Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 10:10

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/07/23/la-chine-construit-un-port-de-guerre-a-djibouti.html

 

La Chine construit un port de guerre à Djibouti

http://size.blogspirit.net/hautetfort.com/lafautearousseau/733/media/01/01/3002329310.jpg

 

L'on a appris il y a déjà quelques temps que la Chine construit un port de guerre à Djibouti. Et tout récemment qu'un navire de la marine de guerre chinoise était en route pour s'y rendre. Y prendre son poste en protection des intérêts notamment africains du vieil Empire du Milieu, désormais actif loin de ses bases, 

Un analyste indien, le colonel Bhat, estime dans un article du 14 mai dans Outlook India, que cette base navale a tout d'une « forteresse ». 

Des millions de Chinois travaillent et vivent aujourd'hui en Afrique, où la Chine a acquis des millions d'hectares et acheté ou établi d'innombrables commerces et industries. 

Nous avons été très longtemps chez nous à Djibouti - où nos militaires, nos administrateurs, nos marins, nos commerçants régnaient en maîtres - et les Européens en Afrique. Nous y avons largement cédé la place. Comme si ce continent n'avait d'autre sort que d’être toujours d'une manière ou d’une autre colonisé. Les Africains ont longtemps vécu sous autorité française, anglaise, espagnole, portugaise, belge ou hollandaise. Ils connaîtront désormais celle des Chinois. Ils pourront établir des comparaisons. 

Ainsi la naïveté si ce n'est la sottise, en tout cas l'imprudence et la faiblesse, des dirigeants occidentaux - économiques comme politiques - produisent-elles leurs conséquences. 

Il y a quinze ou vingt ans, le discours officiel était qu'en transférant à la Chine des millions d'heures de production - réputée de médiocre technologie, se rassurait-on - l'on élèverait son niveau de vie et l'on travaillerait à homogénéiser le monde, si ce n'est à l'uniformiser, et ainsi, en y réalisant l'unité des conditions, on y établirait la paix. La paix par l’économie. La gouvernance mondiale façon Attali ne serait plus très loin.  

L'on commence à comprendre aujourd'hui que ce que la Chine a gagné en niveau de vie correspond assez exactement à une baisse du nôtre ; ce qu'elle a gagné, c'est ce que nous avons perdu ; nous avons simplement organisé, consenti à un immense transfert de richesse, et, pire, de puissance. Le calcul économico-mondialiste n'était pas le bon.

Car la Chine, pas plus que son grand voisin indien, pas plus que la renaissante Russie, n'a été gagnée par le nihilisme, l'épuisement européens. 

La richesse gagnée, elle la convertit en puissance nationale. Et, particulièrement, y consacrant d'énormes budgets, en puissance militaire. 

Alors, la Chine construit des ports de guerre, prend les places qui étaient les nôtres et ses navires depuis l'Extrême-Orient mettent le cap à l'Ouest.  

On est saisi par l’aveuglement européen. 

 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 09:53

https://metamag.fr/2017/07/22/europe-la-politique-energetique-va-dans-le-mur/

 

Europe : la politique énergétique va dans le mur

 
Soleil Couchant

Europe : la politique énergétique va dans le mur

Télécharger en PDF et imprimer
 

“En Europe, la politique énergétique va droit dans le mur “avait déclaré l’ancien ministre belge de l’énergie Jean-Pol Poncelet ( ingénieur en physique nucléaire, ancien ministre de la défense (1995) puis de l’énergie (1998) en Belgique ) qui a publié un livre intitulé Chronique d’une ambition énergétique manquée.

jean-pol ponceletSelon J.P Poncelet, les fondateurs de l’Union avaient une vision collective, mais il n’y a plus aujourd’hui de stratège européen depuis le départ de Jacques Delors.

Une vraie politique énergétique européenne aurait dû se soucier de la compétitivité, de la sécurité d’approvisionnement, et de la durabilité ou action climatique en décarbonant l’économie. “L’Union européenne n’a privilégié que ce troisième volet, au détriment des deux autres. Et encore elle l’a mal fait. La vertu climatique sera de peu de secours quand il s’agira d’affronter la vraie géopolitique. Si vous pensez qu’être vertueux en matière climatique empêchera M. Poutine de couper le robinet, oubliez ! On est naïf.”

Morceaux choisis:

“Décarboner l’économie, ça ne veut pas dire uniquement faire des renouvelables”.

“C’est une illusion de croire que dans les 15 à 20 années à venir on pourrait substituer totalement les énergies fossiles par du renouvelable. On a vendu des solutions mensongères.”

L’union de l’énergie de Jean-Claude Juncker est “un emballage politique”. “On donne l’illusion d’une ambition, par nature idéaliste”.

“J’ai vendu la “libéralisation” du marché de l’électricité de bonne foi (…). Aujourd’hui, j’ai l’humilité de reconnaître que ça n’a pas marché. Le résultat, c’est qu’il y a moins de concurrence et que les prix ont augmenté.”

Est-ce qu’un marché, totalement myope, est capable d’investir à long terme ? Est-ce qu’il tient compte de défis tels que les changements climatiques, la sécurité d’approvisionnement, la précarité de certaines familles… Évidemment que non”.

“La Commission est toujours dans l’idée que la solution au problème, c’est le marché. Et que si ça ne fonctionne pas encore bien, c’est qu’on n’a pas été assez loin dans le marché. C’est une erreur monumentale”.

En restant campée sur des bases idéologiques sans regarder autour d’elle, non seulement l’Europe de l’énergie est mal partie, mais en plus elle accélère vers le mur qui se dresse devant elle.

Illustration : Le crépuscule de l’énergie en Europe ?

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 10:37

http://www.bvoltaire.fr/revolution-retour-de-letalon-or-bitcoin-or-electronique/?mc_cid=ccfafe8e75&mc_eid=58ff097ba7

 

Une révolution : le retour

 

de l’étalon-or avec le

 

«bitcoin»-or électronique !

 

 Aujourd'hui

 

Shutterstock

Le projet n’est en rien utopique. L’or électronique peut se développer d’une façon fulgurante.

 

Formé des termes anglais « coin », pièce de monnaie, et « bit », unité de mesure informatique binaire, le bitcoin désigne une monnaie virtuelle issue d’un logiciel conçu en 2009 par un ou plusieurs informaticiens, se cachant derrière le pseudonyme Satoshi Nakamoto.

Contrairement aux devises physiques telles que l’euro, le bitcoin est immatériel et n’est régi par aucune banque centrale ni aucun gouvernement, mais par une vaste communauté d’internautes. La monnaie bitcoin, à l’instar d’autres crypto-monnaies, sert à payer des services, des marchandises ou même acheter d’autres devises.

Le système de cryptage employé garantit, en théorie, la sécurité et la traçabilité des opérations mais, instrument, selon ses détracteurs, de tous les trafics illégaux du fait de l’anonymat des paiements, le bitcoin est, dans sa forme actuelle, vulnérable au vol ou toute autre opération frauduleuse avec des scandales et des fluctuations de cours hallucinantes. La Chine vient de l’interdire pour s’opposer à la sortie de capitaux de son territoire national.

Cependant, une révolution vient d’avoir lieu : une idée géniale qui pourrait révolutionner le monde de la monnaie, au grand dam de tous les gouvernements de la planète.

Début juillet 2017, la société Royal Mint, à Londres, a créé une nouvelle monnaie électronique, le RMG, fondée sur la technologie du bitcoin, adossée à de l’or physique, 100 % réel, concret, sonnant et trébuchant. RMG est l’acronyme de la société londonienne en activité depuis 1.100 ans, qui permettra d’échanger en réalité de l’or par voie électronique.

Chaque unité RMG correspondra à 1 gramme d’or physique qui pourra être récupéré à tout moment par son détenteur auprès de la société. Mais le paiement s’effectuera par voie électronique en RMG pour les dépenses courantes, comme avec une carte de crédit bancaire et un compte en banque.

Nous assistons donc, en fait, à la fusion de l’or physique et de la technologie de la chaîne de blocs qui n’est autre que le retour, au XXIe siècle, de l’étalon-or des siècles précédents, où la monnaie était soit de l’or ou de l’argent ou, sous forme fiduciaire, pouvait être échangée à tout moment à la banque centrale contre de l’or.

Aujourd’hui, à l’actif des banques centrales, il y a beaucoup d’actifs fictifs, des dettes, parfois même (ce qui est hallucinant) des actions, des devises dites de « réserve » susceptiblesde s’effondrer comme le dollar ou l’euro, et toujours trop peu d’or, le Canada de Justin Trudeau ayant même décidé de vendre tout son or.

Le projet n’est en rien utopique. L’or électronique peut se développer d’une façon fulgurante. David Gibson, directeur général de la société GoldVu, vient d’annoncer sur son site une tentative identique à celle de RMG avec la création de bullion coin. L’originalité, par rapport à RMG, est la création d’un bullion coin argent en plus de l’or, ce qui n’est pas sans nous rappeler le vieux débat sur le monométallisme or ou le bimétallisme or et argent pour les banques centrales au XIXe siècle.

L’idée est géniale. Reste à savoir, si le phénomène devait se développer, comment réagiront les États qui ont le pouvoir de battre de la « monnaie de singe », face à une monnaie sûre, internationale, universelle, transférable, reconnue, basée sur l’or et supérieure, donc, en qualité à celle de leurs banques centrales.

M.Rousset

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 14:46

http://reinformation.tv/operation-eunafvor-med-sophia-mediterranee-passeurs-bault-72645-2/

 

L’opération Sophia (EUNAFVOR Med) en Méditerranée, une aubaine pour les passeurs

opération EUNAFVOR Med Sophia Méditerranée passeurs
 
Lancée en juin 2015 pour lutter contre le trafic de migrants en Méditerranée, l’opération EUNAFVOR Med, appelée aussi opération Sophia, n’a pas réussi à « casser le modèle d’activité des réseaux de passeurs et trafiquants en Méditerranée ». Cela, c’est ce que promettait fièrement Federica Mogherini, la Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité en mai 2015, après que la décision d’organiser une telle opération eut été prise par les 28.
 
Confirmant les critiques contenues dans les rapports annuels successifs de l’agence Frontex qui mettaient déjà en évidence, dès 2016, l’échec de l’opération, un rapport parlementaire en Grande-Bretagne dénonce à son tour les effets pervers de cette mission. Pour les auteurs du rapport, la lutte contre le trafic de migrants devrait se dérouler sur le territoire libyen. « Une fois que les bateaux ont pris le large, c’est trop tard », explique ce rapport parlementaire britannique. Si l’opération a permis de détruire plus de 450 embarcations et d’arrêter environ 110 passeurs, le nombre de morts en Méditerranée (2.206 noyades recensées en Méditerranée centrale entre le 1er janvier et le 9 juillet selon les chiffres de l’OIM) n’a pas diminué de manière significative.
 

Après le lancement de l’opération EUNAFVOR Med, appelée aussi opération Sophia, les passeurs ont adapté leur mode opératoire en Méditerranée

 
Les passeurs ont tout simplement adapté leur modèle d’activité. Puisque les gros bateaux capables de transporter 500 ou 600 migrants se faisaient intercepter et que les navires européens viennent désormais repêcher les candidats au départ à 12 milles de la côtes, ils se sont mis à utiliser des canots pneumatiques. Se procurer de telles embarcations n’est pas un problème puisqu’elles sont vendues par exemple sur le site chinois de vente en ligne Alibaba sous l’appellation de canots de sauvetage gonflables « pour réfugiés ». Le prix à payer est compris entre 300 et 500 € et le paiement se fait par la Western Union avec livraison à 30 jours. Or selon le rapport de la Commission de l’Union européenne de la Chambre des lords, ces canots pneumatiques comptent désormais pour 70 % des embarcations au départ de la côte libyenne.
 
En recommandant un engagement politique plus fort en Libye ainsi que la poursuite des missions de formation des garde-côtes libyens et des missions de sauvetage en mer, les auteurs du rapport suggèrent donc au gouvernement britannique de se prononcer contre la prorogation du mandat de l’opération Sophia à son expiration le 27 juillet prochain. À Bruxelles, au contraire, on continue de croire en une reconduction de l’opération malgré les préconisations du rapport parlementaire britannique.
 

Olivier Bault
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 14:41

http://reinformation.tv/bruxelles-limiter-export-bateaux-gonflables-libye-solution-miracle-invasion-mille-72759-2/

Solution miracle à Bruxelles contre l’invasion : limiter l’export des bateaux gonflables vers la Libye

Bruxelles Limiter Export Bateaux Gonflables Libye Solution Miracle Invasion
 
Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne réunis à Bruxelles ont trouvé une solution pour limiter l’invasion dont souffre le continent : restreindre l’export des bateaux gonflables vers la Libye. Miracle de l’aveuglement d’une institution qui prône par ailleurs l’accueil des migrants.
 
On ne change pas une formule qui perd : tout le processus de l’Europe de Bruxelles, au lieu de chercher un destin commun aux Européens, fut de les enfermer à tout moment dans un entonnoir économique qui devait leur imposer une supranationalité tenue pour bénéfique. Suivant les mêmes illusions économistes, le conseil des ministres de l’UE prétend limiter l’afflux des migrants, qu’il encourage par ailleurs, en empêchant l’export vers la Libye des bateaux gonflables qui amènent les migrants en Italie.
 

Solution miracle : pour éviter la corde Bruxelles interdit le chanvre

 
La décision a été prise lundi à Bruxelles. Le Conseil de l’UE, dans son inimitable jargon, « a introduit des restrictions sur l’exportation et l’approvisionnement en Libye de bateaux gonflables et de moteurs hors-bord ». Le but de la décision est de « briser davantage le « business model » des passeurs et des trafiquants d’êtres humains ». Lénine méprisait les bourgeois d’hier de lui vendre la corde pour les pendre, ceux d’aujourd’hui pensent qu’il suffit de restreindre le commerce du chanvre pour éviter la pendaison. Comme l’imbécile de la fable, ils regardent le doigt et non la lune : le danger, c’est la volonté des hommes, non les moyens de rencontre qu’ils mettent en œuvre. Mais l’économisme fondamental et rédhibitoire des européistes de Bruxelles leur interdit toute analyse en profondeur de l’invasion qui est en cours en Europe. Il n’y a jamais de miracle avec eux, ils reproduisent indéfiniment les erreurs intellectuelles qui les formatent.
 

