Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 12:00
LISTE DES BANQUES QUI SENTENT LE SOUFRE EN EUROPE! VERS LE KRACH!

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-banque-apres-l-autre-puis-toutes-en-meme-temps.aspx?article=9284162700H11690&redirect=false&contributor=Wolf+Richter.

~~ Une banque après l’autre, puis toutes en même temps

IMG Auteur Wolf Richter Wolf Street Publié le 28 septembre 2016 805 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes ( 2 votes, 5/5 ) Imprimer l'article Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles 0 in Share . 0 envoyer 0 commenter SUIVRE : Euro Eurozone Portugal Avertissement Rubrique : Editoriaux Les investisseurs ne trouvent pas la situation amusante. La crise bancaire européenne ne leur permet plus de souffler. Voilà que les deux plus grosses banques allemandes sont venues faire la une avant même les banques italiennes, en raison de leur taille et des dommages qu’elles pourraient causer au système financier global. Et d’autres banques sont dans une situation plus délicate encore. Certaines se sont déjà effondrées, et des bail-ins et plans de refinancements commencent à être envisagés.

Deutsche Bank a enregistré un lundi très maussade après qu’il a été annoncé vendredi qu’Angela Merkel a refusé de se pencher sur un refinancement de la banque avant les élections générales de l’année prochaine. La popularité de la chancelière a récemment été emboutie, et renflouer les banques du pays avec l’argent des contribuables ne ferait qu’envenimer la situation. Et il y a aussi Commerzbank, dont le gouvernement possède 16% en conséquence du plan de sauvetage organisé pendant la crise financière, qui serait sur le point de licencier 9.000 employés, soit près d’un cinquième de sa force de travail. Une décision qui lui coûtera, selon certaines sources, environ un milliard d’euros. Pour la financer, la banque devra réduire ses dividendes pour l’année 2016 afin de limiter l’hémorragie et préserver son capital, dans le cadre de ce qui se trouve être un terrible environnement de taux d’intérêt négatifs. J’aborde depuis un certain temps le sujet de la crise bancaire européenne, qui semble se déplacer sans cesse d’un pays à un autre. Il arrive que je la mentionne de manière amusante, parce que nous devons tous préserver notre sens de l’humour en ces temps de trouble.

Mais les investisseurs qui ont cru en les promesses de Draghi, en la force de Merkel et en leur volonté à tous les deux de faire tout leur possible pour protéger les actionnaires et propriétaires d’obligations des banques, qui ont cru en la reprise de l’Espagne et en le nouveau gouvernement italien, ne rigolent plus. Pour eux, la situation est devenue un bain de sang. La crise financière globale a été balayée sous le tapis. Et puis la crise européenne de la dette est venue faire s’effondrer quelques banques en périphérie, les contribuables sont venus renflouer les propriétaires d’obligations, et d’autres catastrophes ont elles-aussi été balayées sous le tapis. Mais les problèmes n’ont pas été réglés pour autant. A mesure que l’odeur de décomposition des actifs commençait à émaner de sous le tapis, les investisseurs se sont bouché le nez et ont continué de jouer pendant quelques temps. Et aujourd’hui, la situation est pire encore. Les investisseurs se demandent ce qui se trouve vraiment sous le tapis – bien qu’ils ne veuillent pas vraiment le savoir, de peur que ce soit vraiment trop moche. A chaque fois que quelqu’un jette un œil, disons aux banques italiennes, un nouveau problème semble s’être métastasé. Cette crise bancaire a le potentiel de se transformer en une crise financière. Tout ce qu’il faudra sera un effondrement des plus grands. Le flux de crédit se trouverait gelé instantanément. Dans un système économique qui dépend du crédit, un tel évènement représenterait une crise financière. Le problème ne concerne pas qu’une poignée de banques italiennes ou allemandes. Il est général

. Voir ci-dessus les 29 banques de l’indice ESTX des banques de la zone euro (les banques suisses et britanniques ne sont pas incluses). Il montre le déclin, en pourcentage, survenu depuis leur record sur 52 semaines. Mais pour certaines de ces banques, notamment pour les banques italiennes et portugaises, ce record à la hausse sur 52 semaines était leur précédent record à la baisse sur 52 semaines, tellement leur déclin a été fulgurant. Certaines ont déjà vu leurs actions passer à quelques centimes il y a plusieurs années, et pour elles, en termes d’euros, les plus grosses pertes ont déjà été essuyées. Voici donc ces banques, classifiées par couleur en fonction de leur pays : eurozone-bank-estxfrom-52-week-high Si une banque voit ses actions passer de 0,04 euro à 0,01 euro sur une période de 52 semaines, comme ça a été le cas de Banco Comercial Português, alors elle est en faillite depuis 52 semaines, et ce déclin est essentiellement insignifiant, parce que ses actions ne valaient déjà rien au départ. Les actions de cinq de ces banques s’échangent pour moins d’un euro. Huit autres s’échangent pour moins de 3 euros. Ces 29 banques représentent une grosse portion du système bancaire européen

. Elles incluent certaines des plus grosses banques du monde, comme Deutsche Bank, Société Générale et BNP Paribas. Ainsi que des banques « systémiquement importantes » comme Unicredit, ING et Santander. Elles sont en difficulté, toutes en même temps. Le comportement attentiste a été écrasé par les taux d’intérêt négatifs.

Que fera Merkel ? Lisez ceci : Deutsche Bank in Free Fall. Shares, CoCo Bonds Plunge. Merkel Gives Cold Shoulder on Bailout. Bank Denies Everything

Published by marcrousset
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 10:43
LE REGROUPEMENT FAMILIAL DOIT AVOIR LIEU AU BLED , PAS EN FRANCE!

http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/femmes-voilees-limmigration-nuptiale-grand-accelerateur-de-lislamisation,285350?mc_cid=74e1d5f01c&mc_eid=58ff097ba7

~~ Femmes voilées : l’immigration nuptiale, grand accélérateur de l’islamisation

Aujourd'hui Ce phénomène est peu connu mais déterminant. Jean-Yves Le Gallou Ancien député européen, essayiste. Président de Polémia. 35 % des femmes musulmanes en France portent le voile, 60 % des musulmans estiment que les collégiennes et les lycéennes devraient pouvoir le porter à l’intérieur de leur établissement scolaire, 65 % des musulmans sont de manière générale favorables au port du voile, et 28 % au port du voile intégral (niqab, burka). Tels sont les chiffres révélés par un sondage IFOP, commandé par le très politiquement correct Institut Montaigne. Des chiffres qui ne font que représenter une réalité indéniable : l’occupation croissante de l’espace public par des femmes voilées et même de plus en plus souvent « bâchées ». Une entreprise de « colonisation visuelle », selon Marion Maréchal-Le Pen.

Ce phénomène majeur a trois causes

: – les constructions de mosquées financées soit par les contribuables français (dons ou prêts de terrains, « aides culturelles ») et les États étrangers

; – la présence, dans tous les appartements, des télévisions arabes qui véhiculent la mode et le modèle de la femme voilée ;

– l’immigration nuptiale. Ce dernier phénomène est peu connu mais déterminant. Chaque année, 10.000 conjoints ou enfants d’étrangers obtiennent un titre de séjour au titre du regroupement familial. Mais – et c’est là le chiffre essentiel – 40.000 conjoints entrent en France au titre du regroupement de « familles de français ». De qui s’agit-il ? De ressortissants étrangers qui ont été épousés à l’étranger, hors Union européenne, par des ressortissants français. Pour quelques centaines de cas, il s’agit de rencontres entre Français et Chinois, Philippins, Américains, Canadiens ou Australiens. Mais pour l’essentiel, il s’agit de binationaux, Franco-Maghrébins ou Franco-Africains, généralement inassimilés, qui se marient « au bled » dans le cadre de mariages communautaires souvent « arrangés ». Il peut s’agir de jeunes filles mariées, plus ou moins contre leur gré, avec des cousins. Mais le cas le plus fréquent est celui de jeunes hommes qui vont chercher « au bled » leur promise. Pour ne pas dire leur soumise. Car, dans les deux cas, la soumission de la femme est un élément essentiel de la décision. Et comme les pays les plus concernés par ces pratiques sont, dans l’ordre, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et les pays africains musulmans, toutes ces femmes portent le voile et servent de modèle aux autres. D’autant que ces mariages ouvrent des droits au regroupement familial pour les parents, pour garder les petits-enfants ou se faire soigner : d’où le nombre grandissant de vieilles femmes voilées arrivées récemment en France.

Il faut, évidemment, mettre un terme à ces regroupements en France. Un Franco-Maghrébin qui choisit de se marier « au bled » manifeste son absence d’assimilation et doit en tirer les conséquences : y rester pour construire sa famille. Il n’y a, d’ailleurs, aucune raison de faire du mariage un droit absolu au séjour

. L’Australie est un pays libéral et parfaitement démocratique. Pour autant, le mari anglais d’une Australienne n’a aucun droit au séjour permanent en Australie. La règle, c’est l’alternance (un an d’un côté, un an de l’autre) et, pourtant, quoi de plus proche, culturellement, qu’un Anglais d’un Australien ? Dans le cas qui nous occupe, des binationaux qui préfèrent le pays d’origine de leur famille – c’est leur droit — n’ont pas à nous imposer leurs mœurs.

Comme le disait le général de Gaulle (cité par Alain Peyrefitte) : « Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. » La conclusion est claire : il faut mettre un terme au regroupement familial et à l’immigration nuptiale, arme fatale de l’islamisation et du Grand Remplacement.

Published by marcrousset
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 10:27
TRAHISON DE MARITON QUI RENIE SES CONVICTIONS ET  SE RALLIE A LA CATASTROPHE JUPPE !

http://www.bvoltaire.fr/pascalcelerier/mariton-soutient-juppe-la-droite-de-conviction-encore-trahie,285434?mc_cid=74e1d5f01c&mc_eid=58ff097ba7

~~ Mariton soutient Juppé : la droite de conviction encore trahie !

Aujourd'hui Lui non plus n’a donc aucune cohérence, aucun respect des sympathisants, militants, tous ces anonymes de la droite de conviction. Pascal Célérier M. Mariton, empêché de se présenter à la primaire, avait dit qu’il ne ferait pas durer le suspense pour annoncer à qui il se rallierait. Et, sur ce (seul) point, il a tenu parole : ce matin, sur France Inter, il a appelé à voter… Alain Juppé. Consternation… Sentiment de trahison… Lui non plus n’a donc aucune cohérence, aucun respect des sympathisants, militants, tous ces anonymes de la droite de conviction issus de la Manif pour tous, et pour qui, évidemment, ONLR. Lui qui a tant vitupéré contre les reniements de M. Sarkozy au sujet de la loi Taubira rejoint le candidat le plus libertaire sur ce sujet ! Quelle trahison, pour les milliers d’adhérents LR qui ont voté pour lui en novembre 2014 pour l’élection à la présidence du parti et qui, ces dernières semaines encore, lui ont accordé leurs parrainages ! C’est uniquement pour la clarté des convictions qu’il défendait et pour sa constance que ces anonymes consentaient encore à reprendre leur carte d’un parti, qui, décidément, a fait de la trahison des convictions son dénominateur commun.

M. Mariton semblait farouchement attaché à ses convictions et à son indépendance, comme l’avait montré sa violente réaction à la main tendue de M. Fillon et ses mots très durs à l’égard de Sens commun. Eh bien,non, M. Mariton a filé, lui, chez M. Juppé, le symbole de cette droite qui n’a rien défendu, tout trahi, tout cédé à l’idéologie de gauche ! Et que la gauche va d’ailleurs élire dans une primaire… de la droite. Pourtant, d’autres choix étaient possibles, bien plus cohérents. Si M. Mariton voulait jouer dans la cour des grands, il lui restait M. Fillon. Mais il avait aussi la possibilité de peser différemment, de soutenir le seul candidat avec lui à demander l’abrogation de la loi Taubira : M. Poisson. Et ce soutien, cette réunion de deux hommes de conviction auraientt pu être, enfin, le début de l’union de la droite conservatrice. Autour de M. Poisson auraient pu venir s’agréger ensuite les gaullistes, les souverainistes, tous les conservateurs, abandonnés, trahis, orphelins, que plus aucun candidat ne représente désormais dans ce parti. En fait, M. Mariton nous préparait à sa trahison. Il avait prévenu que la position sur la loi Taubira ne serait pas le critère fondamental, mais qu’il jugerait en fonction de la sincérité des candidats, de leur position sur le droit du sang et des questions économiques. Sincérité ? M. Juppé est effectivement entouré de gens sincères, aux convictions sincèrement opposées aux siennes, aussi bien sur les questions sociétales qu’en matière d’immigration et de nationalité ! M. Mariton a préféré garantir son avenir politique en se vouant au favori des sondages, au mépris de ses convictions et de ses soutiens. Sa trahison, certes une tempête dans un verre d’eau, n’en est pas moins une nouvelle étape dans le processus de dégénérescence d’une certaine droite.

L’Histoire retiendra qu’un grand mouvement conservateur et populaire s’était levé, mais qu’il n’a pas su trouver les chefs ni saisir les occasions pour se structurer et changer le cours des choses. Il n’en reste pas moins que ce courant, même trahi, même privé de représentativité, aura des conséquences dans les urnes, et pas seulement dans celles de la primaire LR. Quant au nom de M. Mariton, il est à ajouter à la longue liste des responsables LR discrédités.

Published by marcrousset
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 10:01
L'EUROPE VASSALE  DOIT SE REVEILLER ET SE  BATTRE ECONOMIQUEMENT CONTRE LES ETATS-UNIS !

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/09/28/traites-de-libre-echange-bienvenue-dans-le-monde-d-orwell-5853708.html

~~ Traités de libre-échange : bienvenue dans le monde d'Orwell

Par Jean-Michel Quatrepoint Le Comité Orwell a organisé le 27 septembre un colloque autour des traités de libre-échange. Jean-Michel Quatrepoint dénonce cette nouvelle forme de guerre économique que mènent les Etats-Unis contre l'Europe [Figarovox - 23.09]. L'analyse que Jean-Michel Quatrepoint fait ici - comme toujours, lucide et réaliste - intéresse les patriotes français et, dans notre cas, les royalistes. LFAR 4163199303.jpgNous sommes en guerre ! On pense, bien sûr, à Daech et au terrorisme islamiste. Mais il y a aussi une autre guerre, plus sournoise, plus vicieuse, puisqu'elle nous oppose à des amis, des alliés. Je veux parler de la guerre avec les États-Unis, de la guerre entre l'Europe et les États-Unis, de la guerre aussi entre le modèle culturel anglo-saxon, un modèle communautariste, et notre modèle républicain, laïc. Cette guerre a un champ de bataille : le marché, l'économie. Avec un objectif pour les États-Unis, ou plutôt pour les multinationales, en très grande majorité anglo-saxonnes : assurer un nouvel ordre mondial, où le rôle des États est réduit à la portion congrue, où les citoyens sont cantonnés à un rôle de consommateurs, où la politique s'efface devant les impératifs du marché et d'un libre-échange total, absolu. Cette bataille, elle se joue aussi sur les traités commerciaux, à travers le TAFTA, le TPP pour le Pacifique, le TISA pour les données. Sans oublier le traité entre l'Europe et le Canada qui a servi en quelque sorte de matrice aux négociations transatlantiques sur le TAFTA. Cette offensive américaine se déroule comme à la parade. Dans un premier temps, les autorités judiciaires d'outre-Atlantique ont mis en place un arsenal juridique pour imposer peu à peu l'extraterritorialité du droit américain.

C'est ainsi qu'on a vu se multiplier, depuis des années, les amendes colossales contre les groupes européens. Amendes pour avoir obtenu des contrats dans divers pays du Tiers Monde avec des commissions. On pense, bien sûr à Alstom. Amendes pour avoir financé des opérations commerciales avec des pays frappés d'embargo par les États-Unis. On pense, bien sûr, à BNP Paribas. Amendes pour avoir bidouillé, comme Volkswagen, les moteurs Diesel vendus sur le marché américain, etc. À chaque fois ce sont des montants considérables. Des milliards, voire des dizaines de milliards de dollars. Pis, ces menaces pèsent sur le système bancaire européen qui n'ose plus financer les investissements des entreprises, françaises et autres, dans des pays sensibles. Ainsi, les banques françaises sont très frileuses sur l'Iran, sur la Russie. Nos entreprises ratent des contrats. Pour le plus grand profit… des Américains. Bref, tout se passe comme si cette menace subliminale que fait peser la justice américaine et Washington sur les banques et entreprises européennes était destinée à les paralyser, à les tétaniser. Parallèlement, le capitalisme américain a déployé sur une très grande échelle une forme moderne de corruption : l'influence, le trafic d'influence. Plus besoin de verser des bakchichs, il suffit d'offrir aux dirigeants politiques, aux élites européennes de belles et rémunératrices fins de carrière, ou de faciliter l'accès de leurs progénitures aux cercles restreints du pouvoir des multinationales.

Aujourd'hui, les masques tombent. C'est un ancien président de la Commission européenne dont on savait qu'il était très proche des Américains qui pantoufle chez Goldmann Sachs. On découvre qu'une ancienne commissaire à la concurrence avait pris systématiquement des décisions nuisibles aux intérêts industriels européens tout en étant administrateur d'un fonds off shore aux Bahamas. Cerise sur le gâteau : elle a intégré Bank of America et, au printemps dernier, le groupe américain… Uber. Un autre commissaire, négociateur et thuriféraire de l'accord TAFTA, a, lui, rejoint les conseils d'administration de CVC Partners, un fonds américain et Merit Capital. Bref, les Américains savent remercier ceux qui ont œuvré pour eux. Mais ceux qui rechignent à intégrer ce nouvel ordre mondial sont frappés. Volkswagen, mais aussi Deutsche Bank et maintenant Airbus que l'on menace de dizaines de milliards d'amende, parce que le groupe aurait bénéficié de subventions européennes. Mais comment Boeing s'est-il développé sinon avec l'argent du département de la Défense ? Comment la Silicon Valley est-elle devenue ce qu'elle est sinon avec les subsides sous diverses formes de l'État américain ? Comment les GAFAM et autres NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) prospèrent-ils sinon en optimisant fiscalement aux États-Unis (les multinationales américaines ont exporté plus de 2 000 milliards de dollars dans les paradis fiscaux) et en ne payant pratiquement pas d'impôt en Europe ?

Et lorsque une commissaire européenne ose s'élever contre les avantages exorbitants accordés par l'Irlande à Apple, c'est le président Obama et 250 patrons américains qui volent au secours de la firme et somment l'Europe d'abandonner ses poursuites. Trop, c'est trop! Ou les Européens se couchent et nous allons collectivement basculer dans un monde où quelques monopoles régneront sur notre vie de tous les jours, géreront nos données… un monde digne de Big Brother. Ou l'Europe se réveille, refuse ces diktats, renvoie les accords TAFTA aux calendes grecques. On ne négocie pas dans une position de vassal. Voilà pourquoi la bataille du TAFTA est symbolique.

Voilà pourquoi si nous voulons défendre nos valeurs, une certaine idée de la géopolitique, il faut dire non au TAFTA, relancer l'idée de la préférence communautaire, défendre nos banques et nos grandes entreprises

. À condition, bien sûr, qu'elles veuillent être défendues et qu'elles n'aient pas déjà pactisé avec l'Oncle Sam… pour un plat de lentilles. •

Jean-Michel Quatrepoint est journaliste économique et vice-président du Comité Orwell.

Published by marcrousset
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 16:19
73,40 % DES NAISSANCE EN ILE DE FRANCE SONT D'ORIGINE EXTRA-EUROPEENNE ! HALTE A L'INVASION ET AU GRAND REMPLACEMENT !

http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/la-france-envahie-un-probleme-demographique,285009?mc_cid=fb0c9b5245&mc_eid=58ff097ba7

~~ La France envahie ? Un problème démographique…

Aujourd'hui La proportion de nouveau-nés n’ayant pas de parenté européenne est en constante augmentation, dans des proportions importantes. Gabriel Robin Juriste SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM Peu de gens ont commenté les chiffres relatifs au dépistage de la drépanocytose pour l’année 2015. Pour ceux qui l’ignorent, la drépanocytose est une maladie génétique qui concerne ultra majoritairement les populations extra-européennes, notamment subsahariennes, indiennes et maghrébines. Les Européens et les personnes du Sud-Est asiatique ne sont quasiment pas concernés. Se caractérisant par l’altération de l’hémoglobine, elle concerne 50 millions d’individus dans le monde, ce qui en fait l’une des maladies héréditaires les plus répandues dans le monde et… la première en France.

En 2015, 73,40 % des nouveau-nés ont été concernés par le dépistage de la drépanocytose en Île-de-France, contre 54,15 % en 2005. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ils étaient 52,39 % à être dépistés en 2015, contre 32,51 % en 2005. Région moins atteinte, la Bretagne ne comptait que 8,13 % de nourrissons testés, contre 3,47 % en 2005. Si l’on prend la France dans sa globalité, 38,85 % des naissances présentaient un risque lié à la drépanocytose. Ce qui signifie, en français courant, que quatre enfants sur dix nés en France en 2015 n’étaient pas d’origine européenne. On constate aussi que le nombre de nouveaux-nés n’ayant pas de parenté européenne est en constante augmentation, dans des proportions importantes. Songez que nous sommes passés d’un enfant sur deux à trois enfants sur quatre en Île-de-France en à peine dix ans. À l’heure actuelle, ces chiffres sont les seuls qui nous permettent de mesurer à peu près correctement les changements de population à l’œuvre en France. Si vous avez eu des enfants, vous devez vous rappeler que la sage-femme vous a posé des questions pour déterminer si votre bébé devait être dépisté ou non. Ce protocole existe depuis environ 20 ans. Auparavant, ce test n’était pas proposé, la proportion de naissances concernées étant alors infime

. Dans ces conditions, comment continuer à laisser rentrer des centaines de milliers d’immigrés légaux et illégaux tous les ans ? Pareillement, comment peut-on imaginer inclure, intégrer ou assimiler ces nouveaux arrivants ? Un enfant français d’origine européenne qui naît en Île-de-France cette année aura toutes les chances de s’assimiler aux populations majoritaires, et non l’inverse. Qui dit français d’ascendance européenne en minorité en France dit culture française autochtone traditionnelle devenue minoritaire dans certains quartiers, puis progressivement effacée. Sans prise de conscience globale du problème, nous serons une communauté comme les autres en France, avant que l’Europe toute entière ne subisse le même sort.

Pour que la communauté nationale puisse rester unie, il faut que la France reste française dans ses grands traits, a fortiori quand la démographie du Sud devient délirante. Il est temps de mettre un terme à l’immigration de peuplement. Il en va purement et simplement de notre salut en tant que nation. S’il n’y a plus de Français en France, et que les immigrés ne veulent pas embrasser la culture historique de notre nation, il n’y aura plus de France.

Regardons attentivement ces chiffres : ils sont l’enjeu du siècle et la question politique fondamentale des années à venir

Published by marcrousset
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 14:01
RAS LE BOL ET EN FINIR AVEC TOUS CES FRANCAIS DE PAPIER QUI NOUS HAISSENT ! RETABLIR LE DROIT DU SANG ! SUPPRIMER LE DROIT DU SOL !

http://www.bvoltaire.fr/jeanfredericpoisson/je-retablirai-le-droit-du-sang,285219?mc_cid=fb0c9b5245&mc_eid=58ff097ba7

~~ Je rétablirai le droit du sang ! »

Aujourd'hui Il faut le redire clairement : l’intégration à la communauté nationale est un cadeau fait par les Français à des étrangers, et non l’inverse. Jean-Frédéric Poisson Député des Yvelines Président du Parti Chrétien-Démocrate, Candidat à la Primaire ouverte de la droite et du centre Il y a un grave problème avec l’immigration. L’intégralité de la classe politique à laquelle il reste un soupçon de réalisme est aujourd’hui d’accord pour le reconnaître. « Que faire ? » est, en revanche, une question sur laquelle beaucoup déçoivent dans leurs réponses ou par leurs esquives, à commencer par ceux qui ont exercé des responsabilités sans n’avoir jamais changé les choses. Je n’ai pas été l’un de ceux-là. Et si j’aspire à exercer des responsabilités, c’est parce que j’ai un projet clair et ferme, notamment sur cette question. Il faut d’urgence rétablir le droit du sang comme moyen privilégié d’accès à la nationalité française, et je suis le seul à le proposer parmi les candidats à la primaire ouverte de la droite et du centre. Je n’ai jamais varié sur cette idée, parce que je crois qu’il faut enfin se donner les moyens d’endiguer le flux que nous ne savons pas gérer, et qu’il est temps de protéger la France d’une communautarisation croissante et conflictuelle. Dès lors, je refuse absolument que le fait de devenir français soit automatique et, parfois même, involontaire ! Il faut le redire clairement : l’intégration à la communauté nationale est un cadeau fait par les Français à des étrangers, et non l’inverse.

La France ne sait plus qui elle est et ne pourra donc jamais accueillir en son sein des étrangers par millions, à moins de les laisser vivre comme dans leurs pays d’origine, ce que les Français refusent légitimement. Pour accueillir et offrir une nationalité, il faut être capable de savoir ce que l’on a à offrir. Nous devons commencer par là, et ce sera long. Le droit du sol a ouvert les portes d’une communauté nationale en la divisant en multiples communautés qui ne savent même pas ce qu’être français veut dire. Des étrangers pourront, bien sûr, devenir français, exceptionnellement. Il faudra pour cela qu’ils parlent le français et qu’ils prêtent serment devant notre drapeau. Puisqu’ils seront moins nombreux et déterminés, il sera alors possible de les assimiler (ce qui demande un travail partagé !) et non plus seulement les « intégrer ». Il faut cesser de mentir : ces étrangers ne peuvent devenir français sans rien changer à leurs habitudes et sans inscrire leurs enfants dans la longue histoire qui est celle de notre pays.

Un papier ne suffit pas ! Mais il faut également être lucide, et se tourner vers les pays d’origine de l’émigration. Avec certains, la mise en place de programmes solides de codéveloppement est nécessaire. Ils permettront aux ressources vives de ne plus éprouver le besoin (même biaisé) de quitter leur terre pour imaginer un avenir ailleurs.

Ouverture et identité ! Parce que sans savoir d’abord qui nous sommes, nous ne pourrons rien offrir et nous nous contenterons de poursuivre la dissolution du peuple français, et l’éclatement de la France

Published by marcrousset
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 10:09
TRUMP GAGNANT DU DEBAT CONTRAIREMENT AUX AFFIRMATIONS DES MEDIAS FRANCAIS!

TRUMP CREDIBLE A 50/50 AVEC HILLARY CLINTON! RIEN N'EST JOUE !

http://www.bvoltaire.fr/andrearchimbaud/debat-americain-du-26-septembre-match-nul,285290?mc_cid=fb0c9b5245&mc_eid=58ff097ba7

~~ Débat américain du 26 septembre : match nul

Aujourd'hui Trump, à quasi-égalité dans les sondages, a résisté mieux que prévu à un subtil pilonnage de 90 minutes. André Archimbaud Consultant stratégique Trump, à quasi-égalité dans les sondages, a résisté mieux que prévu à un subtil pilonnage de 90 minutes, minutieusement préparé par la campagne démocrate. Clinton a pu échapper à une discussion sur sa corruption, le modérateur Lester Holt n’ayant posé aucune question sur la fondation Clinton ou le scandale des 30.000 courriels effacés malgré une injonction du Congrès. Trump lui-même n’a fait qu’une brève allusion au sujet, mais une allusion forte : « Non, ce n’était pas une erreur de votre part, c’était intentionnel… si ce n’était qu’une erreur, pourquoi cinq de vos collaborateurs ont-ils négocié une immunité judiciaire avec le ministère de la Justice et le FBI ? » Trump a principalement réussi à ne pas passer pour un monstre, ce qui en soi est une victoire, car Clinton a dû se forcer à être polie et à n’utiliser qu’une fraction des missiles qu’elle avait mis en batterie avant le débat. Elle n’a donc pas vraiment pu prouver qu’il était inapte à l’exercice du pouvoir. Le commentaire à chaud de Brian Fallon, attaché de presse de madame Clinton, relevait le soir même sur Fox News combien Trump avait surpris la campagne de Clinton par sa modération, envoyant au passage un compliment à l’entourage de Trump, dont sa directrice de campagne, Kellyanne Conway, pour avoir pu domestiquer le taureau. La bataille de la perception prime, selon le Dr Charles Krauthammer, crocodile néocon hostile à Trump.

Corrigeant ses collègues de Fox News qui donnaient la victoire à Clinton, il a conclu que le débat était en fait un match nul, dans la mesure où Clinton, attendue comme parfaite, avait été en fait très moyenne tandis que Trump fut « moins mauvais ». Krauthammer est psychiatre… Il semble que Trump ait gagné le premier segment du débat, centré sur l’économie. Bien plus « articulé » que de coutume, ayant en tête le vote des États pivots (où il est maintenant bien mieux placé), tous sinistrés par le libre-échange, il a mis Clinton sur la défensive, notamment sur sa volte-face opportuniste sur le PTP (Partenariat Transpacifique). Bref, il était aux manettes, sur le sujet le plus préoccupant pour les électeurs.

La 2e section portait sur l’avenir du pays. Trump a pu y amorcer son message sécuritaire : « Madame Clinton a parlé de beaucoup de choses, mais elle n’a pas prononcé deux mots : les mots loi et ordre ! » Puis il a tenté d’instruire la trahison des minorités urbaines par le Parti démocrate. Le modérateur, après l’avoir contredit sur la constitutionnalité de ses propositions sécuritaires, l’a immédiatement pris au piège de son racisme présumé, citant la vielle polémique sur le lieu de naissance d’Obama dans laquelle Trump s’était « enfargé » en début de campagne. Il a pu cependant rappeler que l’histoire avait été lancée à l’origine par Hillary Clinton en 2004. Léger avantage Clinton…

Restait la 3e section, internationale. Trump s’est fait encore prendre à partie par le modérateur sur ses « volte-face » concernant l’Irak. S’il n’a pas su totalement inculper Clinton sur sa légèreté en matière de sécurité nationale ou de lutte contre le terrorisme, il a pu éviter l’infamie de sa propre « poutinisation ». Hillary a placé le message, avec prudence, sans cependant l’exterminer. Léger avantage Trump… Prochain débat le 9 octobre

Published by marcrousset
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 13:33
DEUTSCHE BANK, L'EFFONDREMENT EST CERTAIN,  LA FAILLITE EST POSSIBLE!

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-deustche-bank-en-bien-mauvaise-posture.aspx?article=9275304560H11690&redirect=false&contributor=H.+Seize

~~ Une Deustche Bank en bien mauvaise posture

IMG Auteur H. Seize Hashtable Publié le 27 septembre 2016 1243 mots - Temps de lecture : 3 - 4 minutes ( 0 vote, 0/5 ) Imprimer l'article Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles 0 in Share . 0 envoyer 0 commenter Notre Newsletter... Avertissement Rubrique : Editoriaux

Et voilà la France toute tendue comme une corde de piano par la hausse (complètement inattendue) du chômage. Heureusement, la presse sait qu’elle peut compter sur les explications alambiquées de Myriam, la petite stagiaire en charge de l’emploi au gouvernement, qui tente désespérément de faire passer une hausse vigoureuse pour une baisse modérée. Pourtant, ce n’est pas du côté de la France que les regards devraient se tourner, et ce n’est pas ce pays qui devrait déclencher le plus d’inquiétude (même s’il a des arguments pour). En effet, le lundi 26 septembre, la Deutsche Bank a dévissé en bourse. La Deutsche Bank, c’est tout de même une institution à elle toute seule. Outre le fait qu’il s’agit de la plus grosse banque allemande, c’est aussi l’une des plus vieilles et celle qui représente le mieux la puissance germanique implantée dans des douzaines de pays (plus de 70 actuellement). Présente sur tous les marchés de la finance, elle est aussi maintenant connue pour ses positions dans les dérivatifs qui s’élèvent à quelque chose comme 75.000 milliards de dollars (non, il n’y a pas trois zéros de trop). Dès lors, quand la Deustche Bank (DB) tousse fort, l’Allemagne se sent immédiatement prise de convulsions, et avec elle, l’Europe toute entière. Avec ce lundi noir pour la banque allemande, on assiste à une véritable quinte de toux. 24hGold

- Une Deustche Bank en... Pourquoi diable cet effondrement qui n’a de soudain que pour une presse française terriblement tournée vers son propre nombril ? En réalité, le cours est en difficultés depuis un moment ; la valorisation boursière de la DB a été divisée par plus de 2 depuis le début de l’année (perte de 52% précisément) et ce lundi, avec une perte de 6%, constitue donc la suite logique d’une dégringolade entamée depuis plusieurs mois alors que la banque traverse des difficultés tant sur le plan de ses opérations financières que sur le plan juridique. L’année dernière, la DB a ainsi enregistré des pertes historiques qui l’ont obligé à mettre de côté 5,5 milliards d’euros de provisions. Cette situation préoccupante a d’ailleurs amené le FMI à statuer à son sujet au début de l’été, en estimant sans ambages que la banque constituait un risque systémique pour la zone euro, risque d’ailleurs corroboré par la mauvaise note obtenue lors des « stress tests » de juillet (les simulations de résistance aux événements adverses menées par l’Agence Bancaire Européenne, ABE) qui l’avaient placée en queue de peloton des banques européennes.

Quant au plan juridique, voilà que son passé récent refait surface : la DB a en effet été impliquée dans la crise des subprimes et y aurait joué un rôle important, justifiant sans doute que la Justice américaine lui réclame maintenant une somme considérable – 14 milliards de dollars. Au passage, on s’amusera de la coïncidence de ce montant avec le prix de 295 tonnes d’or (à peu près 13 milliards de dollars au cours actuel) qui correspondent à la quantité que les USA ont promis de rendre aux Allemands suite à leur récente demande, sur les 300 que ces Allemands ont en dépôt chez les Américains (5 tonnes ayant déjà été rapatriées au cours des mois précédents). Seulement voilà : 14 milliards, même pour une grosse banque, même pour la plus grosse des banques allemandes, cela fait une paille qui pourrait casser le dos du proverbial chameau. Ses responsables jugent être en mesure de faire face à une pénalité d’environ 5 milliards sans avoir besoin d’une augmentation de capital, mais au-delà, ce sera rapidement problématique. Or, avec une telle amende, plus un passif bien odorant et une exposition au risque particulièrement élevée, les investisseurs comprennent maintenant que si quelque chose doit se passer au niveau de la DB, c’est plus probablement la faillite ou de gros ennuis financiers qu’un juteux profit à moyen ou court terme, et ce d’autant plus qu’officiellement, le gouvernement allemand (encore dirigé par Merkel) refusera de sauver la banque

. Elle devra donc trouver des fonds dans ses propres poches et non celles des contribuables. Du reste, DB affirme pour le moment haut et fort pouvoir se passer du contribuable. On comprendra donc aisément qu’entre ces amendes et ce passif, les perspectives peu riantes de la banque allemande justifient les mouvements globalement négatifs de ses actions boursières. 24hGold - Une Deustche Bank en...Cependant, de façon bien plus gênante, l’ampleur de la catastrophe possible ne semble pas être parvenue jusqu’aux oreilles de la presse mainstream européenne, française en particulier, qui n’y voit essentiellement qu’un problème bancaire passager, une mauvaise passe pour l’institution bancaire plus que centenaire. Elle en a vu d’autres, après tout

. Pourtant, cette dégringolade peut à elle seule aboutir à une faillite de la banque par évaporation de sa valeur boursière ; or, si elle doit faire face à des obligations financières alors que ses fonds sont réduits et son action est au plus bas, elle se retrouvera dans l’obligation de faire appel aux épargnants qu’elle a dans ses propres comptes pour sauver son avenir. Compte tenu de la taille de cette banque, on peut raisonnablement imaginer que les effets de bords seront nombreux et ce d’autant plus qu’elle est très liée à d’autres institutions bancaires de la zone euro, elles aussi systémiques, à commencer par les banques françaises comme Société Générale, Crédit Agricole et BNP Paribas.

Le tableau commence à se brosser, et il n’est pas très riant : un effondrement de la Deutsche Bank se traduirait assez vite par une panique bancaire européenne. Dans ce contexte, les comparaisons avec l’année 2008 et les mésaventures de Lehman Brothers vont donc bon train et il est difficile de les balayer d’un revers de la main même si, du point de vue des autorités allemandes, il y a tout intérêt à minimiser la situation. 24hGold - Une Deustche Bank en... En outre, il y a un mal plus profond : jusqu’alors, le mauvais élève européen était la Grèce, et, à l’analyse, beaucoup voyaient en l’Italie le vrai risque systémique capable de propulser la zone euro dans le marasme ou la crise. L’accumulation de difficultés du côté italien semblait leur donner raison. L’idée même que l’Allemagne puisse trembler sur ses bases n’effleurait pas grand-monde.

Les problèmes de la DB, qui n’ont rien de soudain, deviennent maintenant visibles, médiatisés et particulièrement inquiétants au point de miner la confiance qui pouvait régner chez les investisseurs lorsqu’on évoquait l’Allemagne. Or, ultimement, la monnaie et l’institution bancaire, dans leur construction, sont des concepts intimement basés sur la confiance. Les déboires de la Deustche Bank, en attaquant ainsi un pilier d’une zone fantasmée impénétrable et solide comme le roc, mineront durablement cette confiance qu’il est si difficile à construire mais qui, une fois envolée, est impossible à restaurer. L’évidence apparaît alors : la faillite de la Deutsche Bank est certes peu probable, mais elle est maintenant possible.

Le danger d’un effondrement systémique devient alors crédible, et les dégâts que cet effondrement provoquerait seraient immenses. Bien plus important est à mon avis la perte de confiance dans le système bancaire actuel qui en résulterait : si cette évaporation de la confiance provoquera, à n’en pas douter, de graves tensions et un blocage dramatique du commerce international, il représentera aussi une immense opportunité pour l’établissement de nouveaux principes bancaires, depuis l’imposition de ratios plus prudents, de réserves fractionnaires plus élevées, jusqu’aux monnaies numériques.

Published by marcrousset
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 12:59
CALAIS PARTOUT EN FRANCE : HOLLANDE, UN TRAITRE SOCIALISTE ARRIVISTE ENARQUE QUI N'A RIEN DANS SON PANTALON !

http://www.bvoltaire.fr/gabrielrobin/migrants-quand-francois-hollande-joue-avec-les-nerfs-des-francais,285005?mc_cid=79e4e235ca&mc_eid=58ff097ba7

~~ Migrants » : quand François Hollande joue avec les nerfs des Français

Aujourd'hui François Hollande a décidé de s’attaquer au problème calaisien. Gabriel Robin Juriste SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

Concentré sur une mission quasi impossible qui devrait l’amener à être réélu en 2017, François Hollande a décidé de s’attaquer au problème calaisien. Présent à Calais le lundi 26 septembre, le très impopulaire dixième président de la Ve République a pris soin d’éviter le cœur du problème en ne se rendant pas directement dans la « jungle » pour constater par lui-même les dégâts provoqués par l’immigration de masse. François Hollande n’est pas un homme courageux, comme le démontre sa venue à Calais sous le faux prétexte de poser la première pierre de « Calais Port 2015 ». Si le Président sent bien que les Français sont excédés par la crise migratoire, il n’a pas les armes pour y répondre et ne le sait que trop bien. Ainsi, il s’attache à détourner l’attention en ne s’attaquant qu’à la « jungle de Calais » de sinistre réputation. Plutôt que de placer les « migrants » dans des charters comme cela devrait être fait, le Président soutient la construction de Calais miniatures sur l’ensemble du territoire français, à l’exception de la Corse. Évidemment, si l’on tient compte de la démographie et du manque de volonté politique contre l’immigration massive en France et en Europe, ces petits Calais en gestation sont appelés à s’agrandir considérablement. « Notre volonté, c’est de démanteler Calais entièrement et de pouvoir avoir des centres d’accueil et d’orientation répartis sur l’ensemble du territoire », a affirmé François Hollande. Avant d’enfoncer le clou en déclarant avec un aplomb incroyable que « la France, ce n’est pas une France où on trouvera des campements. Il ne peut pas y avoir, en France, de camps. »

Nous prendrait-il tous pour des idiots ? En Australie, il n’y a pas de camps puisque les bateaux chargés de « migrants » sont abordés puis ramenés chez eux. En France, il y a des camps et il continuera à y en avoir avec les politiques menées par le gouvernement. Quant à Nicolas Sarkozy, il tenait exactement le même discours daté lorsqu’il était lui-même président de la République. Non, il ne suffira pas de « lutter contre les passeurs », de « démanteler les camps » ou de demander aux Britanniques de « prendre leur part dans l’effort humanitaire que la France accomplit ici et continuera à accomplir demain », comme l’a dit le candidat socialiste aux primaires. Pour ne plus voir de situation calaisienne en France, il faut en finir avec une logique mortifère d’accueil inconditionnel à l’autre imposée par les politiques européennes et le lobbying d’associations subventionnées de l’extérieur pour abolir les frontières nationales. Il convient, aussi, de révéler la vérité sur ces « migrants » dont on nous rebat les oreilles. L’ultra-majorité d’entre eux ne vient pas de Syrie mais de pays d’Afrique comme l’Érythrée ou le Soudan…

Fuyant la guerre chez eux, pour certains du moins, ils finiront par l’apporter chez nous. En l’état des choses, démanteler Calais revient à généraliser Calais à la France entière. Si François Hollande l’ignore, c’est qu’il n’est pas à la hauteur de ses fonctions. Mais ça, nous le savions déjà

Published by marcrousset
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 10:15
LES ANGLAIS DU BREXIT HOSTILES A L'ARMEE EUROPEENNE MONTRENT OFFICIELLEMENT LEUR VRAI VISAGE !

http://actu.orange.fr/monde/ue-londres-continuera-de-s-opposer-a-toute-idee-d-une-armee-europeenne-CNT000000uhFVO.html

~~  .. Toutes les news Monde UE:

Londres continuera de "s'opposer à toute idée d'une armée européenne"

Londres continuera de Le secrétaire d'Etat britannique à la Défense Michael Fallon, le 21 septembre 2016 à Bagdad ©Hadi Mizban, AFP A lire aussi Défense européenne: Hollande estime que France Défense européenne: Hollande estime que "la France fait l'effort principal" mais "ne peut pas être seule" Monde Hollande : la présidentielle américaine change la donne pour la défense de l'UE AFP, publié le mardi 27 septembre 2016 à 09h31 UE:

Londres continuera de "s'opposer à toute idée d'une armée européenne", affirme le secrétaire d'Etat britannique à la Défense Michael Fallon Le Royaume-Uni, même en dehors de l'Union européenne, restera opposé "à toute idée d'une armée européenne" car l'Otan doit rester "la pierre angulaire de la défense de l'Europe", a déclaré mardi le secrétaire d'Etat britannique à la Défense Michael Fallon.

"Nous sommes d'accord sur le fait que l'Europe doit faire davantage pour répondre aux défis du terrorisme et de l'immigration, mais nous allons continuer à nous opposer à toute idée d'une armée européenne ou d'un quartier général pour une armée européenne, qui reviendrait simplement à saper (l'autorité de) l'Otan", a-t-il affirmé à son arrivée à une réunion des ministres de la Défense de l'UE à Bratislava.

Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens