sont exemplaires : il s’est choisi l’opposition qu’il fallait, avec la complicité d’une droite sans unité et sans leader. Car, de ce sondage IFOP-JDD, on a moins commenté un autre chiffre révélateur : celui de la personnalité qui « peut le mieux incarner l’opposition à Emmanuel Macron dans les années à venir ». Et c’est M. Mélenchon qui arrive en tête, à 59 %, devant Mme Le Pen, à 51 %. Nul doute que la perspective Mélenchon remobiliserait, derrière M. Macron, les armées d’électeurs retraités qui craignent tant pour leurs portefeuilles, ainsi que les vestiges de la droite libérale et conservatrice.

Alors, Macron, pire que Hollande ? Une chose est sûre : il n’a pas fini d’aligner les records.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 14:30

http://www.bvoltaire.fr/valerie-pecresse-libre-de-se-mettre-marche/?mc_cid=072114424b&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Valérie Pécresse,

 

« Libre » de se

 

mettre « En

 

Marche » !

 Hier

 

Mme Pécresse, vous êtes En marche ! sans le savoir. C’est la gauche que vous réinventez.

Pour lancer le mouvement « Libres ! », Valérie Pécresse nous invite à Argenteuil pour réinventer la droite.

Quelle drôle d’idée, serais-je tenté de dire.

Veut-elle en faire une copie de son surmoi de gauche ? Aligner la droite sur la gauche plurielle ?
Le point d’exclamation de « Libres ! » est-il inspiré de celui d’« En marche ! » ? La précision, sur le carton d’invitation, en ce qui concerne le lieu de rassemblement – « face au 180 avenue de Stalingrad » -, serait-ce un message subliminal aux communistes ?

Je profite, d’ailleurs, de cette occasion pour dire aux « déboulonneurs » de statues, en pensant plus particulièrement à celle de l’humaniste abolitionniste Robert Edward Lee, qu’il serait temps de dévisser les plaques de rue qui concernent « le parangon de vertu » que fut Staline. Vaste programme, aurait dit de Gaulle. Sauf que pour les bonnes consciences, l’hémiplégie du raisonnement est fréquente…

Mais pourquoi réinventer quelque chose qui existe ? Là est la question.

Vous remarquerez que ceux qui veulent réinventer la droite ne le sont pas… de droite.

Macron est aux anges. Ces benêts répètent à l’envi qu’ils sont de droite, et surtout depuis son avènement (avant, ils préféraient se définir comme centriste…). Notre Premier ministre, ancien socialiste qui est devenu de « droite » par opportunisme après la cinglante défaite socialiste de 2002, avec ses compères Le Maire et Darmanin, fera ainsi porter à la vrai droite le chapeau d’une politique économique trop libérale.

La gauche peut se frotter les mains, elle peut légitimement penser qu’elle va rester encore longtemps au pouvoir.

Et ceci est d’autant plus vrai que le commun des mortels confond allègrement systèmes économiques et systèmes politiques. Pour lui, capitalisme et libéralisme économique définissent la droite.

Mais au fait, la droite, c’est quoi, au juste ?

Si l’on compare cette dernière à une maison, notre histoire, notre civilisation marquée par le christianisme, avec des accents grecs et latins, en sont les fondations. La famille, la propriété individuelle, la valeur travail, pour laquelle le loisir est la récompense, la liberté d’entreprendre, sous le contrôle de l’État afin que les gros ne dévorent pas les petits, l’instruction pour tous, l’éducation pour vivre ensemble, la responsabilité individuelle, le respect de la patrie et de ses symboles en sont les murs porteurs. La sécurité du citoyen et la défense de notre pays en constituent la toiture.

Sur cette base, la droite peut se revendiquer conservatrice, mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas changer de papier peint, qu’il ne faut pas s’équiper de la Wi-Fi, qu’il faut se priver de smartphone, qu’il faut rouler à vélo, bref, qu’il faut refuser de s’inscrire dans la modernité.

Madame Pécresse, ne perdez pas de temps à réinventer la droite, elle existe !

Ne transformez pas la maison de droite en bateau, sous le prétexte que vous préférez voguer vers des îles imaginaires. Rejoignez les « Constructifs », qui ont voté la confiance à un gouvernement qui trompe les Français. Vous voulez réinventer la droite parce que vous n’en êtes pas.

Pendant ce temps-là, le fondamentalisme islamique utilise le cheval de Troie que constitue le tsunami migratoire pour s’introduire dans nos sociétés occidentales et profiter de l’aveuglement de nos gouvernants et de la grande majorité de nos médias, obéissant au politiquement correct.

Le Premier ministre polonais, de droite, qui défie Macron a bien raison lorsqu’il dit ceci : « Dans notre époque trouble, Auschwitz est une grande leçon qu’il faut tout faire pour défendre la sécurité de ses citoyens. »

Pendant que vous vous démenez pour faire perdre Laurent Wauquiez, « ce représentant de la droite dure », et pour créer une maison sans fondations et sans murs porteurs, nos disciples de Daech jettent les bases du califat européen.

Si le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes est de la droite humaniste, vous, Mme Pécresse, vous êtes En marche ! sans le savoir.

C’est la gauche que vous réinventez.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 12:07

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/08/28/l-dandrieu-la-securite-personnelle-ne-peut-exister-si-les-na-5974626.html

L. Dandrieu : « La sécurité personnelle ne peut exister si les nations basculent dans l'anarchie »

 

Entretien par Eugénie Bastié

Laurent Dandrieu réagit ici à la publication d'un texte dans lequel le pape François va très loin dans la défense des migrants [Figarovox, 22.08]. Il déplore le désintérêt du souverain pontife pour les pays qui les accueillent. Lafautearousseau, de son côté (voir lien en fin d'article) a marqué son désaccord avec ces déclarations. Lorsque le Pape empiète sue le terrain politique et lorsque, ce faisant, il nuit gravement à la sécurité ou à la stabilité de notre société, nous n'avons aucunement l'obligation de le suivre et, au contraire, en de tels cas, nous avons le devoir de nous y opposer.  LFAR  

 

2591938438.jpgLe pape François vient de publier un texte où il plaide pour «faire passer la sécurité personnelle [des migrants] avant la sécurité nationale», et appelle à un accueil beaucoup plus large des migrants. Que vous inspirent ces propos? Sont-ils inédits ?

Il me semble que ce message qui vient d'être publié en préparation de la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018, qui aura lieu le 14 janvier prochain, est dans la droite ligne des positions défendues par le pape François depuis le début de son pontificat, mais qu'il va cependant plus loin que d'habitude sur un certain nombre de points. Dans un entretien accordé à une radio portugaise le 14 septembre 2015, par exemple, le pape reconnaissait le risque d'infiltration terroriste lié à la crise des migrants, mais n'en ajoutait pas moins qu'« à l'évidence, si un réfugié arrive, en dépit de toutes les précautions liées à la sécurité, nous devons l'accueillir, car c'est un commandement de la Bible ». Quand, dans ce nouveau message, François écrit que « le principe de la centralité de la personne humaine (…) nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale », il donne en quelque sorte une version plus théorique de cette précédente déclaration.

La question est de savoir si, ce faisant, il ne cède pas à un certain idéalisme, potentiellement désastreux : car c'est oublier que la sécurité nationale est le plus sûr rempart de la sécurité personnelle, et qu'il n'existe aucune sécurité personnelle qui puisse exister en dehors de cadres politiques, juridiques et légaux qui en sont le rempart. Aucune sécurité personnelle ne peut exister si les nations occidentales, par exemple, du fait du terrorisme ou d'une immigration incontrôlée et ingérable, basculent dans l'anarchie.

Par ailleurs, le principe de la centralité de la personne humaine oblige à considérer, aussi, que les citoyens des nations occidentales ont un droit évident à la sécurité nationale. On attend vainement, tout au long de ce texte, une prise en considération des intérêts des populations des pays d'accueil, qui ont droit, eux aussi, à la sollicitude de l'Église, et dont une partie de plus en plus importante vit, elle aussi, des situations de grande détresse et de grande précarité, matérielle, spirituelle et morale.

Deuxième élément important et pour le coup très novateur de ce texte : le pape prend position pour « la défense des droits et de la dignité des migrants ainsi que des réfugiés, indépendamment de leur statut migratoire » : ce qui veut dire qu'il réclame des droits égaux pour les clandestins et pour les immigrants légaux, pour les demandeurs d'asile et pour les immigrés économiques. Parmi ces droits figurent « la liberté de mouvement dans le pays d'accueil, la possibilité de travailler et l'accès aux moyens de télécommunication »: ce qui veut dire, concrètement, que le pape réclame un droit d'installation préalable pour tous les migrants, avant même que soit étudié leur cas. Ce qui revient à donner une prime à l'illégalité d'autant plus forte qu'il est évident qu'un clandestin qui, entre-temps, aura trouvé un moyen de subsistance, aura d'autant moins de chance de voir son dossier rejeté. Cette prime à l'illégalité me paraît une seconde atteinte, très forte, contre les droits des nations et la citoyenneté: car la nation, la citoyenneté n'existent que par un consensus sur la légitimité de la loi. Si on postule que la loi est faite pour être contournée, il n'y a plus de bien commun possible.

Ce discours a-t-il selon vous une dimension politique ?

Un autre aspect du message me semble clarifier ce qui apparaissait jusqu'alors une ambiguïté dans le discours de François. Il prônait jusqu'alors une grande générosité dans l'accueil, sans que l'on sache toujours si cela signifiait un simple rappel évangélique de la charité avec laquelle le chrétien se doit de traiter l'étranger croisé sur sa route, ce qui relève à l'évidence du rôle du pape, ou s'il s'agissait d'un appel plus politique, et donc plus discutable, à ouvrir les frontières. En stipulant que la protection des migrants « commence dans le pays d'origine », c'est-à-dire consiste à les accompagner à la source dans leur désir de migrer, le pape assume plus clairement que jamais la dimension politique de ce discours, la volonté de ne pas se cantonner à affronter une situation de fait, mais en quelque sorte d'accompagner et d'encourager ce mouvement migratoire vers l'Europe.

Dernière clarification : en stipulant que les migrants doivent être mis en situation de se réaliser y compris dans leur dimension religieuse, le pape François donne une sorte de blanc-seing à l'entrée massive de populations de religion musulmane et à l'acclimatation de la religion musulmane sur le continent européen, en semblant indifférent aux innombrables problèmes identitaires et sécuritaires que cela pose.

La position de François tranche-t-elle avec celle de ses prédécesseurs, et notamment celle de Benoit XVI ? Que dit l'Église sur le devoir d'accueillir les migrants?

La continuité est indéniable, et est attestée dans ce message par des nombreuses citations de son prédécesseur. Quand le pape prône le regroupement familial, au risque de transformer systématiquement les réfugiés temporaires en immigrés permanents, il ne fait que reprendre des positions défendues inlassablement, par exemple, par Jean-Paul II et Benoît XVI, comme je le montre abondamment dans mon livre.

Le discours de l'Église, en son Catéchisme, reconnaît à la fois le droit de migrer quand la nécessité s'en fait sentir, et le droit des États de limiter les flux quand ils l'estiment nécessaire. Mais, dans les faits, le discours des papes oublie fréquemment ce second aspect. Il l'oublie d'autant plus volontiers que l'Église a souvent cédé à une vision quasi messianique des phénomènes migratoires, censés conduire vers « l'unité de la famille humaine », selon l'expression de Jean XXIII. Jean-Paul II écrit ainsi que « parmi toutes les expériences humaines, Dieu a voulu choisir celle de la migration pour signifier son plan de rédemption de l'homme », et Benoît XVI y voit une « préfiguration anticipée de la cité sans frontières de Dieu ». Face à cela, la protection de la population des pays d'accueil est condamnée à peser de peu de poids, et de fait, elle est quasiment absente du regard que l'Église pèse sur les phénomènes migratoires. En face de cela, l'Église prône inlassablement l'intégration du Migrant, avec un grand M, sans se poser la question de savoir concrètement qui est ce migrant, et si le fait qu'il vienne, en grand nombre, avec un bagage culturel et religieux radicalement différent du nôtre, et dans certains cas incompatible avec le nôtre, ne rend pas cette intégration pour le moins illusoire.

L'État nation et l'existence de frontières se justifient-ils d'un point de vue théologique?

Bien évidemment, car c'est une suite logique du commandement d'honorer son père et sa mère. Saint Thomas d'Aquin écrit qu'« il appartient à la piété de rendre un culte aux parents et à la patrie » et, à la suite de saint Augustin, stipule qu'on doit la charité en priorité à ceux qui nous sont proches par les liens du sang ou de la citoyenneté. Léon XIII écrit que « la loi naturelle nous ordonne d'aimer d'un amour de prédilection et de dévouement le pays où nous sommes nés et où nous avons été élevés », et Pie XII enseigne que « dans l'exercice de la charité il existe un ordre établi par Dieu, selon lequel il faut porter un amour plus intense et faire du bien de préférence à ceux à qui l'on est uni par des liens spéciaux. Le Divin maître lui-même donna l'exemple de cette préférence envers sa terre et sa patrie en pleurant sur l'imminente destruction de la Cité sainte.»

Plus récemment, Jean-Paul II a abondamment développé cette « théologie des nations », des nations qu'il ne voit pas seulement comme un bien politique, un outil au service du bien commun, mais à qui il reconnaît une dignité spirituelle éminente : la nation, explique-t-il, de toutes les communautés humaines, est « la plus importante pour l'histoire spirituelle de l'homme ». Il va même jusqu'à dire que « la fidélité à l'identité nationale possède aussi une valeur religieuse. » De là, on peut évidemment déduire que les nations ont un droit irrépressible à défendre leur identité nationale face aux menaces extérieures, comme une immigration incontrôlée et inintégrable.

« L'intégration n'est pas une assimilation qui conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle », a aussi dit le pape. Y a-t-il position traditionnelle de l'église en matière d'assimilation ?

Cette condamnation de l'assimilation, au nom du respect de la culture d'origine de l'immigré, est malheureusement une constante dans le discours de l'Église sur l'immigration. Jean-Paul II va jusqu'à la renvoyer dos à dos avec des politiques de discrimination allant jusqu'à l'apartheid : « On doit en effet exclure aussi bien les modèles fondés sur l'assimilation, qui tendent à faire de celui qui est différent une copie de soi-même, que les modèles de marginalisation des immigrés, comportant des attitudes qui peuvent aller jusqu'aux choix de l'apartheid. » Je dis « malheureusement », car on ne voit pas bien, dès lors, malgré les appels répétés de l'Église à une politique d'intégration, comment l'appel de la hiérarchie catholique à un accueil généreux des migrants pourrait ne pas déboucher sur un multiculturalisme, d'ailleurs parfaitement assumé par le pape François.

Le problème est que ce multiculturalisme aboutit dans les faits à un refus de considérer la culture du pays d'accueil comme une culture de référence, et rend de facto l'intégration illusoire. Sous la pression de l'immigration de masse et de l'idéologie multiculturaliste, les sociétés occidentales se réduisent de plus en plus à une juxtaposition de communautés d'origines, de cultures et de religions différentes, qui se regardent en chiens de faïence faute d'avoir de référence commune, autre que de très vagues principes abstraits, tels que cette « culture de la rencontre » à laquelle le pape François tend à réduire l'identité européenne. Le bien commun, faute de valeurs partagées, se réduit ainsi à un vivre ensemble qui, de plus en plus, tourne dans la réalité à un apartheid de fait. S

oit le contraire du but recherché, et une catastrophe civilisationnelle majeure en germe tant pour les peuples européens que pour les populations immigrées. •

Laurent Dandrieu est rédacteur en chef des pages Culture à Valeurs Actuelles. Il a publié Église et immigration, le grand malaise. Le pape et le suicide de la civilisation européenne, de Laurent Dandrieu. Presses de la Renaissance, 288 p., 17,90 €. 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 11:00

http://www.bvoltaire.fr/voila-faudra-militaire-cinq-ans/?mc_cid=072114424b&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Voilà pourquoi il

 

nous faudra un

 

militaire dans cinq

 

ans !

 Aujourd'hui

 

 

Le chemin sera long et difficile, il sera préférable de l’entreprendre avec celui qui, par vocation, est prêt à donner sa vie pour la France.

 

J.-P. Fabre Bernadac

Ancien officier de Gendarmerie


Diplômé de criminologie et de criminalistique

http://www.assoc-amazon.fr/e/ir?t=boulevard-voltaire-21&l=as2&o=8&a=208067949X

Robert Ménard vient de jeter un pavé dans la marre en publiant sa lettre ouverte à l’adresse des frontistes. Il faut du courage pour, refusant la langue de bois, identifier les divers échecs électoraux successifs du FN et de sa présidente. Son idée d’une refondation est fondamentale, comme l’est de repartir dans cinq ans sur des bases inédites. Inédites car les perspectives d’une submersion nécessitent d’étendre le champ politique bien au-delà d’une alliance avec la droite.

En effet, analysons la situation en France. Le péril majeur, fondamental même, est celui de l’immigration massive qui non seulement ne se tarit pas

mais s’accroît chaque année. On nous a vendu le multiculturalisme favorisé par le mondialisme comme l’option du bien, or il s’est transformé rapidement en communautarisme. Les flux continus de populations vont, à la longue, gommer les marqueurs de notre société (culture, religion, histoire, coutumes et même langue). Si rien d’énergique n’est tenté, la disparition de nos racines est pour après-demain. In fine ce sera la communauté la plus puissante, la plus religieuse, la plus soudée qui triomphera, c’est-à-dire le monde musulman avec ses préceptes coraniques, juridiques et politiques.

Oui, la situation est grave et le sera encore plus dans cinq ans. Dans ces conditions, l’heure n’est plus à savoir quelle pensée appliquer, s’il faut mettre la barre plus à droite ou plus à gauche et quelle alliance entreprendre. Actuellement, notre devoir est de déceler la personne capable d’être élue. Or, soyons clair : quel type de personnage, aujourd’hui et encore plus demain, ralliera un maximum de suffrages ? Pour moi, la réponse est simple : Un homme issu du milieu militaire. (Imaginez ce qu’aurait pu être, par exemple, le score à la présidentielle du général de Villiers.)

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens