Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 08:32

http://www.bvoltaire.fr/ferrand-dis-fais/?mc_cid=7766d853c1&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Ferrand : faites ce que je

 

dis, pas ce que je fais

 

Aujourd'hui

 

En plus de donner un job d’été à son fils, Richard Ferrand a trouvé de jolis locaux à son épouse.

 

Gabriel Robin

Juriste


SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 

Il y a bien une affaire Ferrand, un « Ferrandgate », n’en déplaise à Laurence Haïm, qui soulignait sur les chaînes d’information en continu « l’immense probité » du nouveau ministre de la Cohésion des territoires. À bien y regarder, il y a même deux affaires Ferrand, imbriquées l’une dans l’autre : un problème éthique, relativement au CDD de son fils en tant qu’assistant parlementaire, et un problème de favoritisme, voire de conflit d’intérêts, datant de la période lors de laquelle monsieur Ferrand était le directeur général des Mutuelles de Bretagne, qui fédèrent plusieurs mutuelles de santé du Finistère. Des polémiques qui tombent très mal, au moment où Emmanuel Macron entend « moraliser la vie politique » française en adoptant une série de mesures, dont certaines sont frappées du sceau de la démagogie la plus pure. Tragi-comique quand on se souvient que la nomination des ministres du gouvernement Philippe avait été retardée de deux jours pour éviter que des casseroles n’entachent les 100 premiers jours du Président Macron !

Monsieur Ferrand, qui n’a pas démissionné, comptant sur la prochaine élection législative comme « juge de paix » – ce qui ne sera pas sans rappeler l’attitude de François Fillon -, s’est paré d’atours vertueux tout au long de la campagne présidentielle. Le 23 février dernier, au plus fort du Penelopegate, il publiait ainsi sur le réseau social Twitter : « Nous veillerons à ce que nos candidats aux législatives n’aient pas de conflits d’intérêts, et n’embauchent pas de membres de leur famille. » Sûr de son fait, ou se sentant protégé par des forces supérieures, Richard Ferrand en rajoutait une couche le 12 mai, pointant du doigt les parlementaires qui seraient tentés d’embaucher un membre de leur famille… ce qui reste parfaitement légal.

À titre personnel, cela ne me semble pas choquant qu’un parlementaire puisse employer un membre de sa famille, s’il est compétent et qu’il accomplit effectivement la tâche qui lui a été assignée, mais l’hypocrisie de Richard Ferrand est aussi sidérante que révoltante. Lui-même a embauché son très jeune fils comme assistant parlementaire, pour un confortable salaire.

Plutôt que de faire amende honorable après la révélation de cette histoire par Le Canard enchaîné, son équipe de communication s’est montrée d’une inqualifiable arrogance, justifiant cette embauche en nous encourageant à « faire un tour en Centre-Bretagne » pour que nous puissions constater à quel point il serait difficile d’y trouver « un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet ». Voilà qui devrait plaire à ses électeurs, qualifiés de fainéants analphabètes pas même capables de lancer une recherche sur Google… Quant aux territoires dont monsieur Ferrand est chargé d’assurer la cohésion, ils sauront désormais que seuls les habitants des métropoles semblent trouver grâce aux yeux des start-uppers du ministère.

En plus de donner un job d’été à son fils, Richard Ferrand a trouvé de jolis locaux à son épouse. Sandrine Doucen, avocat brestois et épouse, à la ville, de Richard Ferrand, a emporté un marché immobilier lors de la location d’un logement commercial, obtenant un prêt à 100 % accordé par le Crédit agricole du Finistère pour l’achat et les frais. Une décision prise avant même que la SCI acquéreur n’ait été enregistrée au greffe du tribunal de commerce ! Un montage très finaud puisque madame Doucen a acheté les locaux en sachant que les Mutuelles de Bretagne loueraient le bien et prendraient à leur charge les frais de rénovation… N’importe qui achèterait dans pareilles conditions, car il n’y avait tout simplement aucun risque pris par l’acquéreur, assuré d’être remboursé et de réaliser une plus-value très importante. Dans le domaine des finances, on parlerait d’un délit d’initié.

Que monsieur Ferrand, donneur de leçons devant l’éternel, soit aujourd’hui ministre est un vrai scandale. Et ce, d’autant plus que le parquet national financier, pourtant si prompt à lancer des enquêtes, ne bougera pas le petit doigt. Y aurait-il une justice à deux vitesses ? Je ne veux pas le croire mais le doute est permis

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 14:01

https://www.polemia.com/accueil-des-clandestins-en-europe-et-condition-de-la-femme-une-equation-impossible/?utm_source=La+Lettre+de+Pol%C3%A9mia&utm_campaign=40f568e63e-lettre_de_polemia&utm_medium=email&utm_term=0_e536e3990e-40f568e63e-55412265

 

 

 

Accueil des clandestins en Europe et condition de la

 

 

 

femme : une équation impossible

22 mai 2017 | Polémia

 

 

Le Parisien du 18 mai nous livre un témoignage glaçant sur le quotidien cauchemardesque des femmes du XVIIIe arrondissement de Paris depuis l’installation des clandestins

Le constat est sévère, tranchant, et figure le quotidien d’une France occupée par l’islam radical et les clandestins : insultes, harcèlement, viols, vols, trafics, bagarres, alcoolisme. En France, en plein cœur de Paris, dans le XVIIIe arrondissement, les femmes sont abandonnées à l’obscurantisme islamique et privées de leurs droits les plus élémentaires.

Cela a commencé il y a plus d’un an, au moment où l’Union européenne, Angela Merkel en tête, décide de l’accueil des premiers flux d’envahisseurs africains

Désormais, les femmes ne sont plus libres d’aller dans les cafés, les restaurants, les parcs, de se vêtir, de circuler dans les rues, ni même d’emprunter les trottoirs… Certaines ont même renoncé à sortir de chez elles suite à des viols. Les femmes le savent, porter plainte ne sert à rien et même si la présence policière a été renforcée, elle est trop peu efficace pour assainir le quartier.

La faute à la lâcheté de nos politiques, qui sont à genoux devant l’islam pour des raisons électoralistes

On observe une absence de réaction des élus, trop soumis à Bruxelles et tétanisés par le politiquement correct. On constate également que ces clandestins, qui véhiculent un soubassement culturel et cultuel ont des mœurs incompatibles avec les nôtres. Pour eux la femme est un être inférieur, propriété d’un homme.

Cependant, parce qu’ils sont riches et puissants, les oligarques mondiaux qui commandent cette invasion depuis leur tour d’ivoire, sont eux protégés de ce marasme. En 2017, l’Europe compte accueillir encore 3 millions d’immigrants économiques. Cela se fera au détriment de notre liberté, de notre culture, de notre civilisation. La situation du XVIIIe arrondissement de Paris pourrait bien être une projection de ce que sera la France dans les années à venir.

Polémia
22/05/2007

Source : Bulletin de réinformation de Radio courtoisie – 22/05/2017

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 11:33
Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 11:30

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/05/25/algerie-portier-5947558.html

 

Le chaos algérien, l'explosion qu'il prépare ...

Salafistes dans l'Algérie d'aujourd'hui

 

Par Richard PORTIER

Commentaire - remarquablement intéressant - posté sur Lafautearousseau le 24.05. On se reportera, le cas échéant, à notre article du même jour :  Un ancien ministre algérien prédit l’effondrement de l’Algérie en 2019 : de grands risques pour la France. Indéniablement, de tels commentaires prolongent et enrichissent notre réflexion dans Lafautearousseau . De réflexion sérieuse, argumentée, réfléchie, c'est ce dont nous avons besoin dans la situation qui est celle de la France.  LFAR

 

Le futur chaos algérien (en fait en cours, le futur c'est plutôt l'explosion qu'il prépare...)  nous était déjà connu, particulièrement de ceux qui, comme moi, continuent d'avoir l'Algérie dans un coin de leur cœur et d'en suivre l’évolution, lamentable et tragique à la fois.

MM. Benouari et Alami mettent l'accent sur la dimension économique du problème Et M. Alami passe trop brièvement sur l'aspect démographique, qui est essentiel, pour l’Europe, mais surtout pour la France. Parce que, guerre civile ou catastrophe économique « seulement », c'est l'émigration qui sera la voie choisie par des millions d'Algériens pour fuir ce qui inéluctablement les attend. Leur pays d’élection, bien qu'il soit raciste et islamophobe, ce sera la France, qui vient de porter à sa tête un partisan de l'immigration, particulièrement algérienne dont il a obtenu le soutien électoral massif grâce à une ignoble attitude.

L'immigrationnisme européen a été expliqué récemment par Emma Bonino, ex-vice-présidente du Sénat italien et ex-ministre des Affaires Etrangères, actuellement administratrice de l'International Crisis Group dont le but officiel est d'agir pour la Paix dans le Monde. Contre toute évidence, Madame Bonino pense que ce sera œuvrer pour la paix que d'importer en Europe des dizaines de millions de Musulmans. Elle a en effet récemment écrit ce qui suit sur le site « La Règle du Jeu » de Bernard Henri Levy : « Selon les estimations du Conseil de l'Union Européenne, d’ici à 2050, en l'absence d’immigration, la population active de l'Union va diminuer de 68 millions de travailleurs environ. Cela signifie que, pour combler ce déficit, nous aurons besoin de 1OO millions d'immigrés (à cause des non-actifs ). Le défi qui se pose à nous tous est de trouver le courage d'expliquer aux citoyens européens, non seulement que l'immigration est une réalité, un phénomène destiné à rester avec nous, mais aussi de transférer au niveau communautaire la compétence en matière de gestion des flux migratoires ».   Le dernier point visant à éviter toute possibilité aux Etats-Membres de refuser cette politique, comme le fait la Hongrie actuellement .

Ajoutez à cette politique le dramatique différentiel de fécondité des populations européennes de souche et immigrées, surtout musulmanes, du Maghreb ou d'Afrique sub-saharienne, et votre conclusion logique, imparable, est que le Grand Remplacement est en marche et que seule la date ou les Européens seront minoritaires chez eux et y deviendront des Dhimmis n'est pas fixée.

Le risque de guerre civile sur notre sol tenant d'une part à la résistance qu'une partie d'entre nous opposera peut-être à cette évolution et d'autre aux ferments de discorde interne, d’intolérance, de corruption et de violence que l'Islam porte en lui et que l'observateur lucide et objectif peut voir presque partout où il y a des musulmans dans le monde, qu’ils soient majoritaires ou non.

Monsieur Bachoud a une vision irréaliste des possibilités que nous aurions de nous opposer à la dérive algérienne parce que après la trêve post-guerre civile algérienne et pendant cette trêve, l'Algérie s'est réislamisée et Bouteflika et consorts en ont pris acte avec un « deal : « à nous le pouvoir apparent pour un temps et à vous le pouvoir réel, dont vous disposerez après nous ». C'est ce que Boualem Sansal nous a largement expliqué.

Cet Islam qui aura bientôt le pouvoir est conquérant et sait qu'une partie de ses troupes est déjà en Europe et que le pouvoir en Europe lui sera acquis un jour

« Par le ventre de ses femmes » comme Houari Boumediene l'avait prédit à la tribune de l'ONU dans les années soixante, confirmé par Kadhafi ensuite.

Houellebecq ayant parfaitement décrit la très forte résistance que nos élites ont prévu d'opposer à ces alléchantes perspectives. 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 11:25

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/05/25/macron-lave-plus-blanc-peut-etre-mais-chez-les-autres-5947740.html

 

Macron lave plus blanc ? Peut-être, mais, chez les autres !

 

L’ « affaire Ferrand », pour l'instant, au gouvernement, c'est « silence radio » :

- Bayrou a perdu sa langue (si quelqu'un la retrouve, écrire au journal, qui transmettra...) ;

- Macron déjeune à Bruxelles avec Trump, invité par lui à l'ambassade états-unienne. Après avoir fait allégeance à dame Merkel, le voilà qui la fait à l'oncle Sam : encore un petit coup de rabot pour la France, un pas de plus vers le rapetissement de notre dignité nationale ;

- aucun membre du gouvernement ne s'explique (la devise d'En Marche c'est « Courage, fuyons ! » ?) ;

- quant à Ferrand, on croit revivre - non, on revit - l’ « affaire Fillon » en janvier-février. Ce sont les mêmes mots : « Je regrette », « si c'était à refaire, je ne le referais pas », « il n'y a rien d’illégal ». Il a même parlé de « boules puantes » lui aussi, et a répondu avec morgue et suffisance, avec un côté hautain et presque méprisant aux premiers journalistes qui l'interrogeaient.

On a déjà entendu toutes ces formules, on a déjà vu toutes ces postures, et cela fait un peu drôle de les réentendre et de les revoir si tôt, chez quelqu'un qui fait partie de la troupe qui va tout renouveler, vous savez, la troupe qui s'est mise En Marche vers un avenir radieux, plus blanc que blanc, et qui a même pris une journée de plus, avant l'annonce du gouvernement, pour vérifier que tout allait bien ! La bonne blague ! Politique gadget, quand tu nous tiens ! 

Soyons sérieux. De quelque côté que l'on prenne la chose, Richard Ferrand a, de fait, favorisé sa femme, et aussi son fils. Evidemment, dans toute l'histoire de l'humanité, et de la France, on a vu franchement pire, bien pire ; oui, mais voilà : nous sommes maintenant dans un contexte et un climat particulier, où - Dieu et la morale de nos ancêtres ayant été évacués de tout l'espace officiel - la déesse Moraline, imposée par la cléricature médiatique et la caste dominante journalo-bobo, règne en maîtresse absolue, bien plus intolérante et bien plus tyrannique que lui et que les anciennes façons de faire...

Après l' « affaire Fillon », il n'est même pas nécessaire de poser la question de savoir si Richard Ferrand doit, ou non, démissionner : il aurait dû le faire depuis la parution du Canard enchaîné, nouvel Evangile de l'Etablissement politiquement correct, nouvelle Bible de la Moraline publique de notre société hyper morale, le mot étant pris ici, bien sûr, au sens que lui donne la caste politico-médiatique.

Parce que, les codes nouveaux ayant été posés, et imposés, c'est dorénavant le mercredi que se fait le Jugement, non dernier - puisqu'il est hebdomadaire - mais souverain et sans discussion possible. Et donc, tôt ou tard, la mise à mort inéluctable qui en découle. Car déesse Moraline n'est pas douce, ni tendre, ni gentille ; elle ne plaisante pas, elle ne rigole pas : avec elle c'est « la mort », comme aux bons vieux temps de la « sainte guillotine », même si, malgré tout, déesse Moraline se contente de la mort politique (il y a tout de même un progrès, par rapport à Robespierre !). Demandez à Fillon, il sait, lui, ce que veut dire « mise à mort » ou « assassinat » politique !...

Aujourd'hui, c'est au tour de Richard Ferrand, l'un des preux chevaliers blancs du super preux-super chevalier blanc, Macron, d'être pris dans la nasse, dans les filets des mailles duquel on ne s'échappe pas vivant, politiquement. 

Il s'est mis en marche, il y a peu de temps, Richard Ferrand. Mais il était au bord de l'abîme, et ne le savait pas. Et il a fait un grand pas en avant...

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 10:11

http://www.bvoltaire.fr/affaire-ferrand-senrichir-risques/?mc_cid=a0862551b5&mc_eid=58ff097ba7

 

 

 

Affaire

 

Ferrand :

 

s’enrichir

 

 

sans risques

Aujourd'hui

 

L’affaire Richard Ferrand agite notre Landernau politique. D’un point de vue patrimonial, c’est un coup de maître.

 

Rémy Mahoudeaux

 

La finance traite de couple (rendement/risque). Elle signifie, en cela, que si l’investisseur s’expose à une probabilité d’échec, de perte élevée, il s’attend à une rémunération supérieure. Celui qui risque son argent dans une start-up veut un retour sur investissement bien supérieur à celui d’un billet du trésor d’un État très solvable.

Lorsque l’investisseur ne dispose pas intégralement du financement nécessaire à son investissement, il peut solliciter des associés ou des prêteurs. Les associés partagent ensemble le couple (rendement/risque) mais les prêteurs exigent des quasi-certitudes de remboursement : la priorité est de rémunérer et rembourser la dette. Le capital ne passe qu’après, et seulement si c’est possible. Mais si le profit est au rendez-vous, l’investisseur peut gagner beaucoup plus d’argent : la rentabilité de son investissement (le profit qu’il en retire divisé par le financement qu’il y a investi) explose d’autant plus qu’il est endetté. C’est l’effet de levier.

La valeur d’un investissement immobilier locatif peut être divisée en deux composantes : la valeur des murs lorsqu’ils ne sont pas loués, et l’incrément de valeur qui résulte des flux financiers futurs que sont les loyers nets qui seront encaissés lorsque le bien est loué, modulo des ajustements de marchés périodiques. Fin de l’épisode didactique.

L’affaire Richard Ferrand agite notre Landernau politique

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 11:56

http://www.bvoltaire.fr/ferrandgate-cetait-legal-cetait-commode-ca-a-bien-enrichis/?mc_cid=fe3e926751&mc_eid=58ff097ba7

 

 

CE N'EST PAS LA COMPAGNE DE FERRAND,MAIS LES MUTUELLES DE BRETAGNE QUI

 

DEVRAIENT ETRE PROPRIETAIRES DE

 

L'IMMEUBLE APRES AVOIR REMBOURSE

 

LE CREDIT BANCAIRE ! 

 

 

 

Ferrandgate

 

 

: c’était légal, c’était

 

commode et ça les a bien

 

enrichis !

Aujourd'hui

 

Pas sûr que les électeurs venus à Macron par rejet de Cahuzac ou de Fillon apprécient les montages immobiliers et financiers des époux Ferrand.

 

Frédéric Sirgant

Professeur d'Histoire

 

Étrange début de quinquennat… M. Bilger exultait de voir comme M. Macron a appris des erreurs des Présidents précédents.
Mais ce qui frappe aujourd’hui, à peine trois semaines après l’élection, c’est à quel point on a l’impression de revivre les mêmes séquences.

Attentat de Manchester ? Le Président convoque conseil de défense sur conseil de défense, annonce que l’état d’urgence sera prorogé de six mois et qu’une nouvelle loi antiterroriste (la troisième ? quatrième ? on ne sait plus…) sera votée. Du Hollande.

Et puis « l’affaire Ferrand », révélée par Le Canard enchaîné. Un ministre chargé du logement et de l’immobilier qui vient de déclarer : « Il n’y a aucune hâte à voter de nouvelles lois sur le logement. L’enjeu est de parfaire ce qui a été mis sur les rails et d’accompagner la dynamique qui est à l’œuvre dans ce secteur. Le secteur du logement et de l’urbanisme a besoin d’une certaine stabilité. »

Le même qui se retrouve avec une affaire « d’arrangements familiaux » (Le Point) au sujet de bureaux acquis par sa compagne dans le but de les louer à une mutuelle qu’il dirigeait, en 2011.

Cela pourrait rappeler les déboires du ministre Cahuzac, ministre chargé de la fraude fiscale et lui-même coupable de fraude. Cela pourrait aussi rappeler l’affaire Fillon, par l’implication de la conjointe du ministre. Début et fin du quinquennat Hollande.

Mais, avant tout amalgame ou toute accusation, les faits.

M. Ferrand était donc directeur général des Mutuelles de Bretagne, entre 1993 et 2012. Le 25 janvier 2011, le conseil d’administration se réunit, en sa présence, pour trouver un nouveau local à Brest. Sur les trois offres, une seule retient l’attention de la direction.

Il s’agit de la SACA, une société civile « qui n’a pas encore d’existence légale, et qui n’est même pas encore propriétaire des surfaces qu’elle propose à la location », selon Le Canard. La SACA, une société civile de Sandrine Doucen, avocat et compagne de Richard Ferrand, qui propose donc son offre alors que cette SCI n’est même pas constituée et qu’elle n’est pas propriétaire du bien…

Le 24 février suivant, la SCI est enregistrée au tribunal de commerce, et un deuxième actionnaire, un ami du couple de l’Aveyron, s’offre une action symbolique… Fort d’une promesse de loyer, la SCI peut contracter un prêt auprès du Crédit agricole, qui financera 100 % du prix d’acquisition, soit plus de 400 000 euros… Et, toujours selon Le Canard, « six ans après la création de la société, la valeur des parts a été multipliée par 3.000 ». Une belle plus-value ! Pas étonnant, puisque la SCI empoche un loyer annuel de 42.000 € et qu’elle est désormais propriétaire d’un bien rénové par la mutuelle pour 184.000 €. Comme l’écrit Libération, « sans avancer un centime ni prendre le moindre risque, la femme du conseiller régional de Bretagne s’est ainsi constitué un patrimoine de 402 000 euros, intégralement financé grâce aux loyers de la mutuelle de son mari ». Pour la mutuelle de monsieur et la SCI de madame, c’était du gagnant-gagnant ! Alors, pourquoi hésiter ?

Pour le moment, toute la macronie, de Castaner à Griveaux, balaie cette affaire d’un revers de main. « Un non-événement ». C’est légal, c’est connu, c’est transparent. Et, surtout, c’est privé. Donc pas concerné par la moralisation de la vie politique.

Pas sûr que les électeurs venus à Macron par rejet de Cahuzac ou de Fillon apprécient les montages immobiliers et financiers des époux Ferrand. Ni leur morale. Ni leur esprit mutualiste.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 11:05

http://www.bvoltaire.fr/croient-resister-aux-terroristes-realite-deja-morts/?mc_cid=fe3e926751&mc_eid=58ff097ba7

 

Ils croient résister aux

 

terroristes mais sont en

 

réalité

 

 

déjà morts !

Aujourd'hui

 

« Nous avons besoin d’être unis ! » disent-ils. Mais jamais ils ne précisent autour de quoi, ni contre quoi.

 

Xavier Scott

Après la terreur viennent les platitudes, les hashtags et les bougies. Que l’attaque ait lieu en Angleterre, en France ou toute autre terre européenne, le message reste, lui, inchangé : « Restons unis, l’amour est plus fort que la haine. » Bref, les banalités d’usage sont de mise… Pourtant, la disparité entre cette nouvelle horreur fauchant de nombreux adolescents et enfants et notre réaction semble plus hallucinantes que jamais.

Il devient de plus en plus évident que cette fétichisation superficielle du « vivre ensemble » que l’on entend après chaque attentat n’a d’autre but que de cultiver la passivité. Il s’agit de supprimer un fort sentiment populaire, de nous réduire à une ligne d’individus en deuil, dont le seul métier est de pleurer sans jamais se demander pourquoi il y a tant de morts, et encore moins d’en être furieux.

En vérité, notre élite bureaucratique et médiatique est terrorisée non pas par les terroristes mais par nous. C’est pourquoi chaque attaque est suivie d’avertissements « face au risque d’islamophobie », car ce qu’ils craignent, c’est la passion populaire, notre passion. Ils nous veulent passifs, empathiques, bouleversés mais pas en colère, actifs et contestataires. Ils nous préfèrent comme une foule solitaire et déconnectée plutôt qu´un véritable peuple exigeant de savoir pourquoi ses concitoyens sont morts et comment nous pourrions empêcher d’autres personnes de mourir. Il est aujourd’hui impératif de cesser de jouer ce rôle qu’ils nous ont attribué.

Nos émotions sont étroitement surveillées. Certaines sont célébrées, d’autres diabolisées.

Ainsi, l’empathie et le chagrin sont considérés comme des sentiments légitimes. Mais la colère et la haine sont apparemment considérées comme des sentiments inférieurs et doivent donc être découragées.

Pourquoi ? Car s´ils mettent en lumière notre colère contre le terrorisme, s´ils nous laissent clairement exiger l’éradication de cette idéologie islamique qui la nourrit, alors ils disent que cela déclencherait des pogroms contre les musulmans… Comme si nous étions des êtres stupides, sans aucune réflexion, ne sachant pas faire la part des choses et qui, in fine, ne sont pas mieux que ces barbares qui nous attaquent et qui paradent dans nos rues.

« Nous avons besoin d’être unis ! » disent-ils. Mais jamais ils ne précisent autour de quoi, ni contre quoi. Quelles sont donc ces valeurs que nous sommes censés défendre et qui, donc, les menacent ? Ne demandez pas. Ne pensez pas. Apparemment, dans une société multiculturelle, il ne faut pas suggérer qu’une idéologie en particulier constitue une menace pour ce « vivre ensemble » qu’ils chérissent tant. Alors, ils nous suggèrent d’être unis autour de sentiments superficiels et non pas autour d’idéaux, comme un vrai peuple uni.

En prétendant ne ressentir aucune rage, ils se persuadent qu’ils célèbrent la vie tout en résistant aux terroristes. En réalité, ces derniers les ont vaincus. Mais ils ne savent pas qu’ils sont déjà morts.

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:35

http://www.bvoltaire.fr/non-collomb-navez-mis-oeuvre/?mc_cid=fe3e926751&mc_eid=58ff097ba7

 

 

Non, mon Collomb, vous

 

n’avez pas tout mis en

 

œuvre !

Aujourd'hui

 

Français, dormez tranquilles : le ministre a envoyé des consignes aux organisateurs de… spectacles !

 

Jacques Martinez

Journaliste


Ancien chef d’édition à RTL (1967-2001)

 

Non, M. Collomb, ni vous ni les gouvernements précédents, d’ailleurs, n’avez « tout mis en œuvre » pour assurer la sécurité des Français ! Simple constatation : n’importe qui peut se promener, en toute tranquillité, notamment à Paris, en transportant dans son sac à dos ou dans sa voiture des explosifs ou des armes sans risquer de tomber sur le moindre contrôle aléatoire d’identité accompagné du petit coup d’œil d’un policier ou d’un militaire dans ce sac ou cette voiture ! Les islamistes daechiens du 13 novembre 2015 risquaient-ils d’être bloqués par un quelconque « barrage-surprise » dans Paris ? Non, ni avant d’arriver au Bataclan ou devant les restaurants, ni après, dans leur fuite ! Souvenez-vous du terroriste sautant les portillons du métro !

Donc, lorsque vous déclarez ce mardi, suite à l’attentat à Manchester : « Je veux dire à nos concitoyens que tout est mis en œuvre aujourd’hui pour les protéger », vous savez parfaitement, Monsieur le Ministre, que ce n’est pas vrai !

Vous ne l’ignorez pas, il existe un degré supplémentaire dans la protection des Français mais qu’aucun politique n’ose franchir : passer de l’état d’urgence à l’état de siège ! Seul celui-ci permettrait des contrôles de véhicules et d’individus n’importe où et n’importe quand, contrôles qui, certes, n’empêcheraient pas des terroristes de transporter des armes ou des bombes, mais cela — ne le croyez-vous pas ? — rendrait leurs déplacements un peu plus risqués pour mener à bien leurs funestes desseins !

Oh oui, je le sais pour l’entendre depuis des années, « le risque zéro n’existe pas », mais de là à ne pas tout mettre en œuvre pour nous protéger, à commencer par nos enfants : combien d’entre eux ont perdu la vie pendant que certains se retranchaient derrière ce fragile paravent du « le-risque-zéro-n’existe-pas » ? Combien ? Il n’y en aurait eu qu’un seul que cela aurait déjà été trop ! Et vous tergiversez encore à passer à l’état de siège ! Alors qu’une telle décision perturberait les déplacements des islamistes comme, dans les années 60, cela a perturbé les terroristes du FLN ainsi que, d’ailleurs, la vie des membres de l’OAS ! Tout le monde acceptait ces contrôles.


Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 15:41

http://www.bvoltaire.fr/combat-vie-a-lest-y-a-nouveau/?mc_cid=85d7596a18&mc_eid=58ff097ba7

 

Combat pour la vie : à

 

 

 

l’Est, il y a du nouveau !

 

 

Aujourd'hui

 

Après la Roumanie, la Pologne et la Moldavie c’est en Croatie que des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue contre l’avortement.

 

Nikola Mirkovic


Responsable d’une association humanitaire

 

Après la Roumanie, la Pologne et la Moldavie en mars, samedi dernier, c’est en Croatie que des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour manifester contre l’avortement. Derrière des banderoles : « Pour la vie, la famille et la Croatie », les manifestants pro-vie ont voulu réaliser une démonstration de force à la veille des élections municipales et rappeler que la vie doit être « respectée de son commencement jusqu’à sa fin ». Les pro-vie sont très bien organisés en Croatie : sur Internet, dans la rue et parmi les intellectuels. Même Sanja Orešković, la femme de l’ex-Premier ministre, a accompagné les marcheurs et rappelé son attachement à la défense de la vie. Pour elle, « toute personne raisonnable doit soutenir la Marche pour la vie ».

D’après l’OMS, il y avait 701 avortements pour 1.000 naissances en Croatie en 1980, mais grâce au combat des militants pro-vie, le chiffre est descendu à 76 en 2014. C’est le taux le plus bas des Balkans par rapport à 416 en Bulgarie, 401 en Roumanie ou 259 en Serbie.

Pour ces militants, le combat n’est pas encore terminé : en début d’année, la Cour constitutionnelle croate avait rejeté une demande de révision de la loi autorisant l’avortement mais avait néanmoins demandé au Parlement de préparer sous deux ans une nouvelle loi sur l’avortement. En Croatie, l’objection de conscience est légale et la moitié, seulement, des médecins qui peuvent faire des avortements acceptent de le faire.

Alors qu’en France nos dirigeants veulent nous empêcher de tout simplement réfléchir aux alternatives à l’avortement par le « délit d’entrave à l’IVG », à l’Est, c’est le contraire et le débat est remis sur la place publique, où les peuples se demandent en toute conscience ce que l’avortement peut bien leur apporter de positif. Cette vague profonde n’est pas limitée à la Croatie et on voit de nombreuses initiatives fleurir de l’autre côté de l’ex-rideau de fer en Slovénie, en Pologne ou en Russie, où l’avortement est de plus en combattu, au point que certains ne sont pas loin de vouloir l’interdire formellement. C’est précisément ce qu’a demandé le représentant du patriarche Cyrille de Moscou, qui a récemment exhorté la commission parlementaire pour la protection des valeurs chrétiennes à défendre la famille chrétienne et à purement et simplement interdire l’avortement et à commencer tout de suite par son déremboursement de la Sécurité sociale. Pour ces pays c’est une question de cohérence avec le renouveau spirituel chrétien qui touche toute la société, mais c’est également une question de survie. Les taux de fécondité des peuples de l’Est sont parmi les plus bas du monde (1,27 en Bosnie-Herzégovine ou 1,43 en Serbie, par rapport à 5,33 en Afghanistan ou 6,76 au Niger). Si les familles ne s’étoffent pas très rapidement, ces peuples sont voués à tout simplement… disparaître

 

Repost 0
Published by marcrousset
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Marc Rousset
  • Le Blog de Marc Rousset
  • : BLOG POLITIQUE, GEOPOLITIQUE, ET D'ECONOMIE
  • Contact

Recherche

Liens