Limiter l’export : la morale préférée au libre échange

 
On notera juste pour le fun que la décision qu’ils imposent est en contradiction avec leur dogme du libre-échange, et ils en conviennent toute honte bue puisque leur ambition avouée est de donner « une base juridique pour empêcher l’exportation ou la fourniture de ces produits en Libye quand il existe des motifs raisonnables de croire qu’ils seront utilisés par des passeurs et des trafiquants d’êtres humains ». Il est à remarquer que la justification de Bruxelles est purement moralisatrice, et non politique. Elle prétend limiter le problème aux « passeurs » et refuse de porter un jugement sur l’invasion elle-même, qu’elle refuse même de connaître.
 

L’Europe de l’impuissance et des bateaux gonflables

 
La solution proposée par Bruxelles à l’afflux de migrants en Italie ne souffre pas seulement d’économisme et de moralisme, elle se prend encore aux illusions de la technique. Ainsi a été prolongé le mandat de la mission européenne EUBAM, qui prétend assister les autorités libyennes à maîtriser leur frontière sud, passoire désertique par où passent beaucoup de migrants. Mais ils n’ont pas prolongé la mission navale européenne Sophia, lancée en 2015, qui avait pour mission de s’attaquer en mer aux « passeurs ». Pourtant, selon Federica Mogherini, commissaire chargé des affaires étrangères à Bruxelles, Sophia ne « posait pas de problèmes particuliers », mais certains lui reprochent son manque d’efficacité et le ministre belge Didier Reynders voudrait que Sophia « joue son rôle dans les eaux territoriales » de la Libye. Il faudrait pour que ces choses aient un sens que la Libye ait un Etat, que les mêmes Européens ont consciencieusement détruit voilà quelques années.
 

Par la Libye, l’invasion continue

 
Pendant ce temps-là, l’invasion des migrants continue, 86.000 en quelques semaines sur les côtes italiennes. A Rome, on rejette une part de la responsabilité non pas sur les passeurs mais sur les ONG dont les opérations de sauvetage en Méditerranée créeraient un « appel d’air ». Et on parle (on parle…) de leur imposer un « code de bonne conduite ». Le ministre des affaires étrangères luxembourgeois, Jean Asselborn, préfère, sur les instructions du premier ministre Xavier Bettel, considérer les choses du point de vue de l’humanité et des droits humains. Il estime que les centres de regroupement des migrants en Libye « ne correspondent nullement aux normes requises » et juge que « la fermeture de la frontière maritime avec la Libye est tout aussi illusoire » que le retour vers la Turquie des migrants qui ont transité par elle.
 

Les tartuffes de Bruxelles responsables de l’invasion

 
Il a parfaitement raison, Bruxelles étant ce qu’elle est. Les responsables de l’invasion de l’Europe ne doivent pas être recherchés en effet dans l’export des bateaux gonflables, ni parmi les ONG ou les passeurs, ils sont à Berlin, à Paris, à Rome, à Bruxelles. Ce sont les dirigeants européistes des pays d’Europe et de l’Union européenne, qui, en pervertissant la notion d’asile, en travestissant une immigration de peuplement en vague de réfugiés, en niant le mal social qu’elle importe en Europe, créent dans le tiers monde plus qu’un appel d’air, une ruée morbide et mortelle. Il suffirait d’une volonté politique clairement affichée de refuser tout accueil, et l’arrêt de tous les robinets sociaux incitatifs, associés à un refoulement sans aucune exception des candidats à l’invasion pour en tarir le flux en quelques semaines. Les tartuffes qui parlent à Bruxelles sont les responsables directs des maux qu’ils prétendent combattre, maux qui touchent et les migrants envahisseurs et les populations de souche envahies. Il faudra un jour organiser le Nuremberg de l’immigrationnisme, qui comporte son lot de crimes contre l’humanité.
 

Pauline Mille
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 11:44

https://www.jeune-nation.com/politique/fn-derniere-trouvaille-de-marine-le-pen-pour-se-debarrasser-de-son-pere.html

 

 

 

Accueil » Politique » Décomposition du FN : dernière trouvaille de la Le Pen pour se débarrasser de son père

Décomposition du FN : dernière trouvaille de la Le Pen pour se débarrasser de son père

20 juillet, 2017

Politique

786

Au FN, malgré le lamentable échec de la présidentielle suivi des décevants résultats des législatives, on est obstinément plus occupé à poursuivre la décomposition du mouvement qu’a en tirer les conséquences nécessaires.

Ainsi, la Le Pen pourrait avoir trouvé la solution pour mettre enfin de la distance avec son père. Selon le Parisien, la présidente du Front National renié, envisagerait de supprimer la fonction de « président d’honneur » du parti, actuellement occupée par Jean-Marie Le Pen.

« On a trouvé la parade ! On va tout simplement supprimer la fonction de président d’honneur de nos textes. Comme ça il ne pourra plus se prévaloir de ce titre. Simple comme bonjour. Une fois validée par l’assemblée de nos militants je ne vois pas comment il pourra se prévaloir de ce titre »

 

 

 


  •  
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 15:18

http://www.bvoltaire.fr/pierre-de-villiers-a-tete-fn-rassembleur-de-droite-nationale/

 

Pierre de Villiers à la tête

 

du FN, rassembleur de la

 

 

droite nationale !

 Aujourd'hui

 

Général Pierre de Villiers

La droite nationale doit se trouver un vrai chef capable de regrouper toutes ses tendances.

 

Marc Rousset

Économiste

http://www.assoc-amazon.fr/e/ir?t=boulevard-voltaire-21&l=as2&o=8&a=208067949X

 

« Sire, il est difficile de servir et de plaire à la fois », disait à Louis XIV le maréchal de Villars. Le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers, en conflit avec le Président joueur de flûte Macron, a démissionné le mercredi 19 juillet 2017, suite à l’insuffisance du budget des armées (1,6 % du PIB au lieu des 3 % nécessaires) et au scandale du financement exclusif du budget OPEX (opérations extérieures) par ce même « budget croupion », ce qui représente une coupe supplémentaire inacceptable de 850 millions d’euros.

« J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter avec les moyens capacitaires et budgétaires pour les remplir. » Les militaires, tout comme les hommes de la droite nationale, savent qu’il faut se donner les moyens de sa politique ou, sinon,

faire la politique de ses moyens, d’autant plus que l’insuffisance des équipements militaires met en jeu la vie de nos soldats. Sans hélicoptère, par exemple, on se déplace en camion sur les pistes du désert et parfois on saute sur des mines !

Macron ne représente que 18 % des électeurs inscrits et a tout du petit chef sans autorité régalienne naturelle qui se comporte comme un petit caporal au nom de la seule autorité formelle, celle qui ne se mérite pas mais qui vous est donnée, comme dans son cas, par la chance, les médias vendus et surtout par le fait que les Français, suite à l’affaire Penelope, n’ont pas été capables de faire la distinction entre un problème ponctuel de morale privée et le choix d’un homme qui allait causer un mal public irréparable à la nation en laissant, entrer en cinq ans, 1.500.000 immigrés de plus ! Les seuls responsables de l’immigration ne sont pas les immigrants mais nos lâches dirigeants sans enfants comme Macron et Merkel, qui non seulement sont incapables de les arrêter avec notre Marine de guerre en Libye, mais les attirent avec des allocations que ne donnent pas des pays tels que l’Arabie saoudite, le Japon, la Corée,l’Australie, les pays européens de l’Est.

Cela coûtera à la France des millions de salaires de Penelope, non seulement sous forme des allocations AME et des innombrables aides sociales, mais aussi des coûts de sécurité quotidienne et des morts innombrables lorsque éclatera la guerre civile.

Il se trouve que 88 % des Français veulent un vrai chef, pas une Marine Le Pen ni un énarque sans convictions, style Macron, qui n’a jamais fait de service militaire, s’enfuirait au premier coup de fusil et dont la seule véritable vocation est de vivre dans le monde non régalien de l’argent, des stock-options, des banques et des jeunes pousses.

La droite nationale doit se trouver un vrai chef capable de regrouper toutes ses tendances, des chrétiens aux laïcs, des royalistes aux républicains, des bourgeois conservateurs libéraux aux ouvriers patriotes, des identitaires hexagonaux aux pro-européens avec des valeurs sociétales traditionnelles. Ce chef devrait entraîner l’adhésion aussi bien des électeurs du FN que de ceux des LR ayant des convictions fortes, ceux qui ont voté Fillon pendant les primaires et qui se sont rendus au Trocadéro.

La seule arme possible de la droite nationale capable de sauver la France, que ce soit pour l’invasion migratoire ou le budget de nos armées, c’est de parler vrai avec un vrai chef, tel que Pierre de Villiers, candidat naturel tout désigné pour succéder à Marine Le Pen et entraîner un véritable renouveau du FN, et non le bricolage auquel on assiste actuellement.

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 11:44

http://www.bvoltaire.fr/armees-elus-locaux-macron-se-mettrait-france-a/?mc_cid=743b774b6b&mc_eid=58ff097ba7

 

Armées, élus locaux :

 

Macron se mettrait-il la

 

France à dos ?

 

 Aujourd'hui

 

Cheval de bataille du Président et de son gouvernement : réaliser des économies. L’objectif est louable mais le plan laisse à désirer.

http://0.gravatar.com/avatar/cdc9be8916225c6864b6c7e7cfd715c7?s=320&d=mm&r=g

Gabriel Robin

Juriste


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

« Je ne voudrais pas qu’on soit dans les mêmes inquiétudes que l’Allemagne où, aujourd’hui, les équipements publics sont dans un état calamiteux parce que les collectivités locales n’ont pas investi depuis dix ans », déclarait Charles-Éric Lemaignen, président des Communautés de France, après les annonces d’Emmanuel Macron lors de la première conférence nationale des territoires au Sénat. Tout à sa volonté de « modernisation » de l’organisation territoriale française, Emmanuel Macron s’est une nouvelle fois montré cassant, accentuant son image de chef suprême, monarque républicain amené à prendre des décisions difficiles. Au risque de passer pour

un petit chef nerveux, colérique ?

Cheval de bataille du Président et de son gouvernement : réaliser des économies. L’objectif est louable, mais le plan laisse à désirer. En effet, Emmanuel Macron défend une véritable saignée, proche du programme que défendait le candidat Fillon. En échange d’une plus grande autonomie, les collectivités locales devront faire une croix sur 13 milliards d’euros, soit deux milliards d’euros par an jusqu’en 2022. Au total, une augmentation nette de 3 milliards d’euros par rapport au projet initial.

Un montant, d’ailleurs, toujours sujet à caution, conditionné par les objectifs fixés par le gouvernement en matière de baisse du déficit public. Ces restrictions devraient malheureusement entraîner une baisse massive des dépenses d’investissement, mais aussi (et c’est certainement plus préoccupant) un moindre entretien des équipements déjà existants. Il faut ajouter à cela la réforme de la taxe d’habitation prévue pour 2018, qui risque de fragiliser un peu plus les maires, seuls élus en lesquels les Français ont toujours confiance.

Oui, il faut s’attaquer au chantier de la dette souveraine et des dépenses publiques, véritables questions de souveraineté. Avec une dette s’élevant à près de 100 % du PIB qui a connu une augmentation exponentielle durant les vingt-cinq dernières années, la France n’est plus libre de ses mouvements. Oui, la taxe d’habitation est injuste, anormalement élevée dans des villes de province au revenu moyen plutôt faible et basse à Paris. À terme, si la réforme se concrétise, seuls les 20 % des foyers français les plus aisés paieront la taxe d’habitation.

Mais plusieurs interrogations restent en suspens. D’abord, pourquoi ne pas avoir supprimé d’autres postes de dépenses, à l’image de l’aide médicale de l’État, qui coûte un milliard d’euros par an à la France, c’est-à-dire un peu plus que les 850 millions d’euros de budget en moins pour nos armées qui, selon le mot de Pierre de Villiers, n’ont déjà « plus de gras » ? Ensuite, pourquoi s’attaquer aux communes, échelon territorial plutôt performant, et comment compenser intégralement les pertes sèches des recettes de la taxe d’habitation ?

Avec ces réformes, les collectivités locales, qu’on ne saurait toutefois exempter de tout reproche, dépendront de plus en plus de l’État… étonnante conséquence d’une politique se voulant décentralisatrice. Autres conséquences étranges de la politique d’Emmanuel Macron : les classes moyennes supérieures productrices de richesse seront toujours plus durement taxées et l’armée, pourtant le cœur du réacteur d’une politique verticale recentrée sur les missions régaliennes de l’État, encore un peu plus affaiblie dans un moment critique, en dépit des promesses d’augmentation du budget à l’horizon 2018.

Les anciens disent qu’on juge l’arbre à ses fruits. Nous verrons bien ce qu’il en sera dans les années à venir. Une chose est néanmoins certaine : Emmanuel Macron préfère s’attaquer aux institutions profitables au bien commun plutôt qu’aux mauvaises dépenses et à l’assistanat.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 11:32

http://www.bvoltaire.fr/exonerer-80-contribuables-de-texte-dhabitation-scandale/?mc_cid=743b774b6b&mc_eid=58ff097ba7

 

Exonérer 80 % des

 

contribuables de la taxe

 

d’habitation est un

 

scandale

 Aujourd'hui

 

Shutterstock

Ceux qui défendent cette ineptie hurleront à tous vents le mantra « égalité » à d’autres occasions, mais surtout pas devant l’impôt.

 

Rémy Mahoudeaux

 

La volonté affichée du jeune pouvoir de limiter ou diminuer la pression fiscale serait a priori une bonne idée, mais… il y a un mais. Voire « des » mais. Et, en même temps, cela n’étonne personne.

Il serait bon, pour que la nation soit composée de citoyens responsables, que chacun finance a minima une partie des budgets publics via un système d’impôts partagé entre tous. Il est, à ce titre, aberrant et scandaleux que la moitié des foyers fiscaux soient dispensés de l’impôt sur le revenu. Vouloir exonérer 80 % des contribuables de la taxe d’habitation relève de la même perversion : c’est insane… Et, en même temps, ceux qui défendent cette ineptie hurleront à tous vents le mantra « égalité » à d’autres occasions, mais surtout pas devant l’impôt

L’effort de maîtrise ou de réduction de la dépense publique aurait été très inégalement partagé. L’État serait le moins mauvais des élèves, et les collectivités locales et la fonction publique hospitalière les cancres. Mais il n’y a de quoi pavoiser pour aucun d’entre eux. Pour ce qui concerne les collectivités locales, il faut dire que les empilement successifs de couches dans le mille-feuille administratif depuis la première loi de décentralisation de l’ère Mitterrand rajoutent complexités, féodalités, frais, prébendes et obligés… financés par de l’impôt et du déficit ! Alors, le pouvoir régalien tranche : 80 % des assujettis à la taxe d’habitation ne la paieront plus. Elle sera amputée d’un tiers chaque année. et, en même temps, l’état compensera au marc l’euro, mais pas éternellement.

Il apparaissait déjà au gestionnaire tendance père de famille que le financement des collectivités locales était illisible : des dotations pour tout et n’importe quoi entre l’État et les collectivités. L’édile ne peut en aucun cas se prévaloir d’une complète responsabilité, puisqu’il est tributaire de l’État pour une partie significative de ses ressources. Être responsable, ce serait décider dans un cadre légal défini quel impôt lever localement, sur quelle assiette et à quel taux. Puis de faire avec l’impôt collecté, et rendre des comptes à ses seuls administrés sur ce que l’on a fait et avec quels moyens. Et, en même temps, ce serait révolutionnaire de se conformer à une éthique de la responsabilité.

Alors, plutôt que de se livrer à des oukases de hussard tailladant dans un maquis de dépenses publiques, il vaudrait sans doute mieux prendre le temps de s’asseoir, d’imaginer quelle serait la meilleure articulation des échelons de prise de décision et d’exécution entre le sub-national et l’ultra-local, et d’émonder sans scrupules les structures parasitaires. Puis d’imaginer les pistes de financement les plus appropriées, et en donner les clefs aux responsables locaux. Et, en même temps, il ne faut pas rêver : lutter contre la prolifération de la bureaucratie jacobine en France, ça relève du donquichottisme !

 

 

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 08:08

http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2017/07/13/2017-c-est-l-annee-du-mougeon-5962987.html

jeudi, 13 juillet 2017

2017, c’est l’année du Mougeon !

mougeon_fb.jpg

Pieter Kerstens

La communauté chinoise attribue un nom d’animal à chaque Nouvel An. Depuis le 28 janvier 2017 ils sont dans l’année du Coq et à partir du 16 février 2018 ils entreront dans l’année du Chien pour l’ensemble des natifs de l’Empire du Milieu.

En Europe, et tout particulièrement en France, nous sommes depuis le 1er janvier entrés dans l’année du Mougeon. Cela ne vous inspire pas ? Le Mougeon est un hybride entre le mouton et le pigeon. Un animal stupide que l’on peut tondre régulièrement et tout aussi facile à plumer. La grande majorité des individus répondent malheureusement maintenant à cette comparaison, premier stade de l’asservissement.

Qui a planqué des millions ?

Le 14 février 2017, Paul Mumbach, Jean-Philippe Allenbach et Serge Grass avaient demandé à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique ce qu’il était advenu des 3.010.996€ qu’Emmanuel Macron n’avait pas déclarés comme prévu à cette même HATVP. Pas de réponse encore à ce jour …

Et autant la mafia médiatico-politico-financière avait harcelé et vilipendé d’autres ténors politiques comme François Fillon ou Marine Le Pen, autant ces laquais du Régime ont imposé une omerta jusqu’au 19 juin pour ce qui concerne les casseroles traînées par leurs chouchous (Macron, Bayrou, Ferrand, De Sarnez & C°).

Ce sont des attentats-suicides et non des actes de Kami Kaze !

Tous ces actes terroristes sont l’œuvre de fanatiques, à l’exemple des « Assassins » drogués, de l’arabe « hachchachin », qui était une secte chiite ismaélienne organisée en société secrète. Fondée en 1090 par Hasan ibn al-Sabbah. Le sultan du Caire, Baybars, mit fin à leur pouvoir en 1272. Il est injurieux et diffamatoire pour la mémoire des Fils du Soleil Levant qui firent don de leur vie à l’Empereur Hiro Hito pour défendre le sol sacré de l’invasion des ennemis, d’être comparé à des racailles handicapées des neurones et qui ont attaqué des enfants, des femmes et des vieillards sans défense.

« Des citoyens (spectateurs parisiens et niçois) sont morts parce que nous nous sommes menti à nous-mêmes.

Ils sont morts, parce que nous n’avons pas su faire face à cette guerre, parce que nous n’avons pas su ni la vouloir, ni la refuser, parce que nous n’avons su ni mesurer l’épreuve, ni en prévoir les conséquences, ni la situer dès l’abord sur le plan mondial. Il y a eu au cours au cours de ces 3 dernières années des occasions perdues pour intervenir, comme il y a eu des occasions perdues pour marquer des victoires.

Elles l’ont été de la même façon. Elles l’ont été par faiblesse et lâcheté.

Cédant au chantage communautariste, nous avons engagé cette guerre honteusement. Les effectifs et les moyens engagés, les silences officiels, les « padamalgam », les « vivr’ensemble », tout dans la conduite des opérations semblait s’envelopper d’excuses.

Quand le drame sera entré dans les consciences alors il ne faudra pas être étonner d’avoir été dupés par nos gouvernants.

Le wahhabisme et le salafisme, dirigés par Ryad et Abou Dhabi ont pourri notre société et instruit des fanatiques contre nous, chez nous, en notre sein.

Aucune hypocrisie n’est plus sinistre que ces condoléances adressées par des pays arabes sur le sang européen répandus par les musulmans.

Les vrais vainqueurs aujourd’hui, ce sont ces rois du pétrole qui devraient hisser la bannière rouge à tête de mort.

Un espoir nous reste : celui que la tragédie des attentats que nous vivons depuis de longs mois en Europe, donne à la conscience de nos peuples que le front commun de notre civilisation chrétienne et de notre culture gréco-romaine nous arrache à cette folie et trouve par sa puissance même, les moyens d’éradiquer ce fléau. » Inspiré d’un texte du Figaro de 1955.

Pas d’islamisation sans immigration. Pas de terrorisme sans islamisme.

Il y a bientôt 10 ans, le Parlement Européen résumait ses positions générales en matière de gestion des migrations. Concernant la lutte contre l’immigration clandestine, le Parlement Européen avait adopté le 26 septembre 2007 une résolution dans laquelle :

- Il demande une meilleure répartition de la charge pesant sur les États membres en termes de coûts généraux de la lutte contre l'immigration clandestine, en particulier par l'allocation de ressources suffisantes à FRONTEX et la création d’équipes d’intervention rapide aux frontières;

- Il insiste pour faire de la lutte contre les trafiquants une des priorités de l'Union, en tenant compte de la nécessité de coopérer avec les pays d'origine et avec les pays de transit (les migrants en situation irrégulière ne doivent pas être traités comme des criminels);

- Il souligne que des mesures de lutte contre le travail illégal ont tendance à diminuer l’incitation à l’émigration vers l’Union et à contribuer à réduire la place de l’économie souterraine, et se félicite donc de la présentation par la Commission de la proposition de directive prévoyant des sanctions à l'encontre des employeurs de ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier.

Concernant le lien entre l'immigration légale et clandestine et l'intégration des immigrants, le Parlement européen convient avec la Commission que la régularisation en masse d'immigrants illégaux n'est pas une solution au problème de l'immigration clandestine.

En l'absence d'un système commun en matière d'immigration et d'asile, elle devrait être un fait unique puisqu'une telle mesure ne résout pas les véritables problèmes à la racine de ce phénomène.

Il demande à la Commission d'étudier les meilleures pratiques des États membres à développer dans le cadre d'un système d'échange d'informations et d'alerte rapide.

Depuis cette date, et après plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés, victimes innocentes et cibles des attaques des djihadistes wahhabites et takfiristes, les eurocrates de Bruxelles ont permis la venue de plus de 8 millions d’immigrés clandestins. Ces hors-la-loi dans 80% des cas ne répondent à aucun des critères pour bénéficier du statut de « réfugié » ; ces demandeurs d’asile ont tous reçus un « ordre de quitter le territoire » mais au lieu de rentrer dans leur pays d’origine, ils vagabondent à travers les pays d’Europe, bénéficiant d’aides aussi diverses qu’inutiles, en vivant d’expédients et pour certains de trafics illégaux.

En consultant les résultats de la résolution des parlementaires européens du 26/09/2007, on pourrait en conclure que FRONTEX ne lutte pas contre l’immigration et que bien au contraire, il en serait le complice et le collaborateur !

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